Politique

Alors que le procès de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé va bientôt s'ouvrir, à la Haye, la procureure de la Cour pénale internationale (CPI) joue sa crédibilité, voire, même, une partie de sa carrière au moment où des pressions se font jour pour que l'Union africaine retire son appui politique à cette institution qui ne sait que sanctionner les Africains.

Après l'Union africaine, les 15 ambassadeurs du Conseil de sécurité, viennent de se rendre compte qu'il n'y a aucune possibilité de dialogue, chez Pierre Nkurunziza. Avant de venir, ils savaient que Pierre Nkurunziza était inflexible. Il l'est toujours et encore. A force de tourner en rond, le Conseil de sécurité et l'Union africaine, ne vont-ils pas être accusés de non assistance à pauvre population burundaise en danger ?

Le président du Zimbabwe n'est pas mort comme la rumeur a couru, il y a quelques jours. Après ses vacances, en Asie, il est de retour, à Harare, depuis, vendredi, 22 janvier, et s'apprête à se rendre au Sommet de l'Union africaine, à Addis Abeba, où il va passer le témoin à son successeur.

L'ex-RSP fait encore parler de lui. En mal. Cette nuit, une vingtaine de ses ex-éléments a attaqué un dépôt d'armes, près de Ouagadougou. Bilan : pas de mort mais des armes et des munitions ont été emportées.

L'ambassadrice de France au Cameroun a remis 11 véhicules tout terrain au ministre de la Défense, Joseph Beti Assomo, ce matin, pour soutenir la guerre menée contre Boko Haram.

L'ancien chef de guerre ougandais, Dominic Ongwen, "le fer de lance" de la sanguinaire rébellion de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), fait l'objet de 70 chefs d'accusations de crimes de guerre et crimes contre l'humanité, depuis ce jeudi, à la Cour pénale internationale.

Le djihadisme triomphant qui a réussi à déstabiliser la Libye et qui malmène la Tunisie et l'Egypte, aurait pu prospérer dans le royaume chérifien, si celui-ci n'était pas doté d'un redoutable système de renseignements.

Les attentats de Ouagadougou ont, profondément, marqué les esprits. Alors qu'on en parle, encore, au Burkina Faso, comme si cela s'était passé, hier, beaucoup d'interpellations ont eu lieu ce matin. L'enquête avance.

Reporter pour la radio, La Voix de Djibouti, Mohamed Ibrahim Waïss a subi un traitement ignoble, du 11 au 17 janvier, pendant sa détention. Afrique Education et Reporters sans Frontières (RSF) condamnent cet obscurantisme des autorités et leur demandent de cesser de harceler les journalistes.
 

Trois gendarmes maliens ont été tués dans la nuit de mardi à mercredi, près de Mopti (Centre), par des djihadistes présumés. Les djihadistes font tout pour qu'on continue à parler d'eux.

Par les temps qui courent dans le pays, c'est un geste qui parle. Comme un seul homme, l'ensemble des députés du Burkina Faso a accepté que leur salaire soit amputée de 19% afin de se solidariser avec le reste de leurs compatriotes.

Pierre Nkurunziza se plaint que la terre entière soit contre son pays. N'est-il pas le principal responsable des malheurs qui arrivent, aujourd'hui, au Burundi ?

Un gouvernement libyen d'union nationale prévu dans l'accord parrainé par l'ONU a été formé, mardi, 19 janvier, et l'émissaire de l'ONU pour la Libye a, immédiatement, enjoint le Parlement libyen reconnu par la communauté internationale de l'approuver rapidement.

L'armée vient de subir une perte non négligeable de six hommes, non pas dans les combats, mais, lors d'un passage sur une mine. Boko Haram est, certes, très affaibli, mais il continue d'utiliser les moyens des faibles qui font mal.

Le chef de l'Etat de Côte d'Ivoire, Docteur, Alassane Ouattara, n'est pas un assoiffé du pouvoir. Après ses deux mandats constitutionnels, il va quitter le pouvoir. Il l'a répété ce lundi, 18 janvier.

Le président sénégalais, Macky Sall, a traduit son engagement de réduire son mandat de sept à cinq ans, dans un projet de révision constitutionnelle, dont le texte a été rendu public ce lundi.

Trois organisations internationales et djiboutienne de défense des droits humains appellent à soutenir la mise en place d'une Commission d'enquête indépendante visant à établir les responsabilités et juger les auteurs du massacre du 21 décembre 2015, au cours duquel, au moins, 27 personnes de la communauté, Yonis Moussa, ont trouvé la mort sous les balles des forces de sécurité.

Sacré Maixent Accrombessi ! S'il n'avait pas existé, il aurait fallu le créer. Heureux qu'il soit là, Ya Maixent ! L'homme qui fait la pluie et le beau temps connaît tellement les femmelettes hommes politiques du Gabon qu'il a fait imploser l'Union nationale en un temps trois mouvements.

Le président sud-africain, Jacob Zuma, est jugé inapte à la fonction. D'où de multiples appels à sa démission, qui se font pressants à mesure que l'économie du pays se débat dans des difficultés inextricables : corruption, chômage, baisse du rand, etc.

La candidature à la présidentielle du 28 février du premier ministre, Lionel Zinsou, soutenu par les FCBE et le président, Yayi Boni, est en train de semer la pagaille au sein de la famille Soglo. On se demande si le Bénin sortira indemne de cette élection qui s'annonce tumultueuse.