PALESTINE : Le président Abbas annonce rompre «toutes les relations» avec Israël et les Etats-Unis

Face au parti pris systématique de Donald Trump et à une amitié affichée et sans complexe avec Israël, le président palestinien, Mahmoud Abbas, n'avait guère de choix. Toutefois, personne aux Etats-Unis ne le pensait capable d'avoir une position aussi tranchée, aussi, radicale. Mais, pour Abbas, la Palestine n'a plus rien à perdre et si cette rupture des relations diplomatiques, peut desservir Trump, pendant sa difficile campagne présidentielle, ce sera, toujours, cela de gagné côté Palestine. L'ambition, semble-t-il, c'est de le déranger autant que possible pour qu'il ne se succède pas à lui-même, sinon, ce serait néfaste pour les intérêts de la Palestine. Cette rupture va, à coup sûr, être exploitée par le camp démocratique pour qui Trump est un président indigne pour la grande Amérique.

Sans prendre de gants, Mahmoud Abbas a, donc, annoncé, ce samedi, 1er février, la rupture de «toutes les relations», y compris sécuritaires, entre l’Autorité palestinienne, d’une part, et Israël et les Etats-Unis, d’autre part, avant une réunion extraordinaire de la Ligue arabe sur le projet de paix américain présenté dans la semaine. Dans le même temps, le président palestinien prend tout le monde de court, surtout, les pays arabes que Washington était en train de « travailler » en sous-main pour qu'ils trouvent des circonstances atténuantes au plan du président américain. On sait, par exemple, que l'Arabie Saoudite avait émis un avis favorable à l'annonce de ce Plan. En rompant ses relations avec Tel Aviv et Washington, Abbas prend ses responsabilités et pousse les caméléons du monde arabe à prendre, également, les leurs. Car pour lui, ce «Plan Trump» n'est rien d'autre qu'une «violation des Accords d’Oslo» signés avec Israël en 1993.

Le président de l'Autorité palestinienne (sur notre photo entre Trump et Netanyahou) a dit avoir transmis le message au premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou (dont Trump souhaite ardemment la réélection d'où l'annonce de son Plan à cet instant précis). Abbas a, également, appelé l’Etat hébreu à «prendre ses responsabilités en tant que puissance occupante» des Territoires palestiniens.

Visiblement, il faudra le retour d'un autre président que Donald Trump à la Maison Blanche pour renouer le fil du dialogue entre Israéliens et Palestiniens.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires