Vous êtes ici

Politique

Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, soutenu par une cinquantaine de pays à l'Onu, dont la Russie, la Chine, la Turquie, Cuba, la Corée du Nord ou l'Iran, a fait appel à la justice, jeudi, 14 février, pour contrer l'offensive de l'opposant, Juan Guaido, sur le groupe public pétrolier vénézuélien, PDVSA.

C'est une bonne nouvelle pour le pouvoir de Yaoundé qui lutte contre le terrorisme à l'Est (rebelles centrafricains dont des ex-Sélékas et des anti-balakas), au Nord-Est et au Sud-Est contre les Ambazoniens (séparatistes camerounais soutenus par quelques mercenaires du Nigeria au nom de l'internationalisme du crime) et à l'Extrême-Nord (Boko Haram). A l'Est du Cameroun, les rebelles centrafricains sont contenus et ne constituent, réellement, plus une menace. Au Nord-Est et au Sud-Est, l'armée camerounaise n'a pas encore trouvé une parade efficace pour mettre les Ambazoniens hors d'état de nuire juste parce qu'il s'agit, dans leur écrasante majorité, de Camerounais qui n'ont pas de marqueur particulier sur le visage. La difficulté est que, citoyens comme tout un chacun qui vaquent à leurs occupations le jour, la nuit, parfois, ils se transforment en Ambazoniens actifs ou passifs, avant de créer des exactions. Dans l'Extrême-Nord, Boko Haram, qui fait la pluie et le beau temps dans le Nord-Est du Nigeria, est, complètement, contenu au Cameroun où il n'a, jamais, réussi, à prendre un cm² du territoire national. Mieux pour le gouvernement camerounais, voyant qu'ils n'ont aucun avenir à rester enrôlés dans ce mouvement, 200 de ses membres viennent de se rendre, avec armes et bagages, aux autorités camerounaises.

Les organisateurs des manifestations antigouvernementales au Soudan ont annoncé, mercredi, 13 février, être déterminés à poursuivre la mobilisation jusqu'au renversement du régime, excluant tout dialogue avec le président Omar el-Béchir.

Au Maroc et en Algérie, la question des familles de djihadistes n'est guère débattue publiquement. Bien que moins touchés que la Tunisie. Tous les trois pays doivent, cependant, composer avec la problématique du "retour" de ressortissants ayant combattu dans les rangs du groupe Etat islamique (EI).

Y a-t-il une différence entre un menteur compulsif et un mythomane ? Oui mais on peut trouver des gens à la fois menteurs et mythomanes comme nous le verrons plus loin. Le menteur compulsif raconte de gros mensonges tandis que le mythomane s’invente constamment une fausse vie, de fausses origines, de faux exploits, une fausse majorité, de faux satisfecit, etc. Il dira, par exemple, que son bilan est inattaquable, que la Banque mondiale et le Fonds monétaire international sont contents de sa gestion, qu’il a réalisé ce qu’aucun de ses prédécesseurs n’a réussi à faire, etc. Les gens qui sont autour de lui savent que tout cela n’est que mensonge mais ce mensonge est important pour lui car il lui permet de fuir une réalité qu’il refuse d’admettre ou d’affronter : une haine de soi et un manque de confiance en soi car le mythomane ne s’accepte pas tel qu’il est.

La colonne de combattants de l'UFR voulait-elle renverser Idriss Déby Itno comme se justifie le chef de la diplomatie française ? On a besoin de rétorquer à Le Drian : «  Et alors » ? « Et puis quoi encore » ? « Rien que ça » ?
Le ministre français des Affaires étrangères donne, ici, une explication qui infantilise, complètement, les Tchadiens et les Africains qui sont, totalement, remontés contre cette ingérence inqualifiable, injustifiable, de la France dans des affaires intestines du Tchad. Très critiqués, les Français ont expliqué, sans convaincre personne, que la colonne de combattants de l'UFR était composée, en partie, de djihadistes venant de Libye. C'est faux ! Elle était composée de Tchadiens réfugiés en Libye qui venaient en rébellion contre le pouvoir dictatorial tchadien dont la mal-gouvernance n'est nullement ignorée à Paris, puisque c'est la France qui comble certains déficits (provoqués par la mauvaise gestion) de Déby. A titre d'exemple, c'est la France qui va financer les élections législatives annoncées dans quelques mois au Tchad, élections que le régime de Déby n'arrivait pas à organiser, faute d'argent, depuis deux ans. C'est vraiment le comble que la France en soit à justifier l'injustifiable parce qu'elle porte dans ses bras un dictateur encombrant.

