TOGO : Le « vivre ensemble » prôné par Faure Gnassingbé expliqué à Paris par son ambassadeur

Chaque année, à la même période, l'ambassadeur du Togo en France, Calixte Batossié Madjoulba, se livre au même exercice : réunir ses compatriotes de tous les coins de l'hexagone, ainsi que, les amis du Togo, pour commémorer l'anniversaire de l'indépendance de son pays. Pour ce 58e du genre, le discours de l'ambassadeur a été centré sur le « vivre ensemble » cher au président, Faure Gnassingbé. Un thème d'actualité qui prévaut, actuellement, au Togo.

Les observateurs qui suivent l'actualité africaine, savent que depuis, bientôt, huit mois, le Togo est affecté par des marches de protestation organisées par certains partis politiques de l'opposition qui perturbent, parfois, la vie quotidienne des gens et remettent, justement, en cause ce vivre ensemble que prône le président de la République. Mais, contrairement, à ce qu'on peut dire ici et là, le Togo donne la preuve de sa vitalité démocratique. Autrement dit, on ne marche que quand on est libre. Les Togolais font preuve d'une diversité d'opinions, c'est cela l'expression d'un pluralisme politique irréversible et la démonstration de l'enracinement, de jour en jour, de la démocratie. D'ailleurs, les échéances électorales (législatives et locales) prévues, cette année, consolideront cette vitalité démocratique.

Si le souci du chef de l'Etat est de garantir la pluralité des opinions ainsi que leurs manifestations, il doit, aussi, veiller au bien-être de chaque Togolais, y compris, ceux qui ne militent dans aucun parti politique. D'où son souci de veiller au bien-être partagé par tous, qui se traduit pas la réduction de la pauvreté et l'amélioration des conditions de vie de tout un chacun. C'est la raison pour laquelle l'ambassadeur, Calixte Batossié Madjoulba, s'est montré pédagogue, dans son discours, en expliquant, comme peu de responsables togolais peuvent le faire, la vision du chef de l'Etat pour le Togo (notre photo).

« En élaborant un nouveau Plan national de développement sur la période 2018-2022, le gouvernement a pour ambition de consolider les acquis des progrès réalisés jusqu'ici et d'accentuer les efforts sur les programmes en cours au profit des couches sociales les plus démunies, notamment, ceux concernant les femmes et la jeunesse : programmes d'accès aux services sociaux de base, électrification rurale de masse à partir de l'énergie solaire, démultiplication des cantines scolaires, couverture de l'assurance maladie aux élèves du niveau primaire et secondaire, etc. »

La récente décision du chef de l'Etat de réserver 20% des marchés publics aux jeunes et aux femmes entrepreneurs, s'inscrit dans ce souci de ne laisser personne à la marge du développement. En tout, 36 milliards de F CFA ont été inscrits au budget 2018 à cet effet, et 2.000 jeunes se sont, déjà, inscrits dans les guichets de Lomé, Atakpamé et Kara, à cet effet, avec de réelles chances de gagner des marchés. Cela explique que la jeunesse, fer de la lance de la nation, soit au centre des préoccupations de Faure Gnassingbé, qui aura l'occasion de le démontrer, une fois de plus, avec l'organisation, cette année, du Forum présidentiel de la jeunesse avec comme objectif : « affiner l'inclusion des jeunes dans les processus de prise de décision et favoriser leur implication accrue dans l'oeuvre de construction nationale ». Chaque responsable togolais, à son niveau, est invité à appliquer cette volonté présidentielle. C'est la raison pour laquelle l'ambassadeur, Calixte Batossié Madjoulba, a fait venir, de Lomé, trois jeunes entrepreneurs, qui ont pu exposer aux invités, les produits issus de leur savoir-faire.

Le vivre ensemble togolais se concrétise, aussi, avec la modernisation progressive des infrastructures portuaires, aéroportuaires et routières. A cet effet, le gouvernement veut lancer la construction du corridor Sud-Nord afin de faire du Togo un hub dans la sous-région ouest-africaine. L'un n'allant pas sans l'autre, cette ouverture économique du pays va de pair avec l'adoption d'une réglementation pour assainir le climat des affaires, la promotion d'une justice indépendante et impartiale, ainsi que, la création d'un cadre permanent de concertation entre l'Etat et le secteur privé. La volonté de Faure Gnassingbé de faire du secteur privé le moteur de la croissance économique et de création des emplois, n'est pas un vain mot. C'est pourquoi le taux de croissance s'élève, en moyenne, à 5%, depuis plusieurs années. Autant dire que la confiance des partenaires au développement dans l'économie togolaise, est bien réelle.

Fort de ces résultats, l'ambassadeur a appelé « tous les Togolais (à) accompagner les efforts du gouvernement dans cette œuvre d'édification de la nation », avant de leur prodiguer un ultime conseil : « Je voudrais inviter particulièrement les compatriotes de la diaspora à refléter auprès de nos frères et sœurs du pays, ce qui se fait au mieux sur tous les plans dans leurs pays d'accueil respectifs. Vous devez, de par votre attitude et votre conduite, être pour notre pays des modèles ».

Justement, dans l'optique de rapprocher davantage la diaspora togolaise du pays, l'ambassade du Togo en France a entrepris, en collaboration avec le Collectif des artistes plasticiens togolais en France, la valorisation de leurs œuvres en organisant, dans ses locaux, des expositions permanentes, avec la participation des artistes amis du Togo. L'ambassade ne va pas s'arrêter en si bon chemin : « Nous poursuivrons sans relâche dans la même lancée et entreprendrons, également, à l'avenir, des démarches en direction des groupes socioprofessionnels et des organisations associatives de nos compatriotes en France, afin d'amener chacun et chacune à contribuer, pleinement, à la noble tâche de construction de la mère patrie, le Togo, conformément, à la volonté des plus hautes autorités de notre pays », a conclu Calixte Batossié Madjoulba, avant de souhaiter « Belle fête à toutes et à tous », autour d'un repas fraternel.

Les plus populaires