SOMMET FRANCE-AFRIQUE : Un Sommet devenu symbolique et dépouillé de sa substance

La capitale malienne, Bamako, est sous état d’urgence. Depuis qu'elle a été sauvée de l'envahissement djihadiste, en 2012, par la France, elle est loin de donner des assurances. Le Sommet France-Afrique ou Afrique-France (c'est selon) ayant été attribué, au Mali, par défi, on croise les doigts que les travaux se déroulent dans la concorde, et sans fausse note, car rien n'est acquis, l'armée malienne, ayant perdu, cinq militaires, il y a seulement deux jours, victimes d'un engin piégé, à quelques centaines de kilomètres de la capitale.

Une vingtaine de chefs d’Etat et de gouvernement, d’Afrique francophone et anglophone, sont attendus, pour parler Sécurité (Paix), Economie (Emergence) et Jeunesse. La France n'est compétente, en réalité, que sur le premier thème : la sécurité où son dispositif, Barkhane, suscite une certaine retenue chez les djihadistes qui ne se comportent plus dans le Sahel comme en terrain conquis. Mais pour les deux autres thèmes des travaux, la France, concrètement, n'a rien à apporter. Sinon son expérience qui ne fait pas recette, même, chez elle, en France.

« Plus de 10 000 hommes sont mobilisés pour la couverture sécuritaire, dont 700 pour la sécurité des hautes personnalités ».C'est du jamais vu lors d'un Sommet de ce genre. Le précédent, sous la présidence d'ATT (Amadou Toumani Touré), avec Jacques Chirac, à l'Elysée, avait compté, à peine, 2.000 forces de défense et de sécurité, en décembre 2005.

Aujourd'hui, la journée de vendredi sera exceptionnellement chômée et payée au Mali.

La France n'est utile, en Afrique, désormais, que dans le domaine de la sécurité. A cet égard, la formation des militaires africains est une priorité. Le message qu’entend faire passer le président français, François Hollande, à quatre mois de son départ de l'Elysée, sera simple : « Les engagements pris au Sommet de l’Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique en décembre 2013 ont été tenus », qu’il s’agisse de formation militaire, des programmes de développement ou de la participation de l’Afrique à la COP 21.

En effet, l’objectif fixé, en 2013, de former 20 000 militaires africains, par an, a été dépassé, en 2016, leur nombre devant être de l’ordre de 25 000 dans les trois prochaines années.
Ces programmes de formation qui visent à diminuer la fréquence des interventions militaires de Paris constituent, désormais, la mission principale de certaines bases françaises en Afrique, comme celles de Dakar, Libreville ou Djibouti.

Les besoins restent immenses. Le Mali ne dispose, actuellement, que d’environ six bataillons opérationnels, largement, insuffisants pour contrôler un territoire de 1,2 million de kilomètres carrés.

Par contre, les engagements français en matière de développement, et sa capacité d'intervenir sur le plan des investissements, ne peuvent être tenus car il y a longtemps que la France n'a plus les moyens de ses ambitions en Afrique. Parfois, et de plus en plus, les Africains commencent même à la soupçonner de susciter, voire, d'encourager, discrètement, quelques conflits sur le continent, afin de lui permettre de maintenir une certaine influence qu'elle ne peut plus afficher sur le plan économique et financier.

Autre question qui ne sera pas à l'ordre des discussions à Bamako mais qui fait boule de neige : la question de la zone franc. La France s'y accroche mordicus et ne lâche pas ce morceau alors qu'au même moment, elle déclare sa volonté de laisser les dirigeants africains libres du choix de quitter ou de rester dans la zone franc. Comme si elle le faisait, uniquement, pour le plaisir des pays africains membres et non, avant tout, pour ses intérêts propres que lui procure la gestion de ce fameux compte d'opération, qui est tant décrié. Cette question va être au centre du débat entre la France et les pays africains qui en sont membres dans les mois à venir.

Commentaires

ku ibiti (non vérifié)
Oui surtout le cfa qu ils nous lachent avec !!! y en a ras le bol !!!!
King (non vérifié)
Il est temps
maitre odouiran (non vérifié)
!!! Grand Maître en travaux occultes formé, grand voyant , grand sorcier para- psychologue-voyant , Diplômé en Sciences occultes ,Praticien de la haute magie , Grand prête Vaudou avec action dans l’immédiat : Problèmes de couples , retour affectif. J'aimerais porter secours à toutes personnes qui désires trouver satisfaction dans n'importe quel domaine ceci n'est pas du bleffe. Qui vous à dire que vous ne pourrai pas évoluer et que vous êtes as à bout ??? C'est du bleffe tous vos problème seront résolue je vous assure. Que vous soyez pauvre ou riche et vous désirez changer de vie , ou vous souffre d'une maladies incurable ( cancer de sang , de poumon , de cœur , de seins ou autres, vous désirez êtres mieux payer dans votre service, vous voulez prospérer, vous voulez avoir de l'argent en quantité considérable, je peux vous aider sans souci car j'ai plusieurs recettes.Ceci grâce à ma connaissance dans la médecine traditionnelle. En premier lieu je suis un grand herboriste de niveau supérieur je dis ça parce que plusieurs expériences me l'on démontrés. J'ai aussi une grande connaissance dans la sorcellerie et la magie je suis un guérisseur. Je peux vous guérir de plusieurs maux comme suit: A trouver un meilleur emploie, A quitter la pauvreté pour toujours et à jamais, je suis un féticheur très connu dans le monde et je souhaite vivement aider tous ceux qui ont de grave difficultés dans leur ménage et en particulier dans leur vie. Je ne veux pas de plaisanterie car cela pourrais être perçu comme un manque de respect à mon égard. Que vous soyez dans n'importe qu'elle coin du monde , je peux descendre à votre domicile si votre problème demande beaucoup de tacts. Et dans le cas contraire vous pouvez nous indiquer votre maison et nous allons venir sans aucun problème. contactez moi E-mail : maitre.odouiran@gmail.com tel whatsapp: +229 64 61 30 47 https://mediumvoyantodouiran.jimdo.com/

Ajouter un commentaire

Les plus populaires