GUINEE : L'opposition déclare la guerre à Alpha Condé candidat à un 3e mandat (non constitutionnel)

Après avoir arpenté les longues avenues de Paris pendant 50 ans comme opposant au régime de Sékou Touré, puis, de Lansana Conté, Alpha Condé a oublié d'où il vient. D'un état de victime, il se mue, aujourd'hui, en bourreau. Deux mandats de 5 ans ne lui suffisent plus. Il faut dire qu'avec des conseillers politiques comme le Congolais, Denis Sassou-Nguesso, on ne peut guère rester démocrate, pendant longtemps, même si, par le passé, on l'était. Voilà donc comment celui que les Guinéens appellent, affectueusement, « le professeur » est en train de prendre une mauvaise tangente : le pouvoir à vie. A 82 ans, il ambitionne de faire un troisième mandat que ne lui permet pas la constitution, mais, qu'il entend s'octroyer en procédant à sa propre lecture de la constitution. Sacré « professeur » Condé !

Le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), qui regroupe des partis d'opposition, des syndicats et des membres de la société civile en Guinée, a appelé, lundi, 7 octobre, à manifester à partir du 14 octobre contre son ambition de briguer un troisième mandat.

Alpha Condé, dont le deuxième mandat s'achève en octobre 2020, a, souvent, contesté (à tort) la pertinence de la limitation du nombre de mandats en Afrique - deux maximum en Guinée. Début septembre, il a chargé son premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, de conduire des consultations sur une possible révision de la constitution, qui ont été boycottées par les principaux partis d'opposition. Le président Condé a accrédité encore plus l'idée d'une candidature à sa propre succession en appelant, fin septembre, les Guinéens à se «préparer» à un référendum et à des élections législatives. Dans une déclaration publiée, lundi, à l'issue d'une réunion extraordinaire de ses membres, le FNDC s'est «réjoui de n'avoir pas pris part à la mascarade déguisée sous le label de consultations, qui n'était qu'une nouvelle manoeuvre dilatoire destinée à servir d'alibi pour légitimer le processus de coup d'état constitutionnel entrepris par le pouvoir guinéen». Dans ce texte, il «lance un appel à la mobilisation de tous les Guinéens», à partir du 14 octobre, à travers des «manifestations républicaines» (sur notre photo, Alpha Condé chez son mentor Sassou-Nguesso chez qui il prend les conseils de gouvernance : le comble).

L'opposition met en garde contre de nouvelles violences, alors qu'une centaine de manifestants ont été, selon elle, tués par les forces de l'ordre depuis l'arrivée au pouvoir d'Alpha Condé en décembre 2010. Les autorités font, pour leur part, état d'une douzaine de policiers ou militaires tués lors de manifestations au cours de cette période. Le Front recommande aux compagnies minières, banques, usines, stations-service et aux autres entreprises publiques et privées de «suspendre toute activité durant les manifestations, en vue d'éviter tout incident dommageable». «Dans un contexte de débat politique acharné en Guinée, il est plus important que jamais de protéger le droit de manifester pacifiquement», a déclaré la directrice pour l'Afrique de l'Ouest de Human Rights Watch, Corinne Dufka, citée dans un communiqué du 3 octobre. Selon l'ONG, les autorités guinéennes ont interdit «de fait» une vingtaine de manifestations depuis plus d'un an, utilisant «des gaz lacrymogènes contre les personnes qui défiaient l'interdiction» et arrêtant «des dizaines de manifestants».

Ajouter un commentaire

Les plus populaires