PRESIDENTIELLE AU TOGO : Deux journalistes évaluent la démocratie dans le pays avant l'échéance du 22 février

Editorialiste et président du Club de l'information africaine, le journaliste camerounais, Louis Magloire Keumayou, et le patron du groupe togolais de presse, Focus Infos, Jean-Paul Agboh Ahouélété, passent au crible, dans un ouvrage de 192 pages, les hauts et les bas de la démocratie togolaise, mise sur les rails depuis une bonne trentaine d'années.

Le titre de cet ouvrage, « Togo : Une démocratie en construction », ne sert pas, uniquement, à évaluer le niveau de la démocratie avant la présidentielle du 22 février. Ce livre servira, surtout, après ce scrutin, quand, à tête reposée, les Togolais après avoir choisi leur élu pour les cinq prochaines années, pourront le lire avec plus de recul. Son contenu permet une lecture rapide dans la mesure où les thèmes choisis, rencontrent les préoccupations politiques de l'heure. Quelques exemples de chapitres pris au hasard : Les enjeux du scrutin du 22 février 2020, rêve d'alternance de l'opposition, renouvellement auguré de la classe politique, appels au boycott, le grand absent Tikpi Atchadam, la C14, l'Accord RPT-UFC, le cadre permanent de dialogue et de concertation, etc.

L'ouvrage consacre, également, quelques belles pages aux personnalités qui ont façonné cette démocratie ces trente dernières années. Il propose, aussi, des portraits des personnalités les plus marquantes de l'heure où on compte, naturellement, Faure Gnassingbé, candidat à sa propre succession, le 22 février, mais aussi, l'ancien premier ministre et ancien président de la Commission nationale des droits de l'homme, Me Yao Agboyibo. On note, aussi, la présence des responsables politiques de premier plan dont Edem Kodjo qui fut ancien premier ministre et ancien secrétaire général de l'OUA, Gilchrist Olympio, le patron de l'UFC et grand artisan de la démocratie du Togo moderne, le professeur, Messan Léopold Gnininvi, ancien directeur de l'IUT de l'Université de Lomé et fondateur du parti CDPA, Me Joseph Kokou Koffigoh, ancien premier ministre de la transition issu de la Conférence nationale souveraine des années 90, Jean-Pierre Fabre, président du parti politique ANC et candidat à l'élection présidentielle du 22 février.

Dans l'ensemble, Louis-Magloire Keumayou et Jean-Paul Agboh Ahouélété démontrent que le Togo, ces trente dernières années, a renforcé son architecture démocratique, grâce aux réformes constitutionnelles et institutionnelles intervenues en mai 2019. A tout seigneur tout honneur, l'architecte de ce changement très important qui n'a l'air de rien, c'est bien Faure Gnassingbé, le moins bavard des présidents africains. Ces réformes ont eu l'avantage de remettre sur les bons rails un processus démocratique amorcé par la jeune nation au lendemain de son indépendance en 1960, mais vite, interrompu par le coup d'état intervenu dans la nuit du 12 au 13 janvier 1963, et relancé par la Conférence nationale souveraine de 1991.

C'est l'histoire de ce processus, et de ses acteurs majeurs, que les auteurs racontent dans ce livre.

Togo : Une démocratie en construction
Par Jean-Paul Agboh Ahouélété et Louis Magloire Keumayou
Editions Michel Lafon, 192 pages, 9,95 euros (5.000 F CFA), Neuilly-Sur-Seine 2020.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires