Vous êtes ici

PRESIDENTIELLE AU MALAWI : L'ancienne présidente Joyce Banda prépare son retour au pouvoir

L'ancienne cheffe de l'Etat du Malawi, Joyce Banda, a annoncé, mardi, 5 février, sa candidature à l'élection présidentielle du 21 mai, rompant avec un accord signé quelques jours plus tôt à peine avec l'actuel vice-président, Saulos Chilima.

Accompagnée de ses partisans, Joyce Banda a déposé son dossier à la commission électorale à Blantyre, la capitale économique du pays.

Vendredi, 1er février, son Parti populaire (PP) avait, pourtant, annoncé avoir formé une alliance avec trois autres formations d'opposition au président sortant, Peter Mutharika, en vue de présenter un candidat unique pour l'affronter.

L'ex-cheffe de l'Etat a écarté, mardi, 5 février, toutes les questions des journalistes sur son revirement, attribué par la presse locale au refus de ses partenaires d'accepter son fils comme colistier.

"Ne gâchons pas ce jour magnifique", s'est-elle contentée d'indiquer, "je parlerai de l'alliance un autre jour".

Première femme à la tête du Malawi, Joyce Banda, 68 ans, avait quitté son pays, en 2014, après sa défaite à l'élection présidentielle et après avoir été mise en cause dans une affaire de corruption dite du "Cashgate".

Elle est rentrée au Malawi, l'an dernier, après quatre ans d'exil. Et prête à en découdre avec la classe politique de son pays.

Depuis des mois, le mécontentement populaire gronde contre Peter Mutharika, au pouvoir depuis 2014. Sa popularité a été écornée par un scandale de pots-de-vin, les pénuries de nourriture et les coupures d'électricité.

Le pouvoir est, donc, à portée de la main.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.