GABON : Un militaire français aurait participé au bombardement du QG de Jean Ping

Bongo Ondimba Ali (BOA) a été habile en soutirant les cadavres à mesure que se poursuivait son opération d'extermination, dans la nuit du 31 août au 1er septembre, dans le QG de Jean Ping. Contrairement à son souci d'occulter la vérité, en parlant de « trois morts », Jean Ping, lui, avait estimé le nombre de tués, cette nuit, de « 50 à 100 personnes ». Une estimation basse que certains n'hésitent pas à multiplier par deux, voire, même, par trois. Certaines sources, à Libreville, estiment à 220 morts, le « nettoyage » des forces de défense et de sécurité de BOA, dont beaucoup auraient été enterrés dans des charniers. C'est pour ne pas occulter ces faits gravissimes que Dr Séraphin Moundounga, ministre de la Justice du Gabon, a démissionné du gouvernement de BOA, après avoir refusé de cautionner cette situation. Il vit, actuellement, en exil, en France, et fait partie des personnes qui rassemblent des éléments pour faire parvenir, rapidement, un dossier à charge, sur la situation au Gabon, à la Cour pénale internationale (CPI). Pour amuser la galerie, le pouvoir de Libreville, s'est, de son côté, empressé d'inviter la procureur de la CPI, Fatou Bensouda, afin qu'elle envoie une mission d'enquête au Gabon. On se demande si cette mission viendra pour enquêter sur les "trois morts" du gouvernement alors qu'une mission d'Amnesty International a été jugée persona non grata au Gabon. Volonté d'instrumentalisation quand tu me tiens ! Cela dit, à la CPI, les magistrats ne sont pas nés de la dernière pluie.

Au Gabon, les langues commencent à se délier, ce qui permet de mettre les premiers noms sur le carnage qui a été effectué dans le QG de Jean Ping. En effet, selon l'hebdomadaire gabonais, L'Aube, dans son numéro 139 du 23 septembre 2016, un militaire français était bien à bord de l'hélicoptère qui avait tiré sur le QG de Ping cette nuit du 31 août. Chef du Bureau des opérations à la Garde républicaine (présidentielle), le commandant, Stéphane Chiron, (c'est son nom) aurait fait ce sale job aux côtés du colonel Tsiba, qui, lui, est de nationalité gabonaise. Le colonel Tsiba occupe le poste de directeur de l'armurerie centrale à la Garde républicaine (notre photo montrant le défilé d'un de ses détachements).

Pendant qu'ils tiraient de leur hélico, en pleine nuit, l'attaque de la Garde républicaine (au sol), à l'intérieur du QG de Jean Ping, était coordonnée par les commandants Amvane et Vivien Oyini.

Aide de camp de BOA, le commandant Amvane, qui n'a pas fait dans la dentelle, est le chef du Groupement sécurité rapprochée de BOA. Quant au commandant-adjoint du Groupement d'intervention parachutiste (GIP), Vivien Oyini, il est, tout simplement, le petit cousin de BOA. Son père, le général 5 étoiles, André Oyini, fut chef d'état-major de la Garde républicaine sous le patriarche Ondimba. Mais on rappellera qu'à cette époque, ce n'est pas un (illustre) amateur qui trônait au Palais du Bord de Mer comme aujourd'hui.

Ces quatre individus, déjà, clairement, listés n'ont qu'à bien se tenir. C'est la CPI qui risque de régler leur compte.

