Vous êtes ici

Alassane Ouattara

Alassane Ouattara a-t-il fait voter la nouvelle constitution pour la postérité ou compte-t-il s'en servir à des fins, rigoureusement, personnelles en se représentant, pour un troisième mandat, en 2020 ? L'intéressé répète à qui veut l'entendre qu'il effectue son deuxième et dernier mandat à la tête de la Côte d'Ivoire. Pour l'opposition, par contre, le président de Côte d'Ivoire aime, tellement, le pouvoir qu'il s'y verrait, même, jusqu'à sa mort.

L'avant-projet de la nouvelle Constitution ivoirienne adopté par le gouvernement et qui sera soumis à l'examen du Parlement, mercredi, 5 octobre, présente des zones d'ombre sur les conditions d'éligibilité à la présidence de la République dont l'abstraction de la limite d'âge. La question commence à se poser : Alassane Ouattara rêve-t-il, secrètement, de briguer un troisième mandat ?

L'image d'Israël en Afrique n'est plus mauvaise comme avant. Cela dit, elle demande à être améliorée. Le meilleur ambassadeur, dans ce domaine, fut, incontestablement, Shimon Peres. Même s'ils ne se bousculent pas, aujourd'hui, à Tel Aviv, plusieurs dirigeants africains ont participé aux obsèques de l'ancien premier ministre israélien.

Des partis de l'opposition dont le Front populaire ivoirien (FPI), le parti de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, ont lancé, samedi, 17 septembre, à Abidjan, une campagne de mobilisation contre la nouvelle Constitution voulue par le président, Alassane Ouattara. Grave !

Un collectif de 15 ONG ivoiriennes et internationales a appelé au report du référendum sur la nouvelle Constitution voulue par le président, Alassane Ouattara, et prévu pour la fin du mois d'octobre. Visiblement, le pays se divise sur quelque chose qui a été pensée pour l'unir et le souder. Que va faire, finalement, Alassane Ouattara ?

Bientôt deux ans que Blaise Compaoré a abandonné le pouvoir, sous la pression de la rue, pour se réfugier en Côte d'Ivoire, pays qui lui a, récemment, octroyé la nationalité ivoirienne. Les événements ayant donné lieu à son départ, ont fait, au moins, une trentaine de morts. Des morts inutiles pour lesquels ce dernier devrait faire l'objet d'une inculpation en bonne et due forme.

Le président ivoirien, Alassane Ouattara, a annoncé, samedi, 6 août, la création d’un poste de vice-président et d’un sénat dans le cadre de la nouvelle Constitution qui sera soumise à référendum à la fin du mois d’octobre.

Les bonnes relations entre le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire ont pris le dessus sur le devoir de vérité que chaque justice doit à son peuple. Guillaume Soro, président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire et candidat à la succession d'Alassane Ouattara, va-t-il être jugé par un tribunal ivoirien, comme l'indique la justice burkinabé ? L'histoire fait, déjà, marrer à Ouagadougou.

Il ne s'agit pas d'une réforme constitutionnelle destinée à faire cogner les têtes entre Ivoiriens. Réélu l'année dernière, Alassane Ouattara effectue son dernier mandat, à la tête du pays. Il l'a dit et redit aux côtés d'Ellen Johnson Sirleaf, la présidente du Liberia, en 2015, en présence des chefs traditionnels de Côte d'Ivoire, venus nombreux leur demander de rempiler. La réforme envisagée a pour but de stabiliser encore plus la Côte d'Ivoire.

On peut l'espérer. On ose l'espérer. On croit l'espérer. Les deux hommes ne s'apprécient plus. Même devant les caméras, ils n'arrivent pas à faire semblant.

Le président de Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara, est annoncé, à Libreville, jeudi, 24 mars. Un voyage impromptu qui va durer moins d'une journée. Retour à Abidjan le même jour.

Le président du RHDP et président du PDCI-RDA, Henri Konan Bédié, a rendu visite, ce matin, à son jeune frère, le président, Alassane Ouattara, au palais présidentiel, pour lui apporter son soutien, après les graves attentats survenus à Grand Bassam, et qui ont coûté la vie à 19 personnes.

Le bilan s'est alourdi. Maintenant, on parle de quinze civils (dont 4 Français, 1 Camerounais) et trois membres des forces de sécurité tués, dimanche, 13 mars, dans l'attaque djihadiste contre la station balnéaire de Grand-Bassam, près d'Abidjan.

Après la nomination de Cissé Bacongo comme son conseiller spécial en charge de la réforme constitutionnelle, Alassane Dramane Ouattara remet en marche sa machine à frauder pour son prochain passage en force.

L'aide publique à la presse va passer de 200 millions de F CFA à 800 millions de F CFA. On peut dire que la presse ivoirienne commence bien l'année 2016.

Le chef de l'Etat de Côte d'Ivoire, Docteur, Alassane Ouattara, n'est pas un assoiffé du pouvoir. Après ses deux mandats constitutionnels, il va quitter le pouvoir. Il l'a répété ce lundi, 18 janvier.

Alassane Ouattara a rendu visite, hier, à Daoukro, à son aîné, Henri Konan Bédié, président du RHDP et du PDCI-RDA. Outre la formation du nouveau gouvernement (voir afriqueeducation.com), les deux leaders ont, aussi, parlé de la mise en place rapide du futur « parti unifié », objet de la fusion des partis, PDCI-RDA et RDR.

Time is money, disent les anglo-saxons. Le président de Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara, après avoir qualifié son gouvernement de « très bon », il y a quelques semaines, décide, néanmoins, de s'en séparer. A-t-il senti de l'usure et de la fatigue chez certains ministres ?

Les investissements vont passer de 10.000 milliards de F CFA, pendant le premier quinquennat, d'Alassane Ouattara, à 29.000 milliards de F CFA, de 2016 à 2020. Qui dit mieux ?

Le président, Alassane Ouattara, a prêté serment, ce mardi, 3 novembre, pour entamer son deuxième mandat, devant ses homologues du Sénégal et du Bénin, venus partager sa joie.

Pages