Vous êtes ici

NIGER : Le président Issoufou, grand récidiviste des coups d'état imaginaires

Comment doit-on considérer l'annonce de la tentative de coup d'état faite, hier, à Niamey, par le président du Niger, Mahamadou Issoufou ? Voilà un chef d'Etat, candidat à sa propre succession, dans une élection périlleuse, qui doit se tenir le 21 février prochain, et à laquelle il s'est très mal préparé, en se mettant à dos, tous ceux qui l'avaient aidé à la gagner il y a cinq ans. Du coup, il se retrouve en situation, strictement, minoritaire, qui lui serait fatale au deuxième tour, si celui-ci avait lieu. Au jour d'aujoud'hui, il ne peut s'allier avec aucun poids lourd de l'opposition, après une gestion calamiteuse et décriée de son premier mandat.

L'opposant qui lui avait permis de gagner haut la main, la présidentielle de 2011, est, tout simplement, en prison. En effet, ayant vu que Hama Amadou, élu président de l'Assemblée dans le cadre des accords post-présidentielles avec les voix du PNDS, le parti d'Issoufou, voulait tenter sa chance comme candidat, Issoufou a créé une histoire de « bébés » pour lui nuire politiquement. Obligé de quitter le Niger, en catastrophe, Hama Amadou s'est retrouvé en France, pendant plus d'un an, laissant la possibilité au président Issoufou, de décider de son éviction de l'Assemblée nationale. Voilà comment Mahamadou Issoufou a traité un allié, qui lui avait permis, hier, de gagner l'élection présidentielle face à Seini Oumarou, le président du MNSD.

Il est clair que face à Seini Oumarou et Hama Amadou, dans une élection, Issoufou bien que président de la République, n'aurait aucune chance de la gagner. C'est la raison pour laquelle il a choisi d'isoler Hama Amadou, son allié d'hier qu'il considère comme le plus dangereux, en le mettant hors d'état de nuire, en prison. Cette façon de faire ne ressemble pas, beaucoup, aux pratiques des leaders politiques, membres de l'Internationale socialiste. Issoufou se comporte, plutôt, comme un affreux dictateur soutenu par la droite réactionnaire, aujourd'hui, en voie de disparition en Europe.

Ce qu'il crie, aujourd'hui, sur tous les toits, n'est qu'un habillage pour tenter de faire passer son coup d'état imaginaire, en une vraie fausse conspiration, alors que l'opposition lui demande, simplement, de nettoyer le fichier des électeurs qu'il a truffé d'étrangers venant d'Afrique de l'Ouest et du Centre. Ces étrangers, souvent, en partance pour l'Europe, via l'Algérie, la Libye ou le Maroc, sont considérés par Issoufou comme du bétail électoral. Issoufou est, totalement, hostile au nettoyage du fichier électoral propre car s'il accède à cette demande de l'oppositoin, sa défaite est assurée.

Pour sauver sa peau et celle de ses amis du régime, il compte, donc, réaliser un passage en force, sans lequel, il n'a que très peu de chance pour se succéder à lui-même.

Le Niger étant un pays où ce genre de magouille (entre civils) a, souvent, fini, par le passé, par un coup d'état militaire, Mahamadou Issoufou n'a fait que prendre les devants, en annonçant un coup d'état imaginaire, dans l'espoir d'éviter une véritable révolte des militaires, qui, généralement, ne supportent pas ce genre d'injustice. Issoufou sait, donc, à quoi s'en tenir. Car il faut le dire, cette magouille qu'il met en place, au vu et au su de tout le monde, en emprisonnant certains candidats, en terrorisant d'autres, sans même parler des journalistes qu'il malmène comme jamais, auparavant, semble vouée à l'échec, tout comme sa tentative de déstabiliser tous les grands partis, en y créant des scissions, en sa faveur. Plus grave, cette politique menée par le chef de l'Etat pour les intérêts égoïstes de son petit clan, exaspère dans les casernes. Et il le sait.

"Le gouvernement vient de déjouer une tentative malheureuse de déstabilisation des institutions", a déclaré Mahamadou Issoufou, hier, dans un message traditionnel diffusé à la veille des cérémonies de l'indépendance.
"L'objectif de ces individus animés par je ne sais quelle motivation était de renverser les institutions démocratiquement élues en utilisant les moyens mis à leur disposition par le peuple pour assurer sa sécurité", a-t-il ajouté.
"Alors que toutes les institutions, qui en ont la charge préparent activement les élections afin que le peuple nigérien puisse faire son arbitrage dans la transparence, une poignée d'individus qui ont la tête dans les années 1960 ont décidé de substituer leur propre arbitrage à celui du peuple souverain", a poursuivi le président.
Ces derniers "envisageaient notamment d'utiliser la puissance de feu des moyens aériens", a-t-il ajouté.
"Les principaux auteurs de cette folle aventure ont pu être tous identifiés et arrêtés à l'exception d'un seul en fuite. La situation est calme et sous contrôle, l’enquête en cours permettra d'identifier les autres acteurs et complices éventuels de ce funeste complot contre la sûreté de l'Etat", a-t-il conclu.

