Procès d'Hissène Habré : Les horribles révélations du député Ngarlejy Yorongar

Le député (à charge) Ngarlejy Yorongar

Le procès d'Hissène Habré se déroule, actuellement, à Dakar. Hissène Habré est mouillé jusqu'au cou. Pour le député, Ngarlejy Yorongar, Idriss Déby Itno, l'est pareillement. Les deux, selon lui, devraient se justifier d'autant plus que l'acte fondateur qui établit la coopération entre le Tchad et le Sénégal exclut que le président, Idriss Déby Itno, pour ce procès, soit protégé par son immunité de chef d'Etat.

 

AFRIQUEDUCATION : Ce que vous dites du président Idriss Déby est tout simplement hallucinant. Ce n'est un secret pour personne que vous vous détestez cordialement mais est-ce une raison pour le noircir plus. Avez-vous des preuves de Déby assassin comme vous le dites ?

Ngarlejy Yorongar : En septembre 1984, le lieutenant, Idriss Déby, commandant en chef des Forces armées tchadiennes (COM- CHEF/FAN) se trouvait à Bardaï au Nord du Tchad, quand les Commandos rebelles (CODOS) de Samuel Tokino ralliés au gouvernement et les Forces armées du nord (FAN) d’Hissène Habré sont à couteaux tirés. La tension était telle que les CODOS se sont retirés de la ville de Sarh pour regagner la brousse. Cela a suffi pour que le lieutenant Idriss Déby puisse demander le lieu de leur regroupement. Puis, il emprunta un avion pour le déposer à Sarh. Il faut signaler qu’Hissène Habré, en ce moment, se trouvait à la Mecque en Arabie Saoudite. Une fois à Sarh, animé de haine viscéralement noire contre les cadres et les populations du Tchad, et singulièrement, ceux du Sud du pays, il renvoie, manu militari son adjoint, le commandant Ganembang Zamtoto, à N’Djamena, pour prendre les choses en main. Il fait arrêter, dans un premier temps, une vingtaine de cadres supérieurs, les conduit à la sortie de Sarh, sur la route de Koumra, après le Pont de Banda, pour les y assassiner un à un après les avoir émasculés un à un. Pire, une fois les sexes coupés, il enfonce ceux-ci dans la bouche de chacune de leurs victimes, enregistre leurs suppliques. Une fois à table, il écoute religieusement les suppliques de ses victimes et en rit à gorge déployée.

 

Découvrez la suite dans Afrique Education n°423

 

Propos recueillis par Richard Madonnet

Ajouter un commentaire