PROCES D'HISSENE HABRE : Idriss Déby Itno pris dans le tourbillon judiciaire

Ce Tribunal spécial africain dénommé, Chambres africaines extraordinaires (CAE), créé à la suite d'un accord entre l'Etat du Sénégal et l'Union africaine, confirme bel et bien le dépôt d'une plainte.

"Il s'agit d'une plainte pour les crimes de génocide, crimes de guerre, crimes contre l'humanité et tortures, à l'initiative de certaines victimes", affirme Me Ndiaye, sans plus de précisions.

Sûr de son coup, l'avocat est resté introuvable toute la journée. A N'Djamena, la présidence, en ébullition, est contrariée. En effet, les autorités tchadiennes ne comprennent pas qu'elles soient, ainsi, recompensées pour un procès qu'elles ont souhaité de tous leurs vœux, et, en partie, financé. « Si c'est pour aboutir à l'accusation du président de la République... », s'indigne un collaborateur du chef de l'Etat qui peine à terminer sa phrase.

Cela dit, Me Mbaye Jacques Ndiaye semble avoir bien ficellé son dossier. Sur RFI, il a indiqué que les faits reprochés à Idriss Deby Itno concernent 1990, "avant le 1er décembre", date à laquelle il avait renversé Hissène Habré. Ce dernier s'était alors retrouvé au Cameroun, avec une bonne partie du trésor tchadien, dans ses valises. Il a fini par rejoindre le Sénégal où il vit toujours. Son épouse, Raymonde Habré, est d'origine sénégalaise.

Les organisations des droits del'homme reprochent à Hissène Habré d'avoir tué directement ou indirectement, entre 1982 et 1990, plus de 40.000 personnes. A ses côtés, il y avait un certain Idriss Déby qui, à l'époque, n'était pas encore « Itno », soutient justement Me Mbaye.

D'après RFI, "les faits dénoncés dans la plainte déposée par Me Mbaye Jacques Ndiaye remontent à 1990, juste avant la prise de pouvoir par l'actuel président tchadien. Les plaignants accusent Idriss Deby d'avoir torturé et exécuté des prisonniers de guerre entre Tiné et Abéché, alors qu'il était reparti au maquis".

L'avocat accuse le président tchadien d'avoir "personnellement (...) commis des actes répréhensibles. Des actes de torture".

"Il a tué, personnellement, des individus. Ce sont des personnes qui ont été torturées, qui ont été exécutées, brûlées à vif et jetées aux animaux sauvages", des propos tenus sur RFI qui font scandale au Tchad. Mais très sûr de lui, Me Mbaye avance qu'il y a "deux victimes qui sont au Sénégal", et d'autres "un peu éparpillées à l'étranger", qui seraient prêtes à témoigner contre Déby, pour peu qu'elles soient sollicitées. Du coup, les débats qui reprennent le 7 septembre, à Dakar, risquent d'être d'une autre portée, maintenant que, ce que beaucoup espéraient, dans le camp de Habré, arrive, à savoir, l'implication directe de « l'autre boucher du Tchad ». Dans tous les cas, la peur change de camp.


 

Commentaires

NTSENGAPI (non vérifié)
Il y'a un temps pour tout. L'heure a sonne pour que tous ces criminels dans la peau des chefs d'Etats Africains regardent les casseroles qu'ils trainent derriere eux. Le Tchad etait toujours destabilise par ses trbut du Nord: les toubous et le tout se passait entre le chef du GUNT, Hissen Habre et IDRIS Debit sans oublier la Francafrique. IDRIS Debit aurait bien fait de poursuiver dans son metier de Pilote militaire puis qu'il est sorti d'Amaury La Grange, mais non, il a prefere comme son cousin NGOUKOUNI Weyday entrer en politique. Les trois sont de la meme famille avec des morts dans la conscience.

Ajouter un commentaire