FRANCE : Popularité d'Emmanuel Macron en chute libre

Il s'agit d'un sondage à mi-mandat, qui montre que l'image du président de la République est, fortement, dégradée. De quoi aiguiser des appétits de potentiels concurrents qui pourraient se révéler au lendemain des élections locales en 2020.

Le chouchou des médias est devenu impopulaire, malgré leur soutien constat et de plus en plus actif. Avant, les sondages mensuels tentaient de faire croire à des rebonds, voire, des remontadas. Mais, il a fallu se résoudre à l'évidence : l’analyse au long cours montre une tendance lourde : « Seuls 35 % des Français se déclarent satisfaits de l’action du président de la République, contre 42 % en avril 2018 pour sa première année de mandat ». 35 % de satisfaits quand on a été élu avec 66 % des suffrages exprimés, cela traduit un sacré retournement !

Ce qui accrédite l’idée que cette impopularité est profonde et durable, c’est la perception des Français sur cette première partie du mandat : pour eux, l’événement le plus important de ces deux ans et demi, c’est, pour 77 %, la révolte des Gilets Jaunes. Ce mouvement a déshabillé le président de la République en montrant, clairement, comment il était le président non pas des riches, mais, « le président des très riches ». En regardant de près les effets de sa politique dans le budget de chacun, les Français ont donné raison aux Gilets Jaunes.

Les traits qui plombent le plus l’image d’Emmanuel Macron sont ceux qu’a révélés cette crise : Emmanuel Macron n’est ni sympathique ni honnête pour 58 % des Français, il n’est pas « sincère » pour 64 %, pas « juste » pour 70 %. Enfin, 78 % le jugent incapable de « rassembler les Français » et loin de leurs préoccupations. D'où cette appellation de « président des très riches » qui lui colle à la peau.

Si l’on passe à l’évaluation de son action, là aussi, tous les clignotants virent au rouge. Et notamment, dans deux domaines où il était pourtant donné favori au départ : l’image internationale de la France et l’économie. Relations avec l’Union européenne : -11. Lutte contre le terrorisme : -2. Image de la France à l’étranger : -17 ! Lutte contre la dette et les déficits : -18 !

Les Africains sont, particulièrement, déçus qu'il soit devenu le grand défenseur des dictateurs dont la politique envoie les milliers de jeunes dans la Méditerranée, devenue le plus grand cimetière africain de ces dernières années (sur notre photo Macron dans les bras du dictateur Sassou-Nguesso reçu à l'Elysée comme un seigneur). Sa jeunesse avait créé beaucoup d'espoir et d'attentes sur le continent noir, lui qui disait n'avoir jamais connu de colonisation ni de guerre et que sa génération à lui est celle de l'optimisme, de la modernité, de la transparence. Pourtant, plus paternaliste que lui tu meurs ! Il a, ainsi, amplifié la Françafrique, cette fâcheuse politique initiée sous le duo de Gaulle-Foccart dans les années 60 pour maintenir des gouverneurs africains à la tête des Etats africains, nouvellement, indépendants, et piller, tranquillement, leurs ressources naturelles ni vu ni connu. Assurés d'être réélus, ces gouverneurs africains nommés par Paris ne rendent pas des comptes à leurs électeurs africains, mais, à l'Elysée qui assure leur élection (nomination). Leurs politiques ne peuvent qu'être anti-nationales et a-sociales. D'où la ruée des Africains vers l'Europe via la Méditerranée où succombent la majorité d'entre eux.

Le jeune président est accusé de ne pas lutter sérieusement contre l'immigration. C'est un sujet qu'on traite à notre manière à Afrique Education. Car comme il est le « président des très riches », c'est-à-dire, des grands patrons du CAC 40, de la City et de Wall Street, qui pillent in-considérablement l'Afrique sans y payer le moindre impôt, comment peut-il mettre fin à la Françafrique et donc à l'immigration ? Il en est incapable, voilà pourquoi seulement 24% des Français sont satisfaits de sa politique d'immigration. Tout comme si ce sondage avait été étendu aux questions ayant trait à la Françafrique, à peine 10% de Français seraient d'accord avec sa politique. Et ces 10% l'auraient soutenu parce qu'ils ignoreraient exactement les tenants et les aboutissants de la Françafrique.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires