CPI : L'extradition de Seif al-Islam Kadhafi chez la procureur Fatou Bensouda bloquée par les groupes armés

La procureure de la Cour pénale internationale (CPI) a demandé, mercredi, 14 juin, l'arrestation immédiate du fils de l'ex-dirigeant libyen, Mu'ammar al-Kadhafi, Seif al-Islam, qu'un groupe armé libyen affirme avoir relâché vendredi, 9 juin.

Le mandat d'arrêt délivré à son encontre en 2011 pour crimes contre l'humanité "est toujours en vigueur et la Libye est tenue de procéder immédiatement à l'arrestation de M. Kadhafi et de le remettre à la CPI, indépendamment, de toute prétendue loi d'amnistie en Libye", a déclaré Fatou Bensouda, dans un communiqué, disant vérifier les informations concernant sa "prétendue libération".

La CPI accuse Seïf al-Islam Kadhafi (notre photo) d'avoir joué un "rôle-clé dans la mise en œuvre d'un plan" conçu par son père visant à "réprimer par tous les moyens" le soulèvement populaire en Libye.

Cela dit, on ne comprend pas pourquoi la procureur s'acharne sur le seul fils de Kadhafi et ne délivre pas d'autres mandats d'arrêt à l'encontre de ceux qui ont mis la Libye par terre au point qu'elle soit devenue, aujourd'hui, une grande exportatrice de djihadistes. C'est autant de faits troublants qui font dire en Afrique que ce tribunal est beaucoup trop partial. Les pays de l'Union africaine ont, dernièrement, voté une motion en vue de leur retrait de cette instance, ce qui signifierait de facto sa disparition.

Parlant de Seif al-Islam, dans un communiqué publié le 10 juin sur Facebook, la "Brigade Abou Bakr al-Sadiq", l'un des groupes armés qui contrôlent la ville de Zintan, à 170 km au Sud-Ouest de Tripoli, affirmait qu'elle avait libéré le fils de Mu'ammar al Kadhafi. L'un des avocats de Seïf al-Islam, Khaled al-Zaidi, avait confirmé à Reuters cette information.

Pourquoi Seif al-Islam ne court aucun danger : C'est parce que les groupes armés qui contrôlent Zintan (et qui l'ont libéré) sont opposés au gouvernement de Fayez el-Sarraj. Et pour rien au monde, ils n'accepteraient de coopérer avec ce gouvernement qui, jurent-ils, est à la solde de « l'impérialisme occidental ».

Ajouter un commentaire

Les plus populaires