KENYA : Raila Odinga prêtera serment en tant que « président élu » mardi 30 janvier 2018 à Nairobi

Les mauvais démons sont de retour au Kenya. Alors qu'on le croyait assagi, après avoir, volontairement, décidé de ne pas participer au deuxième tour de l'élection présidentielle, laissant, son rival, Uhuru Kenyatta, se présenter tout seul, l'opposant, Raila Odinga, a créé la surprise, en annonçant son investiture, mardi, 30 janvier, comme « président élu du Kenya ». Il est soutenu par l'opposition dans cette démarche. Cela dit, cette annonce n'a pas fait changer l'agenda du président,Uhuru Kenyatta, qui a bien participé au 30e Sommet de l'Union africaine, à Addis Abeba, les 28 et 29 janvier 2018. Cela dit, il y a risque de troubles.

Des risques d’affrontements dans les rues de la capitale kenyane, Nairobi, entre les responsables de la sécurité et les partisans de l’opposition sont à craindre alors que le chef de l’opposition, Raila Odinga (notre photo), envisage de prêter serment, mardi, 30 janvier, en tant que « président » du Kenya.

La police a, déjà, interdit la cérémonie de prestation de serment prévue par Raila Odinga dans le parc Uhuru à Nairobi. Mais, l'opposition ne se laisse pas du tout impressionnée, et annonce à qui veut l'entendre que l'investiture aura bien lieu.

Le gouvernement kényan a déclaré qu’il ne reconnaissait pas la prestation de serment du chef de l’opposition, Raila Odinga, en tant que « président du peuple ».
Le vice-président adjoint, William Ruto, a démenti, dimanche, la tenue de l’événement et a déclaré que le Kenya avait tourné la page de la longue impasse politique.

D’autre part, la Super Alliance nationale (NASA), dirigée par Odinga, a maintenu qu’elle avait mobilisé des millions de partisans à travers le pays pour assister à cette manifestation.
Par ailleurs, les agents de sécurité ont promis d’user de tous les moyens pour interdire cette cérémonie de prestation de serment.

S’exprimant lundi à Nairobi lors d’une interview accordée à une chaîne de télévision locale, le PDG de la NASA, Norman Magaya, a déclaré que Raila prêtera serment en tant que ‘’président de la République du Kenya et non pas en tant que président du peuple’’.

« Nous avons légitimement fait une réservation pour le parc, et nous n’avons reçu aucune notification interdisant son accès », a-t-il ajouté.
Dimanche, le chef de la police de Nairobi, Japheth Koome, déclarait que personne ne serait autorisé à utiliser les espaces du parc et a qualifié la fonction d’« illégale ».

Raila Odinga a déclaré qu’il ne reconnaît pas la victoire du président, Uhuru Kenyatta, lors du scrutin controversé du 26 octobre, qu'il avait boycotté.
Les nouvelles élections ont eu lieu, après l’annulation des élections du 8 août par la Cour suprême, le 1er septembre.

Kenyatta a remporté ces nouvelles élections avec plus de 98% des voix exprimées. Il avait été seul à se présenter.

Le Kenya va-t-il retrouver ses vieux démons ?

Les plus populaires