Vous êtes ici

RDCONGO : Nomination de Sylvestre Ilunga Ilunkamba au poste de premier ministre

Après quatre mois d'attente, le nouveau président de la (RDC) République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, a nommé un premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, au profil très singulier (notre photo). En effet, il a été proposé par son prédécesseur, Joseph Kabila, pour former un gouvernement de coalition. L'expérience de la cohabitation se poursuit, pour le moment, sans couac, mais, de façon très ralentie.

Ce même lundi, 20 mai, date de la nomination du premier ministre chef du gouvernement, un poids lourd de l'opposition, Moïse Katumbi, s'est rappelé au bon souvenir de l'alliance Tshisekedi/Kabila, avec un retour d'exil triomphal devant des dizaines de milliers de partisans dans son fief de Lubumbashi (Sud-Est).

Agé de 78 ans d'après son entourage. Sylvestre Ilunga Ilunkamba a été nommé en vertu de "l'accord politique" entre les coalitions de MM. Tshisekedi et Kabila, selon le porte-parole du chef de l'Etat.

Devant la presse, le nouveau premier ministre a remercié le chef de l'Etat et son prédécesseur Joseph Kabila, "qui m'a proposé comme premier ministre en m'assurant de sa confiance".

"Je considère ma nomination comme une lourde responsabilité en ce moment crucial de l'Histoire de notre pays", a-t-il ajouté.

M. Ilunga Ilunkamba était jusqu'à présent en retrait de la vie politique à la tête de la Société nationale des chemins de fer congolais (SNCC).

Ce docteur en sciences-économiques a été, quatre fois, vice-ministre et, deux fois, ministre au Plan et aux Finances, selon la présidence, qui a dû rafraîchir la mémoire des Congolais : il a commencé sa carrière à l'époque de l'ex-dictateur Mobutu Sese Seko (1965-1997).

Ce vieux routier doit faire le trait d'union entre M. Tshisekedi, proclamé vainqueur de l'élection présidentielle, et M. Kabila, qui conserve tous les autres leviers du pouvoir, à commencer par une large majorité au parlement.

Il doit maintenant former un gouvernement où les partisans de M. Kabila devraient être majoritaires, puis, solliciter la confiance de l'Assemblée nationale.

Commentaires

HANSALEVEY Adams (non vérifié)
ainsi va la vie humaine, qui vivra verra; à coté des agitateurs, le train continue de rouler !!!

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.