Allemagne

Puisque les politiciens français prennent, toujours, l'Allemagne en exemple et qu'ils évoquent, sans cesse, le modèle allemand dans tout ce qu'ils font, voilà, un domaine dont ils se gardent de parler mais qui pourrait, très bien, les inspirer : la bonne gestion des deniers publics et leur bonne utilisation par les principaux responsables. Dilapideurs nés des fonds publics, les dirigeants français sont loin d'être des exemples à suivre. Par extrapolation, les colonies françaises d'Afrique se manifestent, aussi, par la gabegie, et ce, sans aucune exception. Il n'existe pas un seul pays francophone d'Afrique qui sache utiliser les biens publics en bon père de famille. Les Biens mal acquis avec la cohorte de procès en France (où la justice heureusement se montre très souvent indépendante du pouvoir) sont une spécialité des anciennes colonies françaises, une situation que ne connaissent pas les anciennes colonies anglaises et portugaises.

La chancelière allemande, Angela Merkel, vit des moments pas faciles dans le cadre de sa coalition gouvernementale où on compte des « anti-immigration » notoires. Elle est obligée d'en tenir compte sous peine de la voir implosée car les désaccords sur cette question sont importants. C'est la raison principale de sa visite en Algérie où elle a demandé le retour des immigrés algériens dans le cadre d'un accord avec Alger. Seule condition posée par les autorités algériennes : utiliser la compagnie nationale, Lufthansa, pour rapatrier (dignement) ces Algériens et non des vols charters, spécialement, aménagés pour eux. On croit savoir qu'il s'agit, ici, d'une question de dignité.

Après l’esclavage, la colonisation et le néocolonialisme, les puissances étrangères continuent à être les bienvenues en Afrique pour piller les ressources avec la complicité de nos gouvernants, mais, paradoxalement, les Africains qui sont chez eux font l’objet de traitements inhumains : assassinats, détentions en prison parfois injustes, déportations, etc… le cas des milliers de Sénégalais en Allemagne en est une illustration éloquente.

Comme on pouvait s'y attendre (afriqueeducation.com l'avait prédit), le Mini-Sommet sur l'immigration des Huit (puis des Seize), de dimanche, 24 mars, à Bruxelles, est une montagne qui a accouché d'une souris. L'Union européenne (UE) est en train de, véritablement, imploser à cause des problèmes d'immigration. Pour sauver les meubles, la France et l'Allemagne ont, immédiatement, appelé à des accords à plusieurs pays sur les défis migratoires pour contourner l'absence de consensus. L'UE se voile la face car les accords à plusieurs pays que demandent la France et l'Allemagne, ne résisteront pas à la réalité. Car ils essaient de contourner le problème en évitant, soigneusement, de l'attaquer de face pour le résoudre. Et pour le résoudre, il faut poser les questions qui fâchent, et qui sont au centre des relations entre certains pays européens et les pays africains exportateurs de migrants dont beaucoup se situent en Afrique d'expression française. Afriqueeducation.com demande aux dirigeants de l'UE, en l'occurrence, la chancelière, Angela Merkel, et le président français, Emmanuel Macron, de s'attaquer à la question de la mal-gouvernance en Afrique où certains dirigeants confisquent le pouvoir en modifiant la constitution ou n'assurent leur réélection qu'avec le concours de certaines capitales européennes comme Paris. La question de fond est là, que certains appellent « Françafrique ». Sans sa résolution, l'Europe, malgré des barrières de dix mètres de hauteur, verra, toujours, la déferlante migratoire africaine sur son sol. Car les Africains fuient avant tout la misère et la pauvreté chez eux. Rien d'autre.

Ils se croient malins, très malins, les Allemands. On peut, aussi, se demander où est le courage de la (Grande) Allemagne ? Accusée de génocide en Namibie, ce qu'elle n'a, jamais, osé nier connaissant ses méthodes coloniales, particulièrement, dictatoriales, violentes et sanguinaires, elle se rétracte, aujourd'hui, parce qu'elle devra payer les dommages et intérêts aux victimes. En effet, sans avoir honte ni se soucier des qu'en dira-t-on, le gouvernement allemand a indiqué ce vendredi, 26 janvier, avoir diligenté le rejet d'une demande en réparation pour génocide de descendants de tribus namibiennes, qui ont poursuivi l'Allemagne devant un tribunal de New York. Cela dit, ce n'est pas parce que l'Allemagne ne veut pas payer qu'elle ne paiera pas finalement. L'Affaire est entre les mains de la justice new yorkaise qui devra décider des sommes à verser aux victimes namibiennes des nombreuses exactions de l'Allemagne colonialiste.

La chancelière allemande doit se demander si le jeune nouveau président français est, réellement, son allié, comme pouvaient l'être François Hollande et Nicolas Sarkozy. Alors qu'elle comptait, beaucoup, sur Emmanuel Macron, pour soutenir son Plan Marshall afin d'industrialiser (développer) l'Afrique, grâce, surtout, au secteur privé, elle va devoir changer de fusil d'épaule, en se trouvant d'autres partenaires financiers