SOMMET ISRAEL-AFRIQUE : Promotion assurée à Washington par le chef de la diplomatie togolaise

Les relations entre Israël et l'Afrique n'ont pas, toujours, été faciles. Par le passé, nombre de mouvements politiques africains contre la colonisation européenne s'identifiaient à la lutte des Palestiniens et Israël a, longtemps, soutenu l'ancien régime d'apartheid en Afrique du Sud.

Mais, l'Etat hébreu s'est beaucoup activé, diplomatiquement et économiquement, sur le continent et a noué des relations politiques et commerciales avec plusieurs pays africains.

Par exemple, le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, s'est rendu, l'an passé, dans quatre pays africains (Rwanda, Ouganda, Kenya et Ethiopie), et il devrait rencontrer, fin octobre, à Lomé, au Togo, au moins, une trentaine de dirigeants au cours d'un Sommet Afrique-Israël, le premier du genre entre les deux parties. Un Sommet fort couru...

C'est, d'ailleurs, une des raisons majeures de la présence du professeur, Robert Dussey, à l'AIPAC (The American Israel Public Committee), à Washington, où il est venu « vendre » ce Sommet aux amis d'Israël. Sur les 16.000 participants, on compte le vice-président américain, Mike Pence, le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, l’ambassadrice des Etats-Unis aux Nations-Unies, Nikki Haley, le président de la Chambre des Représentants, Paul Ryan, ou encore, la démocrate, Nancy Pelosi.

Tout le gratin de la politique américaine assiste à cette convention et pas seulement. Les anciens premiers ministres de Grande Bretagne, Tony Blair, et du Canada Stephen Harper, ont, aussi, fait le voyage de Washington.

Dimanche après-midi, le professeur, Robert Dussey, s’est exprimé devant une assistance de plus de 6.000 personnes enthousiastes. Il a parlé des relations entre l'Afrique et Israël. Et du futur Sommet.
Interrogé par le journaliste Frank Sesno (CNN, PBS), il a rappelé l’engagement de son pays aux côtés d’Israël. Un soutien qui se manifeste, notamment, par des initiatives courageuses lors de votes hostiles au sein des organisations internationales comme les Nations-Unies. 

Il a saisi l’occasion de sa venue à l’AIPAC pour préciser les objectifs du prochain Sommet Afrique-Israël qui aura lieu, à Lomé, du 23 au 27 octobre 2017, et a déclaré : « Le président togolais (Faure Gnassingbé) a l’habitude de dire que l’Afrique a des problèmes et qu’Israël a des solutions. La finalité de ce Sommet (Israël-Afrique) est de resserrer les liens entre l’Afrique et Israël à la fois sur le plan politique, diplomatique et économique. Le continent africain est en plein développement et Israël a les solutions pour l’accompagner dans le secteur des nouvelles technologies, de l’éducation, de la santé, de l’agriculture, pour ne citer que ces domaines », a-t-il expliqué.

 Questionné par Franck Sesno (notre photo) sur le rôle que pourraient jouer les Etats-Unis, le professeur, Robert Dussey, a indiqué que l’ambition était de mettre en place un axe de coopération inédit sous forme de trilogue entre l’Afrique, Israël et les Etats-Unis. Le président du Rwanda, présent, lui aussi, à cette manifestation, s'est, également, affiché comme un grand ami d'Israël.

Voilà l'ambition qui anime la diplomatie togolaise pendant ce séjour à Washington où la participation du ministre Dussey à l'AIPAC a été remarquée

La convention de l’AIPAC s’achèvera mardi, 28 mars.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires