Vous êtes ici

FRANCE-MALI : Le premier ministre Edouard Philippe dès demain à Bamako pour une visite de "soutien"

Le premier ministre français, Edouard Philippe, effectue de vendredi, 22 février, soir, à dimanche, 24 février, au Mali, une visite de "soutien" à ce pays, qui peine, malgré une pression militaire accrue de la France, à enrayer l'extension des violences djihadistes, notamment, vers le Burkina et le Niger voisins. Alors qu'au même moment, malgré l'appui de la France, le G5 Sahel n'arrive toujours pas à être, réellement, opérationnel, faute de financements.

Soutien militaire pérenne via la force Barkhane (4.500 soldats français, dont 2.700 au Mali), soutien au processus politique mené par le gouvernement malien et enfin soutien au développement sont les trois messages que portera Edouard Philippe, selon Matignon.

"C'est un message d'appui et de compréhension qu'on va porter" lors des entretiens prévus samedi avec le premier ministre malien, Soumeylou Boubèye Maïga (sur notre photo reçu par Edouard Philippe à Matignon en juin 2018), et avec le président, Ibrahim Boubacar Keïta "IBK", selon le cabinet du premier ministre. Le volet militaire n'est "qu'un des aspects", souligne-t-on, en insistant sur les volets diplomatiques et économiques.

Après le succès de l'intervention militaire de 2013 à l'initiative de la France, les violences djihadistes se sont, progressivement, propagées du Nord vers le Centre et le Sud du Mali, puis, plus récemment, au Niger ainsi qu'au Burkina Faso, où la situation est jugée la plus inquiétante. Ces attaques se mêlent souvent à des conflits intercommunautaires, qui ont fait plus de 500 morts parmi les civils dans le Centre du Mali en 2018, selon les comptages de l'ONU.

"C'est un enjeu majeur que les améliorations qu'on peut noter ici où là ne se traduisent pas par des dégradations dans d'autres domaines", relève un haut gradé français.

Une situation sécuritaire, toujours, difficile, qui fragilise les efforts de développement portés par la France et la communauté internationale à l'un des pays les plus pauvres de la planète.

Edouard Philippe, qui se rendra samedi matin dans une station de traitement d'eau financée par l'Agence française de développement (AFD) près de Bamako, doit concrétiser, lors de sa visite, de nouveaux engagements de l'ordre de "plusieurs dizaines de millions" d'euros. Un projet de développement dans le coton, un des principaux secteurs malien, doit, également, être présenté.

Dimanche, le premier ministre doit poursuivre sa visite auprès de troupes françaises sur une base du pays. Il doit, notamment, rendre hommage aux 24 soldats français morts depuis le début de l'intervention de 2013.

"La France va rester pleinement solidaire des autorités maliennes dans leur effort de lutte contre le terrorisme, c'est le sens de l'effort militaire qu'on fait et il n'y a aucun doute sur sa vigueur et sur sa permanence", selon Matignon.

Ces assurances sur la présence française interviennent alors que l'avenir de la MINUSMA, la force des Nations-Unies déployée depuis juillet 2013, doit, à nouveau, revenir sur la table de l'ONU en juin, avec des incertitudes.

Onze Casques bleus tchadiens ont péri dans l'attaque djihadiste du 20 janvier à Aguelhok (Nord-Est), la plus meurtrière à ce jour contre la MINUSMA, revendiquée par le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans, principale alliance djihadiste du Sahel liée à Al-Qaïda.

Sur un plan franco-français, ce déplacement marque un certain retour à la normale pour Edouard Philippe. Hormis un bref déplacement, en Allemagne, en janvier, il s'agit de son premier déplacement à l'étranger depuis le début de la crise des "Gilets Jaunes" mi-novembre. Des propositions en vue du grand débat national en cours en France doivent d'ailleurs lui être faites lors d'une rencontre avec la communauté française de Bamako (7.000 personnes) samedi.

Un temps annoncé, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, sera, finalement, absent en raison d'un Sommet entre l'Union européenne et la Ligue arabe.

Edouard Philippe sera accompagné de la ministre des Armées, Florence Parly, et du secrétaire d'Etat à l'Intérieur, Laurent Nunez, ainsi que, d'une délégation de chefs d'entreprises. Seront, également, présents deux footballeurs français d'origine malienne, l'entraîneur-adjoint du PSG, Zoumana Camara, et l'international, Lassana Diarra.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.