RDCONGO : Joseph Kabila a négocié une retraite dorée pour ses ministres et anciens collaborateurs

Sénateur à vie (avec tout ce qui va avec), ancien président de la République, qui garde tous les investissements effectués par lui-même, ainsi que, sa famille, pendant ses dix-huit ans de pouvoir, Joseph Kabila n'a pas pensé, seulement, à lui-même et aux siens proches. Chef d'un système de prédation (en voie disparition?), il a, aussi, oeuvré pour que tous ses ministres et anciens collaborateurs, manquent de rien. Ils vivront, tous, comme s'ils étaient, toujours, en fonction. Voilà le prix de la victoire d'Etienne Tshisekedi que semble dénoncer Martin Fayulu qui manifestait, cet après-midi, à Kinshasa où il a appelé ses militants et sympathisants à la « résistance pacifique ».

A deux semaines de la fin de leur mandat, le premier ministre congolais sortant, Bruno Tshibala, et ses ministres se sont octroyés, par décret, des avantages à vie. Une retraite dorée qui choque alors que le revenu moyen plafonne à 1,25 dollar par jour.

Les décrets ont été publiés dans le journal officiel de la RD Congo, le 15 décembre 2018, deux semaines avant les élections générales du 30 janvier, qui ont conduit à la première passation de pouvoir pacifique. Signés par le premier ministre, Bruno Tshibala, et le ministre d’Etat au Budget, Pierre Kangudia, ces deux décrets garantissent aux anciens membres du gouvernement une série d'avantages dont le coût serait estimé à près de 30 millions de dollars (15 milliards de F CFA).

Jusque-là, les anciens ministres disposaient d'une indemnité de sortie égale à six mois de traitement. "Ces décrets sont scandaleux et immoraux. Ils doivent donc être annulés par les nouvelles autorités parce que ces ministres se sont octroyé des avantages indus", a déclaré Georges Kapiamba, président de l'ONG ACAJ (Association pour l'accès à la justice).

Sur les réseaux sociaux, la colère monte. "Il s'agit d'un enrichissement sans cause, une tentative de vol qu'il faut punir", peut-on lire sur Whatsapp. "Il faut rapidement mettre ces oisifs hors d'état de nuire", écrit un autre internaute.

Les décrets ont, aussi, provoqué un tollé au sein de certains côtés de la scène politique. Adam Bombole, président du parti politique, Ensemble Changeons le Congo (ECCO), qui avait appelé à voter pour Félix Tshisekedi, s'est indigné sur Twitter.

Les anciens premiers ministres pourront bénéficier à charge du Trésor public des avantages suivant : "une indemnité mensuelle estimée à 30 % des émoluments du premier ministre en fonction, une indemnité mensuelle de logement estimée à cinq mille dollars", détaillent les décrets. Ils auront, également, droit à un véhicule neuf tous les cinq ans, "un titre de voyage par an, en business class sur le réseau international", et des gardes du corps "pour la durée de leur vie", selon le décret.

Les anciens membres du gouvernement pourront , eux, bénéficier, toujours, "à charge du Trésor public" d'une indemnité mensuelle estimée à 30 % des émoluments de ceux en fonction, une indemnité mensuelle de logement estimée à mille dollars américains et un titre de voyage par an, en business class, sur le réseau international", lit-on dans ces documents.

Ces avantages concernent les 47 ministres,  vice-ministres et 2 secrétaires généraux, ainsi que, "des personnalités exerçant les fonctions équivalentes au rang des membres du gouvernement au cabinet du président de la République et au cabinet du premier ministre", a décidé le premier ministre, Bruno Tshibala. Comme obligations faites aux anciens membres du gouvernement et assimilés, "il est interdit de divulguer ou de révéler des secrets d'Etat".

Géant d'Afrique centrale, la RDCongo est riche en minerais, mais, le revenu moyen par habitant plafonne à 457 dollars par an, soit 1,25 dollar par jour (selon les chiffres de la Banque mondiale pour 2017).

Ajouter un commentaire

Les plus populaires