RUSSIE/COREE DU NORD : Le « leader bien aimé » invité au Kremlin par Vladimir Poutine

L'invitation de Kim Jong-un à se rendre chez Vladimir Poutine ? C'est une pression supplémentaire qui va s'exercer sur le très instable président américain, Donald Trump. Le président républicain est tellement imprévisible qu'il serait capable d'annuler, une deuxième fois, le Sommet, qu'il envisage de tenir, le 12 juin, à Singapour, avec le président nord-coréen, le « leader bien aimé » Kim Jong-un. Mais, désormais, le chef russe est à l'embuscade. Face au cirque dont l'acteur principal n'est autre que le clown de la Maison Blanche, Vladimir Poutine, qui est crédité d'être l'homme le plus puissant du monde (selon les magazines américains), veut tirer la couverture à lui. Car à défaut d'être intelligent, Trump est, encore, moins bien rusé que Poutine. Ce qui est un double désavantage pour son camp et ses alliés. Et le président russe ne le sait que trop bien en invitant le jeune Coréen à effectuer une visite mémorable non pas dans un pays neutre (comme Singapour), mais au cœur du Kremlin, dans les prochaines semaines. Voilà, donc, consacrée l'ouverture de la Corée du Nord au niveau de deux membres principaux du Conseil de sécurité. Après le retour à la normale dans ses relations avec la Chine, Kim Jong-un va se faire un nouvel allié stratégique en la personne de Vladimir Poutine, gardien d'un arsenal nucléaire conséquent. Donald Trump n'a qu'à bien se tenir : le monde ne marchera, jamais, à son rythme.

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, en visite à Pyongyang, a été reçu, jeudi, 31 mai, pour la première fois, par Kim Jong-un (notre photo). Le ministère russe a diffusé des photographies et une vidéo de la rencontre, montrant les deux hommes se serrant la main et s'entretenant face à face autour d'une table.

Sergueï Lavrov s'est rendu à Pyongyang à l'invitation de son homologue nord-coréen, Ri Yong-ho, qui avait visité la Russie en avril dernier.

Il a transmis à Kim Jong-un "le salut le plus chaleureux" du président russe, Vladimir Poutine, et "ses souhaits de succès dans les importantes initiatives entreprises sur la péninsule coréenne", selon un texte publié par le ministère russe.

"Venez en Russie, nous serons très heureux de vous accueillir", a, également, proposé le chef de la diplomatie russe à Kim Jong-un, qui ne s'est, jamais, rendu en Russie contrairement à son père, Kim Jong-il, qui avait, notamment, visité son grand voisin en 2001 et 2002.

Avec Ri Yong-ho, Sergueï Lavrov a "évoqué en détail la situation internationale et en particulier les problèmes qu'il faut régler afin de parvenir à la dénucléarisation de la péninsule coréenne avec la création d'un système stable pour la paix et la sécurité", toujours, selon le ministère russe.

"Nous confirmons notre attachement à la coopération la plus étroite possible avec la Corée du Nord au nom du règlement de toutes les tâches bilatérales et internationales", a-t-il ajouté.

La dernière visite de responsables russes en Corée du Nord remontait au mois de mars, lorsque le ministre russe chargé du développement de l'Extrême-Orient, Alexandre Galouchka, s'était rendu à Pyongyang pour évoquer les liens économiques bilatéraux.

La visite du chef de la diplomatie russe intervient en pleine effervescence diplomatique à l'approche du Sommet du 12 juin entre Donald Trump et Kim Jong-un, Sommet qui semble remis sur les rails après avoir été annulé sur un coup de tête du président américain.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires