Vous êtes ici

SOUDAN/RUSSIE : Vladimir Poutine d'accord pour construire une centrale nucléaire à Khartoum

Vive un monde multipolaire dans lequel on ne dépend pas de l'Occident pieds et poings liés. Si cela ne dépendait que de Washington et du monde occidental, le Soudan aurait été renvoyé paître d'autant plus que son président, le général, Omar el-Béchir, est, doublement, inculpé par la CPI (Cour pénale internationale). Il serait voué aux gémonies. Heureusement que Washington n'est pas la seule capitale à guider le monde, avec ses satellites, Londres, Paris, Tokyo, Berlin, Ottawa, Rome, etc. Aujourd'hui, on peut, valablement, se passer de ces capitales et coopérer avec des pays émergents comme la Chine, la Russie, et beaucoup d'autres. Voilà qui sauve Omar el-Béchir dont le sort aurait été, déjà, scellé si les seuls pays occidentaux régentaient le monde. Le Soudan, grâce à l'appui de la Russie, va jusqu'à envisager la construction d'une centrale nucléaire, ce qui aurait pu être impossible avec un pays de l'Ouest.

La Russie a signé un accord en vue de la construction une centrale nucléaire au Soudan, a annoncé le conglomérat nucléaire russe, Rosatom, vendredi, 22 décembre, un mois après une rencontre entre les présidents soudanais Omar el-Béchir et Vladimir Poutine.

L'accord a été signé jeudi, à Khartoum, par Rusatom Overseas, une branche de Rosatom, et le ministère soudanais des Ressources hydrauliques, de l'Irrigation et de l'Electricité, a annoncé la compagnie nucléaire publique russe dans un communiqué.

"Dans le cadre de l'étude de faisabilité du projet de construction d'une centrale nucléaire, le choix du site sera examiné et les paramètres clés seront définis", dont le calendrier et le financement, est-il indiqué sans autre détail.

"Le développement de la technologie nucléaire permettra au Soudan de faire face à son problème de sécurité énergétique. Il s'agit d'un projet stratégique qui déterminera la nature des relations entre nos deux pays pendant longtemps", s'est félicité Rosatom.

Ce contrat intervient un mois après la signature entre Moscou et Khartoum d'un accord de coopération dans le nucléaire civil, lors d'une visite du président soudanais, fin novembre, à Sotchi, une station balnéaire sur les bords de la Mer Noire.

Lors de cette visite (sa première en Russie), Omar el-Béchir avait rencontré son homologue russe, Vladimir Poutine (notre photo), à qui il a demandé la protection de la Russie contre les "actes agressifs" des Etats-Unis. Il a dit, également, souhaiter acheter des armements russes et la création d'une base militaire russe, proposition à laquelle Moscou n'a pas (encore) réagi, Moscou envisageant de développer une base militaire en Egypte comme sous Nasser.

La Russie et le Soudan ont signé un accord de coopération dans le nucléaire civil, Rosatom évoquant "la possibilité de construire un Centre des sciences et des technologies nucléaires, ainsi qu'une centrale nucléaire sur le territoire du Soudan".

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.