PRESIDENTIELLE EN GUINEE : Ce qui devait arriver arriva

PRESIDENTIELLE EN GUINEE : Ce qui devait arriver arriva

Quand l'Afrique prendra-t-elle son destin en main ? La question, mérite, vraiment d'être posée au vu de la façon dont l'élection présidentielle en Guinée, est en train de se dérouler. C'est sans être écoutée que l'opposition avait demandé, dans une logique de bon sens, de reculer la date du scrutin d'une semaine ou de deux semaines, au maximum. Car rien n'était prêt. Mais face à cette demande collégiale, Alpha Condé, le président sortant, seul contre ses sept adversaires, s'était réfugié derrière la position de la CENI dont la grande majorité des membres sont les affidés du camp présidentiel.

Afriqueeducation.com l'avait dit et redit en son temps : que, comme en 2010, Alpha Condé se servirait de la fraude (massive) pour passer en force car il est incapable de gagner une élection en Guinée, dans la transparence.

L'opposition donne raison à votre magazine en ligne préféré. Réunie ce matin, à Conakry, elle a réclamé (purement et simplement) l'annulation du premier tour de l'élection présidentielle tenu la veille. Une position partagée par l'ensemble des sept candidats de l'opposition, sans aucune exception. Le camp du sortant Alpha Condé, lui, le donne vainqueur dès le premier tour. Ce n'est pas un scoop car celui-ci annonçait Alpha Condé « vainqueur par KO au premier tour », depuis des lustres.

Question : que va-t-il se passer, maintenant que le président sortant n'a pas eu de scrupule à récidiver son hold up électoral de 2010 ?

A Conakry, tout le monde retient son souffle en attendant les résultats officiels.

"Nous ne pouvons pas accepter ce scrutin-là, nous demandons son annulation : nous n'accepterons pas les résultats issus de ces urnes", a déclaré le chef de file de l'opposition, Cellou Dalein Diallo, au cours d'une conférence de presse en présence des six autres prétendants au siège présidentiel face à Alpha Condé.

"Je pense que c'est la position des sept candidats que vous avez ici", a-t-il déclaré aux cotés des autres candidats, qui ont abondé en ce sens.

"On ne se soumettra pas, nous avons le droit de manifester, on manifestera", a ajouté Cellou Dalein Diallo, sans donner davantage de précisions.

Après avoir été opposant pendant 50 ans aux différents régimes de Conakry, Alpha Condé montre tout simplement que l'élève dépasse le professeur. Car il fait pire que Sékou Touré et Lansana Conté réunis.
Avec un tel comportement qui n'honore pas la démocratie, la vraie, on peut se demander, honnêtement, si l'Afrique s'en sortira un jour ?

Ajouter un commentaire