ZIMBABWE/CHINE : Xi Jinping reçoit le nouveau président Emmerson Mnangagwa avec faste

Avant son coup d'état de l'année dernière, le nouveau président, Emmerson Mnangagwa, en collaboration avec ses amis de l'armée zimbabwéenne, avait tenu l'empire du Milieu au courant de la grave situation politique qui prévalait au Zimbabwe et des conséquences qui pouvaient en découler. Sans être, totalement, affirmatif de ce que les Chinois étaient au courant de l'issue de la crise au Zimbabwe, ils avaient, néanmoins, compris la sollicitation qui leur était faite, tout en gardant leur amitié à leur partenaire historique, Robert Mugabe. Cinq mois après sa chute, le nouveau président, Emmerson Mnangagwa est, triomphalement, reçu, sans surprise, à Beijing, par Xi Jinping qui a décidé de maintenir le niveau de coopération entre les deux Etats où il était, et même, de l'élever encore plus. Conclusion : la Chine (comme les pays occidentaux à quelques variables près) n'a pas, réellement, d'amis mais elle a, surtout, des intérêts à préserver.

Les deux chefs d'Etat sont, donc, parvenus à ce consensus lors de leur entretien au Grand Palais du Peuple, à Beijing (notre photo).

Xi Jinping a indiqué que le peuple zimbabwéen avait entamé un nouveau voyage dans l'édification de son pays depuis la prise de fonctions d'Emmerson Mnangagwa en novembre dernier. Des propos qui montrent que pour Beijing, les hommes (comme Camarade Bob) passent, mais, les Etats restent.

La Chine et le Zimbabwe sont "amis en tout temps", a expliqué Xi Jinping, soulignant que les deux pays avaient, toujours, affronté, ensemble, les tempêtes, malgré les changements de la situation internationale. Il a ajouté que l'amitié bilatérale serait stimulée et renforcée.

Concrètement, Xi Jinping a encouragé les deux parties à aligner leurs stratégies de développement, à renforcer la coopération sur l'initiative "la Ceinture et la Route" et dans le cadre du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA) et à continuer à promouvoir la coopération dans la construction d'infrastructures, l'agriculture, les investissements et le financement. Il faut préciser que le dernier Sommet sino-africain, sur le continent africain, tenu en Afrique du Sud avait eu lieu, en décembre 2015, sous la présidence de Robert Mugabe, en tant que président en exercice de l'Union africaine. Xi Jinping, avait, également, à cette occasion, effectué une visite d'Etat au Zimbabwe.

De son côté, Emmerson Mnangagwa, en visite en Chine du 2 au 6 avril à l'invitation de son homologue chinois, ne pouvait qu'être aux anges.

Répondant à son homologue, le nouveau président a déclaré que le Zimbabwe s'engage à approfondir l'amitié afro-chinoise, soutient l'initiative chinoise "la Ceinture et la Route" et la coopération dans le cadre du FCSA et encourage l'Afrique à jouer un rôle actif dans la construction de "la Ceinture et la Route". Une convergence totale des points de vue, comme sous Mugabe.

"Peu importe l'évolution de la situation internationale et la phase de développement dans laquelle se trouve la Chine, la Chine se tiendra, comme toujours, aux côtés de tous les pays en développement, dont les pays africains, et sera un ami sincère et un partenaire fiable de l'Afrique", a affirmé le président chinois.

Pour renforcer leur partenariat (gagnant-gagnant), les deux présidents ont assisté à la signature de documents bilatéraux dans les domaines tels que la coopération économique et technologique, l'agriculture, les sciences et technologies et les ressources humaines.

Ajouter un commentaire

Les plus populaires