Que n'a-t-on pas entendu ce lundi, 11 février, matin, sur les ondes de RFI de la bouche du président de Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara ? Il a déclaré que la « Côte d'Ivoire est un pays bien tenu », qui affiche « un taux de croissance de 8% en moyenne depuis plusieurs années, ce qui fait d'elle l'un des quatre pays au monde à afficher une telle performance », que « le taux de croissance des trois prochaines années serait du même ordre entre 7 et 9% », que « l'inflation est contenue entre 1 et 2% par an », que « le déficit public se situe à 3 ou 4% » bon an mal. Bref, que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Au micro de Christophe Boisbouvier à qui il n'a présenté que le (très très) bon côté de la réalité, le président ivoirien a, tellement, vanté les succès de sa gouvernance qu'on est étonné de savoir, quelques heures après ses déclarations lénifiantes, qu'il est en guerre, depuis un mois, contre ses enseignants du primaire, du secondaire et du supérieur, lui, le libéral-social, héritier de l'houphouétisme dont le dialogue est la principale caractéristique. N'a-t-il pas juré ce matin qu'il avait la fibre sociale ? Pourquoi ne négocie-t-il pas alors avec ses enseignants qui sont en grève depuis quatre semaines ?
Sacré Alassane Ouattara ! Voilà un homme qui a réussi à décapiter la coalition qui a fait de lui, le président de la Côte d'Ivoire à deux reprises, en se séparant des deux personnes clés (Bédié et Soro) sans lesquelles il n'aurait jamais été président de la Côte d'Ivoire. Soro, par les armes, l'a fait monter au pouvoir en créant une rébellion qui a divisé la Côte d'Ivoire sous Gbagbo pendant cinq ans. Quant à Bédié, il a accepté de lui offrir le vote du PDCI sur un plateau d'argent pour se faire élire en 2011 et réélire en 2015. Le président ivoirien a, visiblement, la mémoire courte. Dire qu'il ne sait pas renvoyer l'ascenseur, n'est pas suffisant. Il faut dire qu'il fait montre d'une attitude négative qui relève, plutôt, de la psychiatrie.

Le candidat de l'opposition, Martin Fayulu, qui revendique la victoire à l'élection présidentielle en République démocratique du Congo (RDC), a proposé "de refaire les élections dans un délai de six mois", dans une lettre adressée aux dirigeants de l'Union africaine (UA) réunis en Sommet, à Addis Abeba, les 10 et 11 février. Une requête qui a mis bien de chefs d'Etat dans l'embarras, le président de l'UA de l'époque, le Rwandais, Paul Kagame, ayant cherché, en son temps, à initier une mission de bons offices, à Kinshasa, avant la prestation de serment du candidat déclaré par la CENI, à savoir, Félix Tshisekedi. La démarche de Paul Kagame se fondait sur le fait que la CENI n'avait pas désigné le véritable vainqueur de l'élection qui était non pas Tshisekedi mais Martin Fayulu. C'est ce dernier que l'épiscopat rdcongolais qui avait plus de 40.000 observateurs sur le terrain, avait, aussi, désigné comme vainqueur. Mais par la suite, le pays a fait confiance dans ses institutions officielles chargées d'organiser les élections, et a proclamé et investi Félix Tshisekedi président élu de la RDCongo. Mais, jusqu'à ce jour, Martin Fayulu conteste ce verdict.

