TOGO : 2019, une des meilleures cuvées diplomatiques du continent

Comme en 2018 où le Togo, entre autres grands sommets, avait réuni les pays de la CEDEAO et de la CEEAC pour étudier les voies et moyens de lutte contre le djihadisme et l'extrémisme violent, l'année 2019 a, aussi, vu la tenue, à Lomé, des grandes conférences économiques dans le cadre du lancement du PND (Programme national de développement), mais aussi, visant à permettre la signature d'une nouvelle Convention entre l'Union européenne (UE) et les pays ACP dont le ministre togolais des Affaires étrangères, le professeur, Robert Dussey, est l'illustre porte-parole et négociateur en chef.

La performance diplomatique s'obtient grâce à la convergence de deux éléments : un chef d'Etat (du reste véritable responsable diplomatique du pays) qui dispose d'une vision et d'une volonté ainsi que d'une capacité à la mettre en œuvre, par le biais d'un chef de la diplomatie (ministre des Affaires étrangères), qui parcourt le monde pour donner du sens à la vision de son patron, le président de la République. Au Togo, le président de la République, Faure Gnassingbé, et le ministre des Affaires étrangères, le professeur, Robert Dussey, au regard des résultats obtenus depuis quelques années, peuvent être considérés comme l'un des meilleurs tandems diplomatiques du continent africain. Au moins, deux faits l'attestent :

En juillet, le ministère a organisé le processus de vote en ligne, qui a conduit à l’élection de soixante-dix-sept (77) délégués-pays, membres du Haut Conseil des Togolais de l’extérieur (HCTE). Ce dernier est une plateforme consultative et non partisane, qui se veut un cadre d’échanges et de travail entre le gouvernement et les Togolaises et Togolais de l’extérieur sur les questions de développement, de défense des droits et des intérêts de ces derniers. Les 77 délégués-pays élus, membres du HCTE, se sont réunis, pour la première fois, à Lomé, les 28 et 29 novembre 2019, à l’occasion du Forum « HCTE-Réussites diaspora ». C'est un forum qui se tiendra, régulièrement, pour encourager la diaspora à participer à la construction du pays. Le président, Faure Gnassingbé, y attache une importance particulière. La preuve est qu'il avait, personnellement, installé les 77 délégués-pays du HCTE, lors de leur prise de fonction. Le président avait à ses côtés, le premier ministre, Selom Klassou, et l'ensemble de tout le gouvernement et les députés de l'Assemblée nationale. C'est dire que la diaspora constitue un élément important dans la vision que Faure Gnassingbé a du Togo.

Autre champ de bataille de la diplomatie togolaise en 2019 : les négociations entre les pays ACP et l'UE en vue d'un accord en 2020. Il est peu probable que ces négociations puissent s’achever avant le 29 février 2020, date d’expiration de l’Accord en cours. Déjà, le 23 mai 2019, à N'Djamena, le Conseil conjoint des ministres ACP-UE, mesurant la complexité de la tâche, avait délégué ses pouvoirs au Comité conjoint des ambassadeurs en vue d’adopter toutes mesures transitoires requises, qui éviteraient une interruption du partenariat ou un vide juridique, au cas où les négociations  n’arriveraient pas à terme en temps voulu.

Les discussions sur ces mesures transitoires se poursuivent également entre les deux parties. Le moins que l’on puisse dire pour l’instant est que les deux parties s’accordent sur une seule prorogation de l’Accord de Cotonou avec pour date limite le 31 décembre 2020. « Ce que je peux vous dire, c’est que nous mettons tout en œuvre pour progresser le plus rapidement possible afin que le paraphe du nouvel Accord puisse intervenir au plus tard en fin mars 2020 », affirme le professeur, Robert Dussey, négociateur en chef des pays ACP et ministre togolais des Affaires étrangères.

La diplomatie togolaise a été, également, très offensive dans le cadre des relations bilatérales. Dans le cadre de la réalisation du PND lancé en avril 2019, « j’ai effectué des visites officielles au Brésil, en France et en Algérie. Au-delà des sujets d’intérêt commun, régionaux et internationaux relatifs à une meilleure coordination de la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent ainsi que celle contre la piraterie maritime, ces voyages ont été l’occasion pour moi de présenter  aux milieux d’affaires de ces pays amis, les opportunités offertes par le PND et de les encourager à investir au Togo ». Et d'ajouter : « Dans le même registre, j’ai reçu à Lomé mes homologues dont ceux de l’Inde et de la Serbie pour l’intensification de notre coopération » (sur notre photo, le président du Togo reçoit Cyril Ramaphosa, son homologue sud-africain, à Lomé, du 7 au 9 décembre 2019).

Bref, le Togo a réussi à supplanter le Sénégal dont la diplomatie était la plus virevoltante en Afrique de l'Ouest. D'où le souhait du professeur Dussey : « Je voudrais, à l’orée de cette nouvelle année, formuler à l’endroit du chef de l’Etat, le président, Faure Essozimna GNASSINGBE, leader de la formidable transformation de notre pays, mes vœux de bonne santé, de prospérité et de paix. J’associe à ces vœux, le premier ministre, Selom KLASSOU, et l’ensemble du gouvernement. J’adresse, également, mes vœux les meilleurs, au corps diplomatique et consulaire accrédité au Togo et à tous les partenaires techniques et financiers du Togo, qui n’ont cessé d’accompagner le gouvernement dans la mise en œuvre des actions en faveur du développement de notre pays et du bien-être de nos populations ». Avant de citer Victor Hugo et Madame de Sévigné en ces termes qui s'adressent, particulièrement, à chacun des fils et chacune des filles du Togo : « Saluons ensemble cette nouvelle année qui vieillit notre amitié sans vieillir notre cœur. Et que cette année vous soit heureuse ; que la paix, le repos et la santé vous tiennent lieu de fortune ».

Ajouter un commentaire

Les plus populaires