Vous êtes ici

GABON : Sassou Nguesso fait capoter le Sommet de Libreville sur la RCA et le Burundi

Quel échec pour Sassou Nguesso ! Il s'est retrouvé, tout seul, à Libreville, lors d'un Sommet qu'il a voulu de toutes ses forces, pour ce mercredi, 25 novembre, afin d'aborder le dossier « Centrafrique ». Il voulait montrer à la communauté internationale, avant la COP 21, qu'il est, encore, et toujours, utile à la sous-région. Résultat : Sur onze chefs d'Etat attendus, tous membres de la CEEAC (Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale), un seul a fait le déplacement de Libreville : c'est Denis Sassou Nguesso himself. Il a donc fait son Sommet avec le président du pays hôte, Ali Bongo Ondimba.

Président en exercice de la CEEAC, le président du Gabon, outre le Centrafrique, avait inscrit d'autres questions importantes, à l'ordre du jour : la situation au Burundi et la lutte contre Boko Haram, entre autres. Faute d'atteindre un quorum minimum, ces questions attendront.

Le Burundi a envoyé son vice-président, la Guinée équatoriale, son président de l'Assemblée nationale, tandis que les autres pays y ont dépêché les ministres des Affaires étrangères. Le Rwanda, lui, a envoyé son ministre de la Sécurité.

Le Centrafrique, lui-même, a été représenté, non pas par Cathérine Samba-Panza, la présidente de transition, mais par son premier ministre, Mahamat Kamoun.

Le constat saute, donc, aux yeux : après avoir demandé, sans succès, une troisième transition en Centrafrique, le président congolais n'a plus aucune crédibilité aux yeux de la communauté internationale, ni même, auprès de ses pairs et homologues de la sous-région, pour parler de ce dossier. Bien que médiateur de cette crise. Les Centrafricains iront aux élections fin décembre et courant janvier 2016. Sans la permission de Monsieur Sassou Nguesso. Et c'est bien ainsi.

Commencé ce matin pour statuer sur une prolongation technique de la transition qui était supposée prendre fin le 31 décembre 2015, ce Sommet devait clôturer ce soir même.

Commentaires

SASSOUFIT,DEGAGE (non vérifié)
Quand on joue avec le feu,on se brule.Et oui ce monsieur n'est plus crédible.A vouloir trop faire on perd tout et on se ridiculise.
Gloire (non vérifié)
Eh oui, ce normal un sanguinaire ne merite pas le respect, il veut semer le désordre et la guerre en Centrafrique, Sassou est d'une part responsable de ce qui se passe en centrafrique, son souhait est de faire à ce que son petit Bozizé revient au pouvoir, ce tout . #SASSOUFIT

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.