Vous êtes ici

SOUDAN : Les manifestants vont-ils marcher sur le palais présidentiel comme ils le menacent ?

Un groupe clé de la contestation au Soudan a appelé, dimanche, 30 juin, les milliers de manifestants mobilisés à Khartoum à marcher vers le palais présidentiel, siège des généraux au pouvoir engagés dans un bras de fer avec les protestataires (notre photo). Tout le Soudan retient son souffle.

Des dizaines de milliers de Soudanais manifestent dimanche contre les généraux au pouvoir à travers le pays y compris à Khartoum où la police a tiré des gaz lacrymogènes, sur fonds d'appels internationaux à éviter une nouvelle répression sanglante.

Il s'agit du plus grand rassemblement dans la capitale depuis la dispersion le 3 juin d'un sit-in de manifestants devant le QG de l'armée à Khartoum, proche du palais présidentiel, qui avait fait des dizaines de morts.

Aux cris de "Pouvoir civil, pouvoir civil", les Soudanais manifestent dans plusieurs villes pour réclamer un transfert du pouvoir aux civils, à l'appel de l'Alliance pour la liberté et le changement (ALC), fer de lance du mouvement de contestation qui espère une mobilisation massive.

"Nous appelons notre peuple révolutionnaire dans la capitale à se diriger vers le palais (...) pour demander que justice soit rendue aux martyrs et que le pouvoir soit immédiatement cédé aux civils, sans conditions", a indiqué sur Twitter l'Association des professionnels soudanais (SPA) qui fait partie de l'ALC.

Depuis la destitution et l'arrestation le 11 avril par l'armée du président, Omar el-Béchir, le palais présidentiel est le siège du Conseil militaire de transition qui lui a succédé.

Avant le début des rassemblements dimanche, plusieurs pays et des ONG ont appelé à la retenue, près d'un mois après la dispersion brutale du 3 juin.

A Khartoum et dans les villes d'Omdourman, de Port-Soudan, d'Al-obeid, de Madani, de Kassala et de Khasma el-Girbade, les manifestants ont scandé des slogans révolutionnaires, selon les témoins.

A Khartoum, un important dispositif de sécurité a été mis en place et la police a tiré des gaz lacrymogènes sur les manifestants, selon des témoins. Les forces de sécurité ont, également, fait usage de lacrymogènes à Gadaref (Est).

Brandissant des drapeaux soudanais et faisant le signe de la victoire, hommes et femmes ont envahi les rues du quartier d'al-Sahafa à Khartoum. De nombreux magasins sont restés fermés.

En prévision des rassemblements, les paramilitaires des Forces de soutien rapide (RSF) ont été déployés sur plusieurs places de Khartoum, à bord de leurs pick-ups armés de mitrailleuses.

Les autorités bloquent, depuis des semaines, l'accès à internet, outil stratégique pour mobiliser les manifestants dès le début du mouvement de contestation inédit au Soudan le 19 décembre 2018.

Malgré le bras de fer, les chefs de la contestation et le Conseil militaire se disent ouverts à une reprise des négociations, à travers une médiation de l'Ethiopie et de l'Union africaine, pour dessiner les grandes lignes de la transition à venir.

Avant les manifestations de dimanche, l'Union européenne a affirmé qu'il était "du devoir du Conseil militaire d'assurer la sécurité de tous et de s'abstenir de tout recours à la violence contre les manifestants".

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.