LESOTHO : La première dame inculpée pour le meurtre de sa prédécesseure

En fuite depuis le début du mois de janvier, la première dame du Lesotho, petit pays d’Afrique australe, s’est rendue à la police. Elle est accusée du meurtre de l’ancienne épouse de son mari, en 2017.

Fin de cavale pour Maesiah Thabane (sur notre photo à côté du président zambien Edgar Lungu, lors de l'investiture de son mari en juin 2017). L’épouse du premier ministre du Lesotho, Thomas Thabane, a été, officiellement, inculpée, mercredi, 5 février, du meurtre de Lipolelo Thabane, l’ancienne femme de son mari, tuée par balles, en juin 2017. La première dame de ce petit Etat enclavé dans l’Afrique du Sud avait été récupérée à la frontière,  mardi, 4 février, après un accord entre ses avocats et la police. Principale suspecte, elle était en fuite depuis un mois, après avoir refusé de comparaître le 10 janvier. Un mandat d’arrêt avait été lancé à son encontre.

Lipolelo Thabane, 58 ans, a été tuée le 14 juin 2017 alors qu’elle se rendait à son domicile aux abords de la capitale Maseru. L’assassinat a eu lieu deux jours avant l’investiture de son mari alors que le couple, séparé depuis 2012, était en instance de divorce. Les deux femmes étaient en procès pour déterminer laquelle des deux pouvait être reconnue comme l’épouse légitime du premier ministre. La Haute Cour de Justice du Lesotho avait tranché : Lipolelo serait reconnue comme la première dame officielle et jouirait des privilèges attribués à cette position, y compris des avantages financiers, jusqu’à la prononciation du divorce.

Maesiah et Thomas Thabane se sont mariés moins de trois mois après le meurtre. Selon la police, des appels téléphoniques datés du jour du crime auraient été retracés jusqu’au numéro de Thomas Thabane. A la suite de son audition par la police, fin janvier, des centaines d’opposants ont défilé dans les rues de la capitale, réclamant sa destitution. Thomas Thabane a alors annoncé qu’il se retirerait, prochainement, du pouvoir, prétextant son âge avancé (80 ans) sans se prononcer au sujet de l’affaire.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires