JUSTICE INTERNATIONALE : Nkurunziza bientôt à la CPI ?

Un collectif d'avocats a saisi la Cour pénale internationale (CPI) et le Haut commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme au nom de dizaines de familles de victimes d'exécutions extrajudiciaires au Burundi.

"Pendant des mois, des membres de l'appareil d’Etat burundais ont assassiné des citoyens burundais en totale impunité" alors que le pays traverse une grave crise politique, annonce un communiqué signé de trois avocats, qui affirment être mandatés par "60 familles burundaises vivant actuellement au Burundi".

"La motivation des familles est de lutter contre l’impunité et d’amener un jour devant les cours et tribunaux les personnes qui ont participé à ces crimes, quelle que soit leur position actuelle dans l’appareil d’Etat burundais", prévient le collectif d'avocats. Bujumbura nie, jusqu'ici, les cas d'exécutions extrajudiciaires, accusant une partie de son opposition, désormais, armée d'être à l'origine des exactions.

L'équipe d'avocats comprend Armel Niyongere, avocat au barreau du Burundi et grande figure de la société civile burundaise, aujourd'hui, en exil, Léon Lef Forster, avocat au barreau de Paris et Bernard Maingain, avocat au barreau de Bruxelles, très engagé dans de nombreux dossiers politiques au Burundi.

Le Burundi a plongé dans une grave crise émaillée de violences lorsque le président, Pierre Nkurunziza, sur les conseils de son homologue du Congo-Brazzaville, Denis Sassou Nguesso (notre photo montrant les deux chefs d'Etat particulièrement en phase), a annoncé sa candidature, en avril 2015, pour un troisième mandat. Un mandat qui lui était normalement interdit. Sassou, selon certaines sources, l'a appuyé dans cette entreprise (d'achat des consciences) en lui octroyant 20 milliards de F CFA. Nkurunziza a pu, ainsi, convaincre beaucoup de monde dans le pays, surtout, dans l'armée et le parlement, y compris, des personnes, qui au départ, ne voulaient pas de ce troisième mandat, synonyme de troubles.

Réélu en juillet, il est accusé par l'opposition, la société civile et une partie de son camp d'avoir violé la constitution, ainsi que, l'Accord d'Arusha, qui mit fin à la guerre civile entre 1993 et 2006 (300.000 morts).
Les violences ont, déjà, fait plus de 400 morts et poussé plus de 250.000 personnes à quitter le pays, alors que l'ONU et les organisations des droits de l'Homme ont dénoncé de nombreux cas d'arrestations arbitraires, de torture, de disparitions forcées, d'exécutions extrajudiciaires, ainsi que, l'existence de fosses communes.

La procureure de la CPI, Fatou Bensouda, avait annoncé qu'elle suivait de près les violations des droits de l'homme commis au Burundi, alors que le Haut commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme a mis sur pied une équipe de trois experts, qui vient de séjourner au Burundi en vue d'enquêter.

Par ailleurs, l'Union européenne, principal bailleur de fonds du Burundi, vient de suspendre sa coopération avec ce pays. Plus un rond ne rentre plus dans les caisses publiques de Nkurunziza. On voit où mène l'obstination de la conservation du pouvoir au Burundi.

Commentaires

CONGOLAIS DEBOUT (non vérifié)
Une petition sur la situation electorale au Congo-Brazzavile est presentment en circulation aux USA sur le site de la maison blanche (voir dessous): "We petition the Obama administration to: HELP THE CONGOLESE PEOPLE REGAIN THEIR HUMANITY AND DIGNITY The Republic of Congo-Brazzaville recently held a presidential “election” under government-enforced media blackout (supposedly for security reasons). Notwithstanding the excessive vote-rigging conditions that favored the incumbent candidate, Congolese people came out in throng to vote and rejected the autocratic regime of Denis Sassou Nguesso. Appallingly, the electoral commission in lockstep with the incumbent stole the people’s votes and declared Denis Sassou Nguesso as the winner. The post electoral situation is very tense and can go from bad to worse at any moment. Congo-Brazzaville experienced civil wars in the 1990s and early 2000s. Dr. Martin Luther King Jr. once said, “Injustice anywhere is a threat to justice everywhere.” Please sign the petition and help the people of the Congo. Published Date: Mar 27, 2016 Issues: Civil Rights and Liberties, Foreign Policy, Human Rights." Vous pouvez acceder et signer la petition en cliquant sur le lien ci-apres: http://wh.gov/i7Vch Please do your best and use all the social media tools at your disposal to propagate the message (link). Les temps sont graves au Congo-Brazzaville, et nous devons utiliser tous les moyens à portée de main(y compris mediatiques) pour restaurer la Democratie au pays. Vive le Congo!
Mobebissi (non vérifié)
La peur a change de camp ce qui explique la panique generale et les arrestations en masse. Malheureusement pour Sassou, la locomotive de l'histoire est marche et ne s'arretera devant rien (meme pas devant sa soldatesque). Le navire du regime de Brazzaville est entrain de prendre l'eau. Une question aux fanatiques de de Sassou: Comment maintenir la motivation des troupes(enemis du Congo uni et indivisible) quand le navire prend l'eau? Sauvez vos avant qu'il ne soit trop tard. Comme pour semmer une nieme zizanie et se maintenir coute que coute au pouvoir, Sassou est desesperement entrain de vouloir jouer la carte de la division ethnique: Nord vs Sud, Mbochi vs Makoua, Kouyou, Lari, Bembe, Vili,Likuba, Sangha,Likouala, etc. Disons NON et barrons la route a l'Oyocratie! Nous sommes tous Congolais dans la diversite et cela est une bonne chose. C'est Sassou et ses acolytes qui sont le problem et non tous les Mbochis sans distinction! Mettons-nous au decu de la melee et disons NON a toute forme d'amalgame. Sassou est a a fin de son reigne desastreux de ~ 40 ans. Restos calme mes compatriotes. La messe de requiem du regime de Sassou sera dite la semaine prochaine quand Francois Hollande, l'UA, l'UE, et les USA vont officiellemnt demander a Sassou d'abdiquer. Marquez mes mots: le reigne de Sassoukamon (faux pharaon du Congo) est proche. WAIT AND SEE.
SASSOUFIT,DEGAGE (non vérifié)
DEMAIN 29 MARS PAYS MORT AU CONGO B/VILLE JE NE BOUGE PAS,JE RESTE A LA MAISON
Kokoriko (non vérifié)
Voila deux personalite unies dans le crime se reclamant tous deux leader spirituel, le premier chef d'une loge framaconique sorciere du Congo et le Pasteur emerite de l'eglise du salut au Burundi.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires