Vous êtes ici

FRANCE-RWANDA : Kigali jette en pâture 22 militaires français qualifiés de génocidaires

L'enquête française sur l'attentat en 1994 contre l'avion du président rwandais, le général, Juvénal Habyarimana, est relancée. Selon l'AFP, qui a eu accès au dossier, les juges français ont lancé une nouvelle commission rogatoire internationale pour entendre le général, Kayumba Nyamwasa, ex-chef d'état-major rwandais. Cet ancien proche du président, Paul Kagame, entré en dissidence et exilé en Afrique du Sud, accuse, depuis plusieurs années, Paul Kagame d’être responsable de l’attaque, qui avait coûté la vie à Juvénal Habyarimana et constitué un épisode déclencheur du génocide. L'enquête française sur l'attentat contre l'avion du président, Juvénal Habyarimana, une première fois close, à l'été 2014, puis, rouverte 3 mois plus tard, avait été, une nouvelle fois, clôturée sans avancées majeures, en janvier dernier. Depuis octobre 2016, elle est, à nouveau, relancée, de quoi énerver, sérieusement, Paul Kagame (sur notre photo saluant Français Hollande : les visages des deux hommes sont fermés) dont le sang n'a fait qu'un quart de tour, avant de prendre des mesures de rétorsion contre la France.

Conséquence : un communiqué contenant les détails des officiers génocidaires de l'armée française a été publié, lundi, 31 octobre, par la Commission nationale pour la lutte contre le génocide (CNLG). Cette publication fait suite à la réouverture des enquêtes, par la France, sur l'abattage d'un avion transportant le président d'alors, Juvénal Habyarimana, ainsi que, son homologue burundais, Cyprien Ntaryamira, qui est l'événement considéré comme ayant provoqué le génocide.

La publication des noms devrait empirer les relations, déjà, tendues entre le Rwanda et la France.

Selon la CNLG, les officiers français concernés, qui agissaient au Rwanda du temps du génocide, auraient participé, directement, aux meurtres.

Jean Damascene Bizimana, secrétaire exécutif de la CNLG, a déclaré que la commission avait publié ces noms, suite à une dissimulation persistante de la responsabilité française dans le génocide.
"L'analyse des faits montre que des officiers français et des hommes politiques ont commis des crimes très graves au Rwanda", a-t-il souligné dans un communiqué.

Récemment, le président rwandais, Paul Kagamé, avait mis en garde contre la relecture du dossier du crash de l'avion qui, selon lui, serait susceptible de conduire à une impasse diplomatique entre le Rwanda et la France.

Le rôle de la France dans le génocide de 1994 est, depuis des années, le sujet d'une étude intense et de beaucoup de controverse, Paris et Kigali tentant de rejeter la faute du génocide sur l'autre.

Entre 2006 et 2009, les relations bilatérales ont été, complètement, rompues après que le juge français, Jean-Louis Bruguière, eut affirmé que des hauts représentants rwandais étaient impliqués dans le crash de l'avion de Juvénal Habyarimana. A l'époque chef de l'APR (Armée patriotique rwandais), le général, Paul Kagame, a, souvent, été soupçonné, sinon, accusé, d'avoir été, de près ou de loin, en tant que chef militaire, celui qui avait donné l'ordre d'envoyer un missile sol-air, qui avait pulvérisé le Falcon 50 piloté par trois Français, et à bord duquel avaient pris place les présidents du Rwanda et du Burundi, ainsi que, leurs collaborateurs. A Kigali, c'est un sujet qui fâche quand il est évoqué de cette façon.

Commentaires

Ku Ibiti (non vérifié)
Qui dit la vérité ? qui vivra verra....
Visiteur (non vérifié)
"jette en pâture"? Une simple liste. La France a déja fait arreter et place en détention par ses alliés otaniens - Allemagne, GB - de hauts responsables, dont la Directrice du Protocole d'Etat, la Chef du Renseignement... en mission officielle dans leurs hautaines capitales, habituees a traiter les Africains avec mépris. Ces hauts fonctionnaires ont du etre relachées par la suite: il s'agissait simplement de harcelement, pour punir Kagame de son refus de s'applatir... A cote de cela, une liste de noms "jettés en pâture" ...
Doub (non vérifié)
"jette en pâture" - une simple liste. La France a déja fait arreter et place en détention par ses alliés otaniens - Allemagne, GB - de hauts responsables, dont la Directrice du Protocole d'Etat, la Chef du Renseignement... en mission officielle dans leurs hautaines capitales, habituees a traiter les Africains avec mépris. Ces hauts fonctionnaires ont du etre relachées par la suite: il s'agissait simplement de harcelement, pour punir Kagame de son refus de s'applatir... A cote de cela, une liste de noms "jettés en pâture" ...

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.