PRESIDENTIELLE AU TOGO : Aujourd'hui 22 février jour de l'élection

Le jour tant attendu est enfin arrivé. Ce samedi, 22 février, jour de l'élection présidentielle sur l'ensemble du territoire togolais, ainsi que, dans quelques représentations diplomatiques (France, Etats-Unis, RDCongo, Gabon, Maroc, Nigeria), les sept candidats se croisent le fer. Il s'agit de Faure Gnassingbé, 54 ans, parti UNIR (Union pour la République), Aimé Gogué, 73 ans, ADDI (Alliance démocratique pour le développement intégral), Komi Wolou, 56 ans, PSR (Pacte social pour le renouveau), Agbéyomé Messan Kodjo, 66 ans, Coalition des forces démocratiques, Jean-Pierre Fabre, 67 ans, ANC (Alliance nationale pour le changement), Mohamed Tchassona, 60 ans, MCD (Mouvement citoyen pour la démocratie et le développement) et Georges-William Kouessan, 53 ans (le plus jeune des candidats), Parti Santé du peuple.
Certains d'entre eux sont des candidats de témoignage.

Depuis 7 heures (GMT et heure du Togo), les 9.389 bureaux de vote sont ouverts sur l'ensemble du territoire. La campagne, comme l'avait, ardemment, souhaité le président-candidat, Faure Gnassingbé, en mettant les moyens nécessaires à cet effet, s'est très bien déroulée. Aucun incident majeur n'a été signalé, même quand les militants des candidats adverses allaient provoquer certains candidats dans leurs fiefs électoraux. On ne doute pas que la journée du vote de ce 22 février sera de la même veine : les électeurs vont accomplir leur devoir de citoyen et attendront les nouvelles venant de la CENI (Commission électorale nationale indépendante), seule instance au Togo à donner des informations sur le déroulement du vote, les tendances et les résultats définitifs.

On ne tiendra donc pas compte des posts de certains ministres et dignitaires du candidat, Faure Gnassingbé, qui annoncent, depuis quelques jours, déjà, la victoire de leur candidat, dès ce premier tour. Le « Coup KO » ! C'est la promesse faite à Faure lors des meetings du parti UNIR, par ses militants. On en avait compté 10.000 lors du dernier meeting du parti présidentiel jeudi soir à Agoè-Nyivé (banlieue de Lomé), tandis que devant le président-candidat, qui organisait son dernier meeting, chez lui, à Kara, dans le Nord du pays, ils étaient près de 40.000 à lui annoncer la victoire dès le premier tour (notre photo).

On ne tiendra pas non plus compte des interminables klaxons et flonflons des milliers de militants de Jean-Pierre Fabre habillés de leur traditionnelle couleur orange, qui, sillonnant dans de longs convois de voitures et de motos, les artères de la ville de Lomé, jeudi, soir, avant la fin officielle de la campagne à 00 heure, juraient que cette troisième participation de leur champion, serait la bonne.

Les militants d'Agbéyomé Kodjo croient dur comme fer que c'est lui que les Togolais vont désigner pour l'alternance, d'autant plus qu'il a la bénédiction de Mgr Philippe Kpodzro, l'archevêque émérite de Lomé.

Bref, les militants des sept prétendants voient midi à leur porte, en attendant que Tchambakou Ayassor, le président de la CENI, vienne mettre tout le monde d'accord.

Les Togolais ont commencé, à voter, à 7 h 00, de façon joyeuse et cordiale comme ils l'ont fait, lors des locales de fin juin dernier, et lors des législatives de fin décembre 2017, même si pour la plupart des personnes interrogées de façon informelle, il n'y aura vraiment pas de suspense. Le président sortant est sûr de sa réélection.

Les bureaux de vote ferment à 16 h00 GMT (heure du Togo) et à partir de cet instant, les sept candidats seront à l'écoute de la CENI.

D'un de nos envoyés spéciaux à Lomé.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires