14 jours de villes mortes

On ne reprochera pas au gouvernement de ne pas avoir mis les bouchées doubles pour rendre effective la rentrée scolaire, partout, au Cameroun. Lundi, 2 septembre, une rentrée scolaire timide a été constatée dans les deux régions anglophones du Cameroun. A cela, une raison : les séparatistes anglophones avaient juré de la perturber en décrétant 14 jours de villes mortes. La peur de braver cet interdit sécessionniste a, donc, eu raison sur la volonté des parents qui voulaient envoyer leurs enfants à l'école. Cela dit, les choses devraient s'améliorer après ce mot d'ordre de boycott.