GAMBIE : L'investiture d'Adama Barrow n'aura pas lieu ce 19 janvier

"L'armée de l'air nigériane (NAF) a envoyé un contingent de 200 hommes, ainsi qu'une flotte d'aviation comprenant des avions de combat, des cargos, un hélicoptère et un avion de surveillance et de reconnaissance à Dakar", écrit Ayodele Famuyiwa, porte-parole de la NAF, dans un communiqué, ajoutant qu'il était prévu "qu'ils opèrent en Gambie".

"Ce déploiement est prévu pour déjouer toutes les hostilités, ou les manquements à la loi, qui pourraient survenir alors que la Gambie est, actuellement, dans une impasse politique". Cet envoi de forces par le Nigeria est intervenu à la veille de la cérémonie d'investiture du nouveau président élu qui doit avoir lieu ce jeudi à Banjul.

La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO, 15 pays), qui presse M. Jammeh de quitter le pouvoir, a prévenu, à plusieurs reprises, qu'elle pourrait avoir recours à la force, en dernier ressort.

"D'autres troupes régionales contribueront à cette force", indique le communiqué de l'armée nigériane, citant le Sénégal, le Ghana et "des pays de la sous-région".
Le président nigérian, Muhammadu Buhari (sur notre photo avec Ellen Johnson Sirleaf et Bai Koroma), désigné comme médiateur de cette crise par la CEDEAO, a été, particulièrement, actif dans les pourparlers de cette crise.

Samedi, un mini-sommet s'est tenu dans Bamako en marge du 27ème Sommet France-Afrique, réunissant, notamment, M. Barrow, M. Buhari, la présidente du Libéria, Ellen Johnson Sirleaf, ainsi que, l'ex-président ghanéen, John Dramani Mahama.

Yahya Jammeh dirige, sans partage, depuis 1994, ce petit pays anglophone d'Afrique de l'Ouest de moins de deux millions d'habitants, enclavé dans le Sénégal à l'exception de sa façade atlantique.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires