GAMBIE : Le chien tueur du fils du nouveau président tué à son tour

La mort du jeune garçon, le 15 janvier, alors que son père était accueilli au Sénégal voisin en attendant son investiture le 19, la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) craignant pour sa sécurité en Gambie tant que son prédécesseur, Yahya Jammeh, qui s'accrochait au pouvoir, restait en place, avait ému l'opinion.

L'entourage de M. Barrow avait affirmé que son fils Habibou (notre photo), né en 2010, était décédé à la suite de morsures de chien, sans explication sur les circonstances du drame.
"Mardi, nous avons administré une injection au chien pour +l'endormir+", a affirmé la source du ministère de l'Agriculture sous le couvert de l'anonymat, en référence à une opération d'euthanasie.

"Nous avons conclu qu'il n'était pas prudent de laisser ce chien continuer à errer dans les rues", a indiqué cette source, sans préciser s'il s'agissait du seul animal impliqué dans la mort de l'enfant.
"Nous avons réalisé des tests qui ont montré qu'il n’était pas atteint de la rage", a-t-on ajouté.

Cette tragédie personnelle frappant Adama Barrow, dans des circonstances mystérieuses en pleine crise politique, a enflammé l'imagination des Gambiens, alimentant, notamment, des rumeurs de sorcellerie.
La Gambie sort d'une crise à rebondissements provoquée par le revirement de Yahya Jammeh, qui a annoncé le 9 décembre contester la victoire de l'opposant, Adama Barrow, à l'élection présidentielle du 1er décembre, une semaine après l'avoir reconnue.

M. Barrow avait prêté serment, le 19 janvier, à l'ambassade de Gambie à Dakar.
Peu après, la CEDEAO lançait une opération militaire pour forcer au départ M. Jammeh, qui a, finalement, quitté le pays, le 21 janvier, pour un exil en Guinée équatoriale.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires