IDRISS DEBY ITNO : Un nouveau « maréchal » de pacotille en Afrique centrale

Ce « maréchal » de pacotille s'appelle Idriss Déby Itno, président du Tchad. La tuerie massive du Lac Tchad, en mars, a laissé de grosses traces, non seulement, au sein de l'armée tchadienne, mais, surtout, dans la population où on ne cesse de se poser les questions sur la gestion calamiteuse et affairiste de l'armée par son chef suprême. En mars, elle avait, officiellement, perdu une centaine d'hommes au combat contre « Boko Haram » dans le pourtour du Lac Tchad. 100 militaires tués, en une bataille, c'est beaucoup trop pour une armée qu'on dit redoutable comme l'armée tchadienne. En réalité, ce n'était pas, seulement, une centaine (98 soldats exactement), mais, ...567 soldats. Plus qu'une défaite militaire, une véritable déconfiture armée. C'est ainsi que le président, Idriss Déby Itno, lança l'Opération Bohoma dont l'objectif était de venger ses (vaillants) soldats tués. Pendant plus d'une semaine, il installa son quartier général dans le Lac Tchad, inspectant, en compagnie des caméras de la télévision d'Etat, les différents sites de Boko Haram, abandonnés. Avant de conclure lors d'une conférence de presse improvisée, qu'il avait, personnellement, nettoyé la zone. Menteur !

La lecture du prochain numéro d'Afrique Education 487-488, disponible, en fin de semaine prochaine, chez les marchands de journaux (réservez-le dès maintenant), vous en dira plus sur ce massacre des soldats tchadiens. Mais, déjà, sachez juste que Boko Haram n'a rien à voir avec ce massacre. Pour votre information, le nouveau « maréchal » de pacotille a interdit la vente d'Afrique Education au Tchad depuis ...2008.

Depuis le massacre du Lac Tchad, Déby ne sait plus comment couvrir cette honte. La trouvaille de « maréchal » est venue de son parti politique, le MPS (Mouvement patriotique du salut). Mais, pour calmer la colère de l'opposition dont le chef, le député, Saleh Kebzabo, est monté au créneau pour dénoncer cette nouvelle humiliation qui frappe le pays, le MPS a rétropédalé en indiquant qu'il ne s'agit pas d'un grade militaire, que Déby restait général d'armée avec 5 étoiles, mais que son grade n'était qu'une élévation purement honorifique. Autrement dit, Itno sera « maréchal » (quand même) sans l'être réellement. Il faut, vraiment, être tchadien pour comprendre la nuance. Mais, la question se pose : gardera-t-il les insignes de général 5 étoiles (notre photo) ou arborera-t-il les insignes de "maréchal" de pacotille ?

Voilà donc l'Afrique centrale, la plus mauvaise élève en démocratie du continent, qui se donne un troisième maréchal de son histoire après le maréchal-empereur, Jean Bedel Bokassa, de Centrafrique et le maréchal, Mobutu Sese Seko, de l'ex-Zaïre, tous deux, anciens dictateurs.

Les plus populaires