Vous êtes ici

SECURITE : Organisation en juillet d'un Sommet CEDEAO/CEEAC à Lomé contre le radicalisme et l'extrémisme

L'Afrique est active face aux manoeuvres des djihadistes du Sahel et du Lac Tchad. Si on dit, souvent, que le bandit a une longueur d'avance sur le gendarme, le radicalisme et l'extrémisme sont très loin d'avoir gagné. Les Etats africains concernés s'organisent, individuellement et collectivement, pour faire échec à cette violence aveugle qui s'est invitée, sans s'annoncer, dans la vie quotidienne des Africains. Après Yaoundé, en juin 2013, les pays africains de l'Ouest et du Centre, ainsi que, leurs partenaires extérieurs, se donneront rendez-vous, à Lomé, en juillet 2018, pour actualiser leur logiciel de lutte contre ce phénomène des temps modernes. L'union faisant la force, et sous les auspices des Nations-Unies et de leurs partenaires occidentaux et des pays émergents, les pays membres de la CEDEAO et de la CEEAC pourront, ainsi, faire le bilan, depuis la conférence de Yaoundé, de leur partenariat dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et définir de nouveaux axes de collaboration afin que les djihadistes se sentent traqués, pourchassés, où qu'ils se trouvent.

A l’invitation du ministre togolais des Affaires étrangères, de la Coopération et de l’Intégration africaine, le professeur, Robert Dussey, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération, de la Francophonie et de l’Intégration régionale du Gabon, chargé des Gabonais de l’étranger du Gabon, Noël Nelson Messone, a effectué, les 19 et 20 avril 2018, une visite d’amitié et de travail à Lomé (notre photo).

Au cours de cette visite, les deux ministres ont convenu de la nécessité de relancer les activités de la grande Commission mixte de coopération Togo-Gabon, et de signer, prochainement, un accord d’exemption des visas pour les détenteurs de passeports diplomatique et de service des deux Etats.

Examinant les questions de coopération en matière de migration, les deux ministres ont convenu d’une gestion concertée des cas de Togolais vivant en situation irrégulière au Gabon, notamment, par un système de partage d’informations préalables et une organisation concertée des opérations de rapatriement dans le respect des droits des migrants. A cet égard, le professeur, Robert Dussey, a souligné la nécessité d’une incitation au retour volontaire des migrants togolais en situation irrégulière, notamment, par la réduction ou l’annulation des frais de visas de sortie définitive du territoire gabonais, et a rappelé l’urgence de la révision de l’accord sur la libre circulation des personnes et des biens, à l’emploi et à l’établissement du 21 mars 1975 qui existe entre le Togo et le Gabon.

Les deux ministres se sont, par ailleurs, félicités des travaux entrepris par les experts des deux pays en vue de prévenir et de réprimer la traite des enfants par une coopération efficace entre les deux deux Etats. A cette fin, les deux ministres ont convenu de la signature prochaine de l’accord en matière de lutte contre la traite des enfants afin de faciliter la coopération et la collaboration dans l’investigation, l’arrestation, la poursuite et l’extradition des coupables à travers les autorités compétentes de chaque Etat.

S’agissant de la question de la radicalisation et l’extrémisme violent sur le continent, les ministres togolais et gabonais ont réaffirmé leur ferme volonté de renforcer le rôle, les capacités, l’efficacité et l’efficience de la CEDEAO et de la CEEAC et souligné la nécessité de combattre ce fléau.  A cet égard, ils se sont félicités de la décision prise par les deux institutions de l’organisation, à Lomé, en juillet 2018, d’un Sommet conjoint sur « la paix, la radicalisation et l’extrémisme violent » dans les deux espaces communautaires.

Evoquant la grave question de la criminalité transfrontalière organisée, de la piraterie maritime et du terrorisme, les deux chefs de la diplomatie ont exprimé leurs vives préoccupations face à la recrudescence de ces différents actes, réaffirmé leur ferme condamnation et appelé à la mutualisation des efforts ainsi qu’à la poursuite de la coopération internationale pour venir à bout de ceux-ci.

Le ministre des Affaires étrangères gabonais a invité le professeur, Robert Dussey, à effectuer une visite officielle au Gabon. Le professeur, Robert Dussey, a accepté cette invitation de bonne grâce. La date de celle-ci sera fixée, ultérieurement, par voie diplomatique.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.