Politique

Alors qu'elle était vertement critiquée par l'opposition, la CEI (Commission électorale indépendante) reçoit, de partout, les félicitations pour la bonne organisation de la présidentielle.

Les deux ministres paient la résurgence de l'insécurité constatée sur l'ensemble du pays, ces dernières semaines, et qui est à l'origine du report des élections.

Paul Kagame est droit dans ses bottes. Même pas peur. Il va avoir son troisième mandat de 7 ans, en 2017, avant de s'octroyer 2 autres mandats de cinq ans chacun. Au total, il doit encore passer 17 ans au pouvoir.

Bangui a connu de violents affrontements, ce jeudi, 29 octobre, opposant les Sélékas aux Anti-Balakas. Des tirs nourris ont retenti, pendant plusieurs heures, avant l'intervention des Forces onusiennes. Le bilan n'est pas encore connu.

La secte islamiste Boko Haram perd du terrain et beaucoup d'hommes depuis l'offensive coordonnée de l'armée nigériane avec les forces armées tchadiennes, nigériennes et camerounaises.

L'IDC et le FROCAD ont besoin de la mobilisation de tout le peuple congolais pour faire échouer le plan concocté par Sassou Nguesso et ses amis visant à organiser la présidentielle avant fin 2015.

Pour décourager toute manipulation de la constitution, le Conseil national de transition va procéder à son blindage en bonne et due forme. L'opposition congolaise pourrait s'en inspirer.

A partir de ce 28 octobre 2015, l'IDC et le FROCAD ne reconnaissent plus Denis Sassou Nguesso comme président du Congo-Brazzaville. Pour le pousser vers la sortie, les villes mortes sont lancées.

Boko Haram refuse toujours de courber l'échine malgré les incessantes défaites militaires que la secte enregistre depuis l'arrivée d'un nouveau président au pouvoir, fin-mai 2015.

Henri Konan Bédié a réussi son pari en propulsant Alassane Ouattara, candidat unique des Houphouétistes à la présidentielle malgré la grogne dans le PDCI. Le succès éclatant de son poulain montre qu'il avait raison.

Après avoir été « irréductible » en refusant la candidature unique d'Alassane Ouattara au sein du RHDP, KKB ravale sa langue, une fois les premières tendances connues.

Depuis, lundi, 26 octobre, le président de transition, Michel Kafando, a nommé un nouveau chef d'état major particulier, en remplacement du colonel, Boureima Kéré, viré pour cause de tentative de coup d'état.

Le Burundi s'est inscrit dans un cycle d'instabilité depuis la décision très contestée de Pierre Nkurunziza de briguer un 3e mandat à la tête du pays, auquel il n'avait pas droit. Lundi, 26 octobre, on a compté plusieurs morts dans la capitale.

Denis Sassou Nguesso a cueilli son vin. Il n'a qu'à le boire. A l'opposition qui a réussi à montrer qu'il ne représente que lui-même et un petit clan au Congo, de transformer l'essai.

Un nouveau candidat à l'élection présidentielle de février prochain se dévoile. Il s'agit de l'ancien ministre d'Etat, Amadou Boubacar Cissé, qui est un habitué des joutes électorales.

Après avoir tout fait pour s'accrocher au pouvoir, en piétinant la constitution et en ignorant les Accords d'Arusha, Pierre Nkurunziza va récolter ce qu'il a semé : la suspension de la coopération avec l'Union européenne.

Le président sortant, le docteur, Alassane Ouattara, devrait se succéder à lui-même, dans les premières tendances à venir dans les prochaines heures.

Sassou Nguesso a tenté le pari du vote référendaire. Il a largement échoué, 10% des électeurs, à peine, s'étant déplacés dans les bureaux de vote. Chiffre confirmé dans certaines chancelleries à Brazzaville.

Un livre révèle quelques secrets dans la façon dont la décision de bombarder l'ancien leader libyen, Mu'ammar al Kadhafi, avait été prise, à Paris.

Un collectif d'intellectuels congolais et africains lance un appel à boycotter le référendum du dimanche, 25 octobre.