Parmi les personnes arrêtées selon la presse et les réseaux sociaux, figurent le général d'aviation, Souleymane Salou, 62 ans, ancien chef d'état-major des armées sous le régime militaire du général, Djibo Salou (2010), auquel M. Issoufou avait succédé au pouvoir, le lieutenant-colonel, Idi Abdou Dan Haoua, commandant de la Base aérienne de Niamey ou le commandant, Naré Maidoka, chef du 1er Bataillon d’artillerie de Tillabéri, une ville située à une centaine de kilomètres, à l'Ouest du pays et proche de la frontière avec le Mali.

En 2011, le président Issoufou avait, déjà, annoncé dans un message à la Nation, avoir déjoué un putsch contre son régime. Selon les autorités, dix militaires dont des officiers avaient, alors, été arrêtés pour "tentative de renversement du régime" et "tentative d’assassinat du chef de l'Etat". Par la suite, ils furent relâchés sans aucune autre forme de procès. Issoufou, peut-on dire, est, donc, coutumier du fait.

Mardi, l'opposition a suspendu sa participation au comité sur l'audit du fichier électoral réclamant des experts internationaux et critiquant les délais trop courts.

En août, l'opposition avait rejeté le calendrier fixé par la commission électorale, dénonçant une absence de "consensus". Elle avait auparavant critiqué la Cour constitutionnelle, qui valide les candidatures et les résultats des élections, pour son "allégeance" au président.

Notons pour terminer que Mahamadou Issoufou, s'inspirant, beaucoup, de l'expérience de son camarade socialiste, Alpha Condé, de la Guinée, entend, à son tour, gagner la présidentielle, dès le premier tour. Simplement, la Guinée Conakry n'est pas le Niger.

Commentaires

Kimpéné Ya Congo (non vérifié)
Il est des Moments qui doivent rendre ces Faux Présidents Noirs, d'AFRIQUE NOIRE très malheureusement Responsables de la Crédibilité du Continent Noir qui est Écorné à cause de leur Incapacité de Voir qu'ils sont Incapables de Respecter leurs Constitutions, leurs Peuples, leurs Personnalités et qu'ils doivent savoir que le Monde Actuel est si Ouvert, si Suivi sur le Net, sauf en Afrique Noire car ils ( ces faux Pdts ) donnent pas les Possibilités à l'Afrique Noire d'Être à jour des Nouvelles du Monde Entier. Cela leurs donne, à ces faux Présidents la Largesse de mentir tout le Temps leurs Peuples. Ils se passent ainsi de Véritables DIEUX ou des SATANS en Terrorisant leurs Peuples en Fausses Promesses réalisées à moitié, telles les Routes qui s’Erodent ici et là car mal étudier et aussi faites à la Hâte par des Sociétés courtisanes qui se moquent aussi de nos pays. Ils veulent TOUS Rester PRÉSIDENTS à VIE comme si le Peuple les Aimeraient aussi pendant tout ce Long temps ???Voilà que le Peuple Burkinabé qui Nous a donné une Vraie leçon de Révolte en faisant Reculer un Président à Vie. Il va falloir que tous les Noirs d'AFRIQUE NOIRE se réveillent afin que ces Faux Présidents en dehors du Grand NELSON MANDELA qui leur a donné une leçon de Résistance et de Démocratie en Afrique du Sud. Et voilà le Président Jacob Zouma qui se comporte comme un Vrai Voyou en prenant sa Présidence comme une maison close pour Assouvir sa Libido Insatiable alors qu'il a 9 femmes, quelle Honte. Ils n'aiment pas l'Afrique Noire mais ils veulent rester au Pouvoir comme des ROIS d'antan mais qu'est-ce qu'ils Croient ? Les Occidentaux nous considèrent comme des animaux, des Écervelés, comme ils avaient fait subir nos grands parents en Nous Jetant dans des Cales des Bateaux pour les Amériques continents et autres où Nous sommes disséminés partout dans le Monde entier. Alors que les Pyramides d'Egypte avaient été faites par des Bantous, tel TOUTA KAMON et qu'aujourd'hui cette Intelligence là a disparu, pour donner place à des Noirs aussi Incultes et incapables d'Etonner ce Monde que par la BÊTISE. Vous Nous faites Honte, et à Vous-même mais Vous ne vous rendez pas compte, PITIÉ ! ViVe l'AFRIQUE NOIRE RESPECTÉE, INTELLECTUELLE, MURE, INDUSTRIALISÉE, DÉMOCRATIQUE et UNIE !

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.