La présidence en exercice de l'Union africaine (UA) a changé de main, dimanche, 10 février, à Addis Abeba. Le Rwandais, Paul Kagame, a passé le témoin à son homologue de l'Egypte, Abdel Fattah al-Sissi, pour un an. Le nouveau président aura une année particulièrement chargée. Après une présidence, extrêmement, active de Paul Kagame placée sous le sceau des réformes, son successeur devrait axer son action sur la sécurité, le maintien de la paix, et la reconstruction post-conflit. Le dossier libyen où se divise l'Afrique et au sein duquel l'Egypte, principal soutien du maréchal, Haftar, conserve une influence forte, sera l'une de ses principales préoccupations avec l'organisation des élections devant permettre le redémarrage du pays. Enfin, il y aura l'organisation de la CAN 2019 à 24 équipes en juin-juillet dans un contexte sécuritaire fragile. C'est beaucoup de dossiers que devra gérer le nouveau président. Mais, visiblement, il n'en est pas du tout impressionné.

Idriss Déby Itno doit dire « Merci » à la France d'avoir envoyé ses Mirage 2000 foudroyer les combattants de l'UFR en provenance de la frontière tchado-libyenne. C'est le cœur tranquille qu'il s'est rendu, à Addis Abeba, participer au Sommet de l'Union africaine.

Ces derniers jours, la meute a repris du service en répétant ad nauseam que Laurent Gbagbo allait en Belgique où vit sa « seconde épouse ». Espérait-elle « chauffer » le cœur de Simone Gbagbo et la braquer contre son mari ? Echec et mat puisque Simone s’est rendue, il y a trois jours, à Mama, à Gagnoa, dans sa belle-famille et chez elle, aussi, le village du mari devenant ipso facto celui de la femme dans plusieurs cultures africaines. Rêvaient-ils, ces aboyeurs et énergumènes de petite vertu, de salir, une fois de plus, Laurent Gbagbo ?

C'est le quitte ou double du président, Roch Marc Christian Kabore, qui doit montrer sa capacité à pouvoir vaincre la rébellion qui crée pleurs et désolation dans le Nord du pays, alors qu'il prépare une importante échéance électorale, à la fin de 2020. N'ayant pas droit à l'erreur sur le plan de la sécurité qui sera déterminante dans le jugement des électeurs burkinabé, il a procédé à une vaste réorganisation à la tête de l'armée, en nommant une série de nouveaux chefs militaires. Mais, déjà, son armée a connu un grand succès, cette semaine, en « neutralisant » près de 200 djihadistes dans le Nord du pays.

Ce n'est plus un événement (comme cela aurait pu l'être) car tous les Ivoiriens attendaient cette démission de Guillaume Soro de la présidence de l'Assemblée nationale. L'intéressé l'avait confié à ses proches et le président de la République, Alassane Ouattara, lui-même, avait annoncé ce départ, le mois dernier, alors qu'ils recevaient des journalistes. Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts et on ne s'empêchera pas de poser, au moins, deux questions : première question : après avoir, grâce à sa rébellion armée, installé Alassane Ouattara au pouvoir, Soro a-t-il été bien payé en retour ? Deuxième question : Si Blaise Compaoré, l'ancien mentor de Guillaume Soro, n'avait pas perdu le pouvoir au Burkina Faso, les choses se seraient-elles passées ainsi ?

Le nouveau pouvoir italien (composé de racistes et de populistes) est comme le savon Omo. Il lave plus blanc que neige. Les nombreuses vérités que ses responsables politiques distillent, depuis quelques temps, sur la politique française, ont fait mouche, non seulement, en Afrique où elles ont reçu des échos plus que favorables, mais aussi, auprès du gouvernement français, lui-même, qui essaie de calmer le jeu en rappelant son ambassadeur en « consultation ». Calmer le jeu car c'est le seul moyen véritable de faire entendre raison aux turbulents responsables politiques italiens. Un pari que Paris est loin d'avoir gagné car l'enjeu est ailleurs : faire un bon score lors des élections européennes dans quelques mois.

