Politique

Très bonne nouvelle en cette fin d'année 2016. Après une marginalisation de plusieurs années, la Somalie qui est taxée d' Etat qui, en réalité, n'en est pas un, va signer son grand retour au sein de la CAE (Communauté de l'Afrique de l'Est). Cela veut, aussi, dire que la paix progresse en Afrique, malgré les difficultés.

Le pays attend le retour de Rome du président et du vice-président de la Conférence épiscopale, partis, rencontrer le pape François. Ils ont été reçus, ce matin, par le Saint-Père, et seront de retour, demain soir, à Kinshasa. Mais, alors que l'opposition n'a donné aucun mot d'ordre à suivre, Kinshasa est une ville (quasi) morte, ce 19 décembre, jour où Joseph Kabila devrait, normalement, transmettre son pouvoir s'il avait voulu le faire.

Le président gambien, Yahya Jammeh, sera déclaré "renégat" s'il refuse de céder le pouvoir à la fin de son mandat en janvier, a annoncé, dimanche, 18 décembre, l'opposition gambienne.

Après une première mi-temps sanctionnée par le verdict du 7 décembre favorable à la Guinée équatoriale, la France et la Guinée équatoriale vont se retrouver, à nouveau, en 2017, à la Cour internationale de justice (CIJ) de la Haye. Depuis que cette instance onusienne s'occupe de l'examen du contentieux qui oppose les deux pays, la peur semble avoir changé de camp.

L'Etat islamique (EI ou Daesh) s'affaiblit, partout, dans le monde : en Syrie, il a été chassé d'Alep, sa principale base de lutte ; en Irak, il est pourchassé jusqu'à ses moindres retranchements. En Libye où il avait tendance à se regrouper comme base arrière, il vient d'être délogé. De son côté, son démembrement en Afrique de l'Ouest et du Centre, Boko Haram, connaît déculottée sur déculottée. Son affaiblissement a encouragé le Nigeria, le Cameroun et le Tchad, à rouvrir leurs frontières qui avaient été fermées du fait de ses attentats et tueries passés.

Les négociations entre pouvoir et opposition pour tenter de trouver une issue à la crise politique autour de la succession du président de la RDC (République démocratique du Congo), Joseph Kabila, ont été suspendues, samedi, 17 décembre, faute d'accord. Partis rencontrer le pape François, à Rome, une audience calée depuis longtemps, les évêques ne pourront les reprendre que mercredi, 21 décembre, après leur retour au pays.

Le Haut-Commissaire des Nations-Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, a lancé, vendredi, 16 décembre, au Cameroun, un appel de fonds pour venir en aide à près d'un demi-million de personnes affectées par l'insurrection de Boko Haram au Niger, au Tchad et au Cameroun.

A 92 ans, Camarade Bob vient d'être désigné candidat pour défendre les couleurs du parti ZANU-PF à la présidentielle de 2018. Il aura alors 94 ans. Très fatigué comme il fait montre, lors des sorties publiques, ne pouvait-il pas dire Non ? A moins qu'il veuille atteindre les 100 ans au pouvoir comme il l'avait laissé entendre.

Les discussions pour tenter de trouver une sortie de crise politique en République démocratique du Congo (RDC) avant la fin du mandat du président, Joseph Kabila, ont repris ce samedi, 17 décembre, mais, les négociateurs n'ont plus que quelques heures pour trouver un accord.

La Haute Autorité des primaires citoyennes vient de siffler le début du match en révélant la liste des sept candidats en lice pour la primaire de la gauche, samedi, 17 décembre. Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Vincent Peillon, François de Rugy, Sylvia Pinel et Jean-Luc Bennahmias, vont tenter de convaincre les électeurs de gauche, durant une brève campagne de cinq semaines. Afriqueeducation.com vous présente les concurrents de ce scrutin, qui se tiendra les 22 et 29 janvier 2017.

Encéphalogramme plat à Solférino ! Voilà comment on qualifie l'attitude du parti socialiste (PS) qui ne sait plus à quel saint se vouer, avec des décisions que seuls les initiés comprennent. Preuve que le PS est en lambeaux et demande à être ressoudé, le Mouvement des progressistes (Mdp), le parti de Robert Hue, pourtant, entièrement, enfoui dans la majorité présidentielle, a vu son candidat, Sébastien Nadot, éjecté de la Primaire socialiste. Sans raison valable. Même François Hollande qui a d'autres chats à fouetter n'a pas pu faire repêcher le candidat de son ami Robert Hue.

Le procès, en France, du vice-président de Guinée équatoriale, Teodorin Obiang Nguema Mangue, risque d'être reporté, la date de janvier ne lui permettant, nullement, de bien organiser sa défense.

Les ambassadeurs de l'Union européenne (UE) et de ses Etats membres, qui ont des représentions diplomatiques au Burundi ont été convoqués, jeudi, 15 décembre, pour une demande d'explication après avoir manqué une réunion de travail, du reste, importante pour le pouvoir de Pierre Nkurunziza.

Présidente de la très difficile transition centrafricaine, de janvier 2014 à mars 2016, Catherine Samba-Panza ne se sera pas reposée pendant longtemps. Si, sur le plan national, elle n'est pas, encore, sollicitée par le nouveau pouvoir, démocratiquement, élu, en février, l'Union africaine, en revanche, n'hésite pas à faire appel à ses compétences. C'est ainsi que dimanche, 18 décembre, elle supervisera les élections législatives, en Côte d'Ivoire, pour le compte de cette organisation.

Le président rdcongolais, Joseph Kabila, et sa famille ont constitué un empire économique qui leur a rapporté "des centaines de millions de dollars", selon une enquête publiée, jeudi, 15 décembre, par l'agence américaine, Bloomberg, à cinq jours de la fin de son mandat.

Le professeur Jean-Caude Djereke s'intéresse au feu camarade, Fidel Castro, le lider maximo, dont la mémoire est salie par des personnes qui ne comprennent rien à la vie. Tout simplement.

Le secrétaire général des Nations-Unies, jusqu'au 2 janvier prochain, le Sud-Coréen, Ban Ki-moon, se réveille, enfin, de son sommeil profond, pour s'indigner du comportement du président sortant gambien, Yahya Jammeh. Ban Ki-moon est fidèle à lui-même : sur le dossier gambien, il a affiché la même indifférence, la même incompétence, le même désintérêt dont il a fait preuve, pendant ses deux mandats, sur les questions africaines. Après l'indignation de toute la terre, il se lève, tardivement, à son tour, pour condamner « l'acte scandaleux » de la prise de contrôle des locaux de la Commission électorale indépendante par l'armée, alors qu'on voulait l'entendre quand Yahya Jammeh a menacé de ne plus reconnaître la victoire d'Adama Barrow.

Le procureur a requis huit ans de prison à l'encontre de l'ancien vice-président congolais, Jean-Pierre Bemba, reconnu coupable par la Cour pénale internationale (CPI) de subornation de témoins afin d'obtenir son acquittement dans son procès pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Alors que le « Congo-Brazzaville est un pays en crise » comme l'a souligné, l'ancien candidat à la présidentielle, André Okombi Salissa, dans le numéro 447 d'Afrique Education (actuellement chez les marchands de journaux), le président du Congo, Denis Sassou Nguesso, préfère s'occuper des crises des pays voisins. Il en est, par exemple, de celles du Centrafrique et de la République démocratique du Congo. Alors que chez lui, au Congo-Brazzaville, un département, le Pool, est en feu et ce, depuis plusieurs mois.

Les dirigeants ouest-africains dépêchés à Banjul pour tenter de convaincre Yahya Jammeh de reconnaître sa défaite à l'élection présidentielle et céder le pouvoir ne sont pas, encore, parvenus à un accord en ce sens. Au mieux, Jammeh souhaiterait un partage du pouvoir. Et rien n'indique qu'il va partir comme le lui demande la CEDEAO.