Commentaires

Patrick (non vérifié)
ceci est bien vrai tout ceci. Il y avait aussi le colonel francais nomme Gros-Jean qui a assiste la GR sur es strategies pour attaquer et eliminier les preuve de l'attaque du Q de PING.
HANSALEVEY Adams (non vérifié)
vous valorisez la CPI pour uniquement pour les Africains et pour les besoins des occidentaux; on n'a jamais vu un Américain des USA et qui n'ont jamais signé cette CPI ou un Asiatique, un latino-américain envoyé à la CPI ou un Européen, la CPI c'est pour les Africains coupables ou pas ; pourquoi ne pas s'occuper du cas du Congo-brazzaville où Sassou tue les gens comme il le veut; l'on sait que tous les Occidentaux soutiennent Ping et BOA qui luttent pour rétablir l'égalité des rédevances pétriolières devient la bréBie galeuse; cette messe des occidentaux est connue de tous les peuples africains; ainsi va al vie des peuples sous la colonisation depuis le Franc CFA
Adano (non vérifié)
Si en Afrique on avait de réèlles institutions capable de lire le droit en toute impunité, nous n'aurions pas à envoyer nos dirigeants corrompus à la CPI. Les américains ont leurs institutions et on n'y voit pas d'élection truqués et des institutions bafouées ouvertement comme au Gabon et dans d'autres pays d’Afrique, qui se veulent pourtant démocrates. Autre chose: je ne sais pas d'où vous vient l'idée selon laquelle BOA lutte contre la France. BOA s'est insurgé contre la France en 2009, lorsque Sarkozy a gelé les avoirs de son père en France, et révélé les biens mal acquis. Ce n'est que l'expression d'un enfant à qui on retire ses jouets. Lorsque BOA ou un membre de sa famille tombe malade, c'est en France qu'il se rend, pendant que le peuple gabonais doit se contenter des hôpitaux publiques en état de détérioration avancé. Ces enfants font des études en France et aux USA. Si il était vraiment le monsieur anti Franceafrique dont vous parlez, ses actions le prouverait. Une remarque, Parmi les cinq avocats de BOA pour la CPI, seul un seule est africain, les autres étant des français. Donc il lutterait contre la France pour encore les enrichir? Soyons logique.
Kgb (non vérifié)
L'Afrique se réveil, le temps est venu pour lutter et arracher notre économie des mains des européens
Une maman tres ... (non vérifié)
Mon cher Adams, nos chefs d'Etat confondent l'Etat et le privé, voila pourquoi n y a qu'eux qui vont à la CPI. Pensez vous qu'on serait arrivés là s les soi disant institutions travaillaient ds le sens de retracer la verité ? Moi entant que gabonaise, je dirais non. Donc sil n y a qu'eux qui y vont, c parce que c ce quils meritent. Bongo, père lui aussi truquait les élections, mais il navait jamais tiré à balle réelle, comme l'a fait Ali Bongo sur le peuple. Sil y va c serait rendre justice aux gabonais qui ont perdu leurs parents.
Dzingo (non vérifié)
ADAMS, vous posez un faux problème. La seule question qui tienne c'est celle de savoir s'il faut, oui ou nom, juger ou condamner des assassins. La qualité des juges ou les conditions de détention sont des questions subsidiaires. Si nos dirigeants étaient capables de mettre en place des instruments propres à garantir la justice, à supprimer l'impunité, nous n'en serions pas à la CPI. Mais entre l'impunité et la formule CPI, il n'y a pas match.
Jonas beyeni (non vérifié)
Le modèle politique et judiciaire des Africains diffère largement de celui des américains, européens et des asiatiques. Seuls quelques pays africains ont des institutions qui répondent aux normes de gouvernance internationale. La source des conflits dans la plupart des états d'Afrique naissent à l'issue des élections. Tout simplement nous avons des dirigeants cupides qui veulent transformer leurs états en monarchie. Pas étonnant qu'il soit presque les plus concerné par la cpi !
DOMINIQUE MAF (non vérifié)
LES AFRICAINS ONT BESOIN DE LA JUSTICE, ET, LA BONNE JUSTICE. IL EST VRAI QU,IL Y A DES DIRIGEANTS QUI SONT HARCELÉS À TORT ET NOUS ESTIMONS QUE LES JUGES VONT LES AQUITTER C'EST LE CAS DU PRESIDENT LAURENT GBAGBO, CHARLES BLE GOUDE, ET DANS UNE MESURE C'EST LE CAS DE JEAN PIERRE BEMBA QUI EST CONDAMNÉ DANS UN DOSSIER CENTRAFRICAIN OÙ AUCUN CENTRAFRICAIN N'A JAMAIS ÉTÉ INQUIÉTÉ DANS SON PROCES. CEPENDANT, IL Y A DES CRIMINELS COMME LES SASSOU NGUESSO QUI MASSACRE LES KONGO DEPUIS DES DÉCENNIES; ALI BONGO QUI LARGUE DES CADAVRES EN HAUTE MER; IDRISS DEBY QUI MASSACRE MÊMES LES MILITAIRES QUI N'ONT PAS VOTÉ POUR LUI; JOSEPH KABILA QUI MASSACRE TOUS LES JOURS; ETC.... POUR CE MODÈLE DE CRIMINELS, DEVANT LA TOTALE INCOMPÉTENCE DE L'UNION AFRICAINE, NOUS AVONS BESOIN QUE LE MONDE AIDE L'AFRIQUE, POUR L'INSTANT, PAR CETTE CPI.....
moi (non vérifié)
mon chef l’adjudant -chef messina m'avait dit que tout les officiers sont de lâches et surtout les officiers gabonais la on sait pourquoi , ce sont des incapables et tuait meme leurs enfants pour ce meme motif personnellement je peut le confirmer
Letroisfois (non vérifié)
Vraiment les dirigeants africains sont ke cancers de l'Afrique....comment font ils pour dormir seigneurs...les noir n'ont pas de consciences et tant que sa dure la CPI mérite son existence et ke renforcement de ses pouvoirs....tabt qu'il ya des africains subsahariens prioritairement en Afrique alors ka cpi doit et devrait toujours exister et comme on a affaire à des «rois» fous le devoir de memoire s'impose au monde qui doit reagir car les dirigeants d'Afrique ont franchis le point de non retour et défi l'international en prétextant une souveraineté non les africains ne sont pas prêt à lautodetermination ...... africains cancer de l'Afrique
Thierry (non vérifié)
Bongo anti français ! Laissez moi rire. Ce monsieur a des biens en france, a une femme française, vient se soigner en france, a des avocats français, parle le français, fait le tour des médias français pour se justifier apres sa tricherie, passe des vacances en france. Je parie qu' il en est de meme pour ses principaux ministres. Plus francisé que lui , tu meurs!

Ajouter un commentaire

Les plus populaires