En France, l'opposition est vent debout ce jeudi, 7 février, depuis que le feu vert d'Emmanuel Macron, autorise les avions français (Mirages 2000), à bombarder la colonne d'une quarantaine de véhicules des combattants de l'UFR de Timane Erdimi. Trois députés français, François RUFFIN et Danièle OBONO, de la France Insoumise (FI) et l’eurodéputée écologiste, Michéle RIVASI, ont été saisis, par certaines ONG et associations françaises, pour relayer cette question au niveau de leurs assemblées respectives et de poser des questions (qui fâchent) à Jean Yves Le Drian (Affaires étrangères) et à Florence Parly (Armées), faute d'interroger directement Emmanuel Macron. Timane Erdimi n'est pas un illustre inconnu au Tchad. Rebelle bien connu, il est le propre neveu du président, Idriss Déby Itno. C'est aussi une affaire de famille, le pouvoir au Tchad. Cela fait plus de quinze ans qu'il cherche, désespérément, à l'évincer du pouvoir. Ca fait plus de quinze ans que Oncle Déby (qui n'était pas encore Itno) déjoue toutes ses tentatives de prise du pouvoir par la force. Cette fois-ci sera-t-elle la bonne après le ratage de 2008 suite à l'intervention de l'armée française (initiée par Nicolas Sarkozy), qui permit à Déby de survivre alors que les combattants de Timane étaient à 300 mètres du Palais ?

Cinq personnes accusées du détournement de 105 millions d'euros en Afrique du Sud ont été arrêtées, mercredi, 5 février, à la suite des révélations fracassantes faites devant une commission d'enquête sur la corruption sous le règne de Jacob Zuma. En réalité, Zuma n'a pas fini de faire parler de lui en mal, alors que les élections législatives auront lieu dans trois mois, élections pendant lesquelles le candidat de l'ANC, Cyril Ramaphosa, affronte les critiques des partis de l'opposition qui n'hésitent pas à taxer le parti présidentiel de corrompu. Des accusations qui salissent l'image de l'ANC au sein de la population.

L'ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, acquitté par la Cour pénale internationale (CPI) de crimes contre l'humanité, est en liberté conditionnelle en Belgique, a annoncé la CPI, mardi, 5 février.

L'ancienne cheffe de l'Etat du Malawi, Joyce Banda, a annoncé, mardi, 5 février, sa candidature à l'élection présidentielle du 21 mai, rompant avec un accord signé quelques jours plus tôt à peine avec l'actuel vice-président, Saulos Chilima.

L'opposant, Juan Guaido, a été reconnu comme président par intérim du Venezuela par 19 pays de l'Union européenne (UE). Pas moins. En retour, le président socialiste, Nicolas Maduro, les accuse de "soutenir les plans putschistes" des Etats-Unis. Les Africains sont étonnés par cette réaction de l'UE dans la mesure où les situations à peu près similaires en Afrique sont, complètement, passées sous silence par l'instance européenne. Une politique de deux poids deux mesures qui trouve, parfois, l'explication dans la volonté de maintenir des politiques coloniales et de domination dans les pays africains.

Le courant passe 5/5 entre le nouveau président de la RDCongo, Félix Tshisekedi, et son prédécesseur, Joseph Kabila. En l'espace de quelques jours, les deux hommes ont appris à se connaître, à se respecter et à parler le même langage. On a, aussi, l'impression qu'ils regardent dans la même direction. Au niveau des institutions, par exemple, on ne sent pas, vraiment, l'alternance. C'est le sentiment de la continuité qui prédomine avec la nomination du futur premier ministre, qui a de fortes chances d'être proche de Joseph Kabila, le parti de ce dernier ayant raflé plus de la moitié des députés de la future Assemblée nationale. C'est donc un sentiment contrasté qui anime les RDCongolais : ils ont, certes, obtenu le changement qu'ils escomptaient avec le départ formel de Joseph Kabila, mais, ce changement se fait dans la continuité car Joseph Kabila reste omniprésent dans les rouages de l'Etat. Alors changement ou pas changement ? Continuité ou pas continuité ? A chaque RDCongolais de définir ces concepts à sa façon.

Pages