Politique

Le nouveau pouvoir italien (composé de racistes et de populistes) est comme le savon Omo. Il lave plus blanc que neige. Les nombreuses vérités que ses responsables politiques distillent, depuis quelques temps, sur la politique française, ont fait mouche, non seulement, en Afrique où elles ont reçu des échos plus que favorables, mais aussi, auprès du gouvernement français, lui-même, qui essaie de calmer le jeu en rappelant son ambassadeur en « consultation ». Calmer le jeu car c'est le seul moyen véritable de faire entendre raison aux turbulents responsables politiques italiens. Un pari que Paris est loin d'avoir gagné car l'enjeu est ailleurs : faire un bon score lors des élections européennes dans quelques mois.

En France, l'opposition est vent debout ce jeudi, 7 février, depuis que le feu vert d'Emmanuel Macron, autorise les avions français (Mirages 2000), à bombarder la colonne d'une quarantaine de véhicules des combattants de l'UFR de Timane Erdimi. Trois députés français, François RUFFIN et Danièle OBONO, de la France Insoumise (FI) et l’eurodéputée écologiste, Michéle RIVASI, ont été saisis, par certaines ONG et associations françaises, pour relayer cette question au niveau de leurs assemblées respectives et de poser des questions (qui fâchent) à Jean Yves Le Drian (Affaires étrangères) et à Florence Parly (Armées), faute d'interroger directement Emmanuel Macron. Timane Erdimi n'est pas un illustre inconnu au Tchad. Rebelle bien connu, il est le propre neveu du président, Idriss Déby Itno. C'est aussi une affaire de famille, le pouvoir au Tchad. Cela fait plus de quinze ans qu'il cherche, désespérément, à l'évincer du pouvoir. Ca fait plus de quinze ans que Oncle Déby (qui n'était pas encore Itno) déjoue toutes ses tentatives de prise du pouvoir par la force. Cette fois-ci sera-t-elle la bonne après le ratage de 2008 suite à l'intervention de l'armée française (initiée par Nicolas Sarkozy), qui permit à Déby de survivre alors que les combattants de Timane étaient à 300 mètres du Palais ?

Cinq personnes accusées du détournement de 105 millions d'euros en Afrique du Sud ont été arrêtées, mercredi, 5 février, à la suite des révélations fracassantes faites devant une commission d'enquête sur la corruption sous le règne de Jacob Zuma. En réalité, Zuma n'a pas fini de faire parler de lui en mal, alors que les élections législatives auront lieu dans trois mois, élections pendant lesquelles le candidat de l'ANC, Cyril Ramaphosa, affronte les critiques des partis de l'opposition qui n'hésitent pas à taxer le parti présidentiel de corrompu. Des accusations qui salissent l'image de l'ANC au sein de la population.

L'ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, acquitté par la Cour pénale internationale (CPI) de crimes contre l'humanité, est en liberté conditionnelle en Belgique, a annoncé la CPI, mardi, 5 février.

L'ancienne cheffe de l'Etat du Malawi, Joyce Banda, a annoncé, mardi, 5 février, sa candidature à l'élection présidentielle du 21 mai, rompant avec un accord signé quelques jours plus tôt à peine avec l'actuel vice-président, Saulos Chilima.

L'opposant, Juan Guaido, a été reconnu comme président par intérim du Venezuela par 19 pays de l'Union européenne (UE). Pas moins. En retour, le président socialiste, Nicolas Maduro, les accuse de "soutenir les plans putschistes" des Etats-Unis. Les Africains sont étonnés par cette réaction de l'UE dans la mesure où les situations à peu près similaires en Afrique sont, complètement, passées sous silence par l'instance européenne. Une politique de deux poids deux mesures qui trouve, parfois, l'explication dans la volonté de maintenir des politiques coloniales et de domination dans les pays africains.

Le courant passe 5/5 entre le nouveau président de la RDCongo, Félix Tshisekedi, et son prédécesseur, Joseph Kabila. En l'espace de quelques jours, les deux hommes ont appris à se connaître, à se respecter et à parler le même langage. On a, aussi, l'impression qu'ils regardent dans la même direction. Au niveau des institutions, par exemple, on ne sent pas, vraiment, l'alternance. C'est le sentiment de la continuité qui prédomine avec la nomination du futur premier ministre, qui a de fortes chances d'être proche de Joseph Kabila, le parti de ce dernier ayant raflé plus de la moitié des députés de la future Assemblée nationale. C'est donc un sentiment contrasté qui anime les RDCongolais : ils ont, certes, obtenu le changement qu'ils escomptaient avec le départ formel de Joseph Kabila, mais, ce changement se fait dans la continuité car Joseph Kabila reste omniprésent dans les rouages de l'Etat. Alors changement ou pas changement ? Continuité ou pas continuité ? A chaque RDCongolais de définir ces concepts à sa façon.

Les quatre partis de la coalition au pouvoir en Algérie ont apporté leur soutien officiel, samedi, 2 février, à une candidature du président, Abdelaziz Bouteflika, à un cinquième mandat à l'occasion du scrutin d'avril. Cette démarche qui s'inscrit dans le cadre des partis qui le soutiennent, devrait précéder une candidature personnelle du chef de l'Etat. Celle-ci serait imminente. La candidature à la succession de l'actuel président (par lui-même) fait beaucoup jaser parce qu'il dirige le pays depuis, bientôt, six ans étant sur une chaise roulante. Mais pour ses partisans, l'Algérie ne s'en porte pas plus mal, preuve que ses capacités intellectuelles et morales (dont le pays a surtout besoin) sont restées intactes.

Après un léger flottement au niveau des instances de décision de l'Union africaine (UA), Khartoum a, finalement, abrité, mardi, 5 février, la signature de l'accord de paix entre rebelles et pouvoir, comme c'était prévu dimanche. Principal protagoniste, le président centrafricain, Faustin-Archange Touadéra, y a participé, de même que son homologue soudanais, Omar el-Béchir. Etait absent, le président du Tchad, Idriss Déby Itno, qui, au même moment, participe, à Ouagadougou, à la 5e Conférence de la Force G5 Sahel, avec ses homologues du Faso, du Niger, de la Mauritanie et du Mali.

Sénateur à vie (avec tout ce qui va avec), ancien président de la République, qui garde tous les investissements effectués par lui-même, ainsi que, sa famille, pendant ses dix-huit ans de pouvoir, Joseph Kabila n'a pas pensé, seulement, à lui-même et aux siens proches. Chef d'un système de prédation (en voie disparition?), il a, aussi, oeuvré pour que tous ses ministres et anciens collaborateurs, manquent de rien. Ils vivront, tous, comme s'ils étaient, toujours, en fonction. Voilà le prix de la victoire d'Etienne Tshisekedi que semble dénoncer Martin Fayulu qui manifestait, cet après-midi, à Kinshasa où il a appelé ses militants et sympathisants à la « résistance pacifique ».

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé ne sont plus en prison depuis vendredi, 1er février. La Cour pénale internationale (CPI) a libéré sous conditions, l'ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, suite à son retentissant acquittement, il y a deux semaines, de crimes contre l'humanité commis en 2010 et 2011 lors de violences post-électorales en Côte d'Ivoire. Il en est de même de son ancien ministre, Charles Blé Goudé. La CPI ayant refusé, pour le moment, leur retour en Côte d'Ivoire et ce, à la demande de la procureure, Fatou Bensouda, la Belgique a accepté d'accueillir Laurent Gbagbo. Pas de pays d'accueil pour le moment pour Charles Blé Goudé.

Le sénateur africain-américain, Cory Booker, a annoncé, ce vendredi, 1er février, sa candidature à l'élection présidentielle de 2020. Comparé, souvent, à Barack Obama, Cory Booker vient, néanmoins, grossir les rangs, déjà, fournis, et reflétant la diversité des démocrates, qui veulent, à tout prix, déloger Donald Trump de la Maison Blanche.

Le prix Nobel de littérature nigérian, Wole Soyinka, a déclaré qu'il n'apportait son soutien, ni au président sortant, Muhammadu Buhari, ni à son principal opposant, l'ancien vice-président, Atiku Abubakar, assurant qu'ils méritent tous deux un "rejet absolu" et il a appelé le pays à prendre "une toute autre direction". Donc, pour le très intransigeant, Wole Soyinka, pas question de choisir entre la peste et le choléra, ou entre le cancer et le sida. Les deux tuent.

L'opposant camerounais, Maurice Kamto, arrêté, lundi, 28 janvier, soir, après des manifestations (sauvages) non autorisées de son parti, va faire l'objet d'une enquête, notamment, pour "rébellion" et "incitation à l'insurrection". C'est le moins qu'on puisse dire car Kamto avait prémédité son coup. De retour d'un voyage hors du Cameroun, il avait annoncé, il y a quelques jours, qu'il allait entreprendre de fortes actions de contestation, dès le 26 janvier, pour protester contre le hold up électoral dont il dit avoir été victime lors de la présidentielle d'octobre. De la parole aux actes, il a lancé des mots d'ordre qui ont abouti au saccage des représentations diplomatiques du Cameroun à Paris et à Berlin. On se demande si c'est de cette façon qu'il compte ravir le pouvoir à Paul Biya, qui, lui trône, tranquillement, à Etoudi (Yaoundé). Les deux ambassades vont rester fermées pendant plusieurs semaines outre le fait que la perte d'importants dossiers est à déplorer.

Le ministre algérien de la Justice, Tayeb Louh, et son homologue française, Nicole Belloubet, ont procédé, dimanche, 27 janvier, à Alger, à la signature de la convention relative à l'extradition de criminels entre les deux pays. Reste maintenant à fixer les modalités concrètes de la mise en œuvre de cette convention qui est une première dans les relations entre la France et l'Algérie.

Il faudra un miracle pour que l'actuel président, Muhammadu Buhari, puisse se succéder à lui-même, à la tête du Nigeria. Elu, il y a quatre ans, pour éradiquer, complètement, la corruption et la secte Boko Haram, c'est, justement, cette secte qui est en train de le faire battre, après plusieurs séries d'humiliations qu'elle a fait subir à son armée, sur les terrains militaires. La déconfiture de l'armée nigériane face à Boko Haram est sans nom et se passe de commentaire. Buhari en est sans voix et doit, juste, prier Allah pour que l'irréparable ne survienne pas, provoqué par Boko Haram, avant le 16 février, date de l'élection présidentielle. Mais même si l'irréparable épargnait Buhari, les défaites que son armée subit à longueur de journées, face à des miliciens dopés et requinqués par la drogue et des enjeux divers, peuvent permettre de dire que Muhammadu Buhari va à cette élection avec un moral de « looser ».

Le gouvernement nigérian s'est défendu d'avoir cherché à interférer dans les élections du mois prochain en suspendant Walter Onnoghen, le président de la Cour suprême et plus haut magistrat du Nigeria poursuivi en justice pour fraude. Cette suspension passe mal au moment où Muhammadu Buhari réunit les ingrédients pour permettre sa réélection : il a, récemment, nommé sa propre nièce comme porte-parole de la Commission électorale qui aura à proclamer le nom du vainqueur de la présidentielle ; selon certains observateurs, il suspend le président de la Cour suprême parce qu'il est un empêcheur de tourner en rond sur qui Buhari n'a aucune emprise. Le Sénat, lors d'une réunion d'évaluation de cette situation tenue, mardi, 29 janvier, apportera, à coup sûr, son soutien à Walter Onnoghen. Bref, à mesure que la date de la présidentielle approche, la tension monte et certains craignent de plus en plus des troubles électoraux.

Le chef de l'Etat ivoirien, Alassane Ouattara, a été maintenu, samedi, 26 janvier, à la tête du nouveau parti présidentiel RHDP, qui tenait son premier congrès à Abidjan, mais, il n'a pas dévoilé ses intentions pour la présidentielle de 2020. Cela dit, c'est un secret de polichinelle. Peu d'Ivoiriens ignorent que leur président sera candidat à sa succession en 2020.

Le gouvernement du Togo du 24 janvier 2019 ou le "Gouvernement Klassou II" est l'équipe ministérielle nommée le 24 janvier 2019 par le premier ministre togolais Komi Sélom Klassou. Il est composé de 23 portefeuilles ministériels.

Ramazany Shadary n'est pas bavard de nature. Ancien ministre de l'Intérieur, homme des dossiers, il sait garder un secret. Mais, en tant qu'être humain, il peut être exaspéré. Et il l'a été. Lors de cette élection présidentielle à laquelle il avait été désigné par le chef de l'Etat comme le candidat du pouvoir, il s'est senti trahi par son patron, celui-là là même qui l'avait convaincu d'aller au feu. Sans état d'âme, il lâche, à son tour, Joseph Kabila, en expliquant pourquoi.