COTE D'IVOIRE : Qui dans la majorité pour succéder à Alassane Ouattara ?

A la lecture de l'article intitulé, « Côte d'Ivoire : Qui pour succéder à Alassane Ouattara ? » paru dans le numéro 464 d'Afrique Education (en vente en Côte d'Ivoire), le sang du président, Alassane Ouattara, n'aurait fait qu'un tour, avant de se mettre dans une colère dont lui seul a le secret. De nature très courtois et sachant mettre à l'aise son interlocuteur (comme tout bon ancien banquier), il a décidé, contre avis, de couper court, une fois de plus (il l'avait déjà fait sur France 24 et RFI l'année dernière) à nos informations en faisant appel cette fois à un autre confrère avec qui il entretient d'excellentes relations. Sans dire plus. Comme quoi, après la lecture d'Afrique Education (magazine que ne rate pas la première dame), il a décidé de tout remettre à plat. Cela dit, plusieurs questions se posent (et il le sait bien) : en fin de règne (de dix ans), a-t-il encore son destin en main ? Ne serait-il pas sage qu'il se borne à bien préparer sa sortie au lieu de continuer à menacer un monde qu'il contrôle de moins en moins ? Alassane Ouattara veut-il (le cas échéant) fausser les prétentions (légitimes) de ses partenaires du PDCI en faisant capoter leur exigence d'alternance ? A ces questions qu'on se pose en Abidjan, Afrique Education, le magazine préféré du couple présidentiel de Côte d'Ivoire, vous en dira plus, dans les prochains mois. Pour l'heure, nous vous proposons l'article sorti dans le numéro 464 de ce magazine, qui a fait sortir le président de Côte d'Ivoire de ses gonds.

A la suite de leur rencontre, mardi, 10 avril dernier, au palais de la présidence de la République (notre photo), le président, Alassane Ouattara, et son aîné, Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA et président du présidium du RHDP (Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix), ont donné leur accord pour la création du parti unifié dénommé RHDP dont le principe a été adopté, lundi, 16 avril, par les autres présidents des partis membres, c'est-à-dire, l'UDPCI, le MFA, l'UPCI et le PIT (notre photo). Après avoir signé le document d'accord politique, les six partis concernés devront, maintenant, entrer dans le vif du sujet, en mettant sur pied, un autre parti politique en bonne et due forme (le RHDP) en lieu et place des six partis existants. Un exercice qui est loin, très loin d'être aisé, à deux ans de l'élection présidentielle à laquelle le candidat du PDCI-RDA ambitionne d'être le représentant unique du RHDP.

L'accord politique débute par des phrases qui fâchent, mais, qui sont un rappel des faits tels qu'ils se sont produits pour déboucher sur la situation actuelle : « La Côte d'Ivoire, notre pays a connu plus de trois décennies de paix et de développement sous la conduite éclairée du père fondateur, le président, Félix Houphouët-Boigny, soutenu par son parti, le PDCI-RDA. Le 7 décembre 1993, le président, Félix Houphouët-Boigny, nous a quittés pour l'éternité. Ce départ du président, Félix Houphouët-Boigny, a plongé le pays dans un profond désarroi, ouvert la voie à des interrogations et des incertitudes quant à son avenir. Le pays traverse, alors, une période difficile, créée par les conflits d'intérêt et de divergence sur l'exercice du pouvoir d'Etat. Ces difficultés conduisent au premier coup d'état de notre histoire et engendrent une crise militaro-politique en 2000. Pendant plus d'une décennie, le pays connaît une longue éclipse marquée par une quasi-anomie de l'Etat. La recherche de solutions conduit à la signature, à Paris, le 18 mai 2005, de la plateforme du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), par les leaders des partis politiques se réclamant de la philosophie politique du président, Félix Houphouët-Boigny, pour préserver son œuvre : la Côte d'Ivoire. Les succès politiques enregistrés par le RHDP, en 2010, et en 2015, ont convaincu ses responsables de la nécessité de transformer cette alliance, groupement de partis politiques, en un parti politique unifié, regroupant tous ceux et celles qui partagent les idéaux qui fondent l'houphouétisme. L'houphouétisme englobe la pensée, l'oeuvre et l'action politique du président, Félix Houphouët-Boigny. C'est un système cohérent d'idées et de choix qui ont servi de boussole à son entreprise d'édification de la nation ivoirienne et à la conduite des affaires de l'Etat, au plan national et international » (fin de citation).

Signataires de cet Accord politique, Brahima Soro (UPCI), Joseph Seka Seka (PIT), Siaka Ouattara (MFA), Mabri Toikeuse (UDPCI), Henri Konan Bédié (PDCI) et Alassane Ouattara (RDR), s'engagent à conduire la démocratie et toutes les élections à venir en RHDP dans un esprit de solidarité, de sérénité, de non-violence et de transparence. En outre, ils acceptent de « passer de leurs différents partis au RHDP », en sabordant, tout simplement, ceux-ci ou en les dissolvant au sein de ce grand ensemble qu'est le RHDP. Cela va être difficile pour certains.
Mais, le 19 avril, à Daoukro, Henri Konan Bédié a convoqué la presse pour une « clarification ». Comme d'habitude, sa déclaration ne souffre d'aucune ambiguïté : « Le document signé qui fait l’objet de commentaires passionnés, est un Accord Politique intervenu entre les partis membres du RHDP et non un Manifeste annoncé précédemment. Cet Accord Politique consolide l’Alliance existant entre les partis politiques membres du RHDP depuis la mise en place le 18 mai 2005 à Paris et la plateforme qui les régit. Désormais, au lieu de parler de parti unifié, il conviendrait de dire, maintenant, Rassemblement des Houphouetistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP). Cela éviterait bien les amalgames et les confusions ». Et d'apporter une précision de taille : « Cet Accord Politique ne signifie nullement la dissolution du PDCI-RDA auquel j’ai souhaité une longue et longue Vie. Par ailleurs, le PDCI présentera, en RHDP, un candidat en 2020. Un candidat à l’élection présidentielle de 2020 en souhaitant l’appui de ses Alliés compte tenu des sacrifices qu’il a consentis pour les uns en 2010 et 2015 ; mais, cela est en discussion avec les alliés. Pour les investisseurs qui ont fait confiance à notre pays, cet Accord Politique engage les partis membres du RHDP et tous les électeurs en Côte d’Ivoire à procéder aux prochaines municipales, régionales et présidentielle dans la sérénité, la sécurité de tous, et dans la non-violence. Autrement dit, dans la Paix. Nous disons cela pour rassurer les investisseurs dont certains commençaient déjà à craindre pour leurs activités et pour leurs projets ».
Cette mise au point valait la peine. On sait que beaucoup de vues divergentes se sont exprimées au PDCI et au RDR. Au PDCI, par exemple, on milite pour que tous les autres partis membres du RHDP, réintègrent la maison-mère, à savoir, le PDCI-RDA, ce que l'on ne veut pas entendre, par exemple, au RDR, qui exerce le pouvoir d'Etat depuis, bientôt, neuf ans, et, donc, estime avoir réussi à s'affranchir de la (pesante) tutelle du PDCI-RDA. Et puis, il y a des positions privilégiées que quelques roitelets perdraient, automatiquement, si le RDR réintégrait la maison-mère. Chacun voyant midi à sa porte, le moment n'est pas venu de parler, sérieusement, d'un retour.
Les deux grands chefs du RHDP, Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié, ont, simplement, impulsé une action, avec comme objectif, la conservation du pouvoir d'Etat dans leur camp politique. Pour le reste, toutes les options (ainsi que les batailles) restent ouvertes. Il reste, maintenant, aux apparatchiks des deux partis et, surtout, à leur base de suivre le mouvement qui est loin d'être une évidence. C'est le premier obstacle et non le moindre. Mais, il y a aussi l'attitude des autres partis politiques, considérés comme mineurs, sans grand réservoir de militants. Ils ne sont pas prêts à se laisser faire. Cela dit, les primaires ne seraient pas envisageables si le candidat du PDCI (à la demande des militants) aurait pour nom, Henri Konan Bédié. Par respect dû à sa personne, à son rang, sa candidature serait adoptée par acclamation. Il n'est même pas exclu que celle-ci soit portée par la personne même du président sortant, comme Henri Konan Bédié l'avait fait, de bon cœur, en 2015, année où le candidat à la présidence aurait dû (selon les accords), logiquement, sortir du PDCI-RDA.
L'entente est au beau fixe entre le président du présidium du RHDP et son cadet qui dirige, admirablement, le pays. A mesure que ce dernier comptera ses derniers jours à la tête du pays, sa complicité à l'endroit d'Henri Konan Bédié, deviendra une évidence pour tout le monde, y compris dans l'opposition où beaucoup ne croient guère à leur amitié. Henri Konan Bédié n'avait aucun mandat électif pendant dix ans, mais il a été mis, tellement, à l'aise qu'il est l'Ivoirien le plus influent de la Côte d'Ivoire en dehors du président de la République lui-même. Si Henri Konan Bédié (re)devenait le président de la Côte d'Ivoire, ce qui n'est pas une hypothèse d'école, ADO serait en droit d'attendre la même attention de son aîné qui a l'art de savoir arrondir les angles.
Aristide Koné

Numéro 464 d'Afrique Education encore en vente en Côte d'Ivoire et ailleurs dans le monde pour quelques jours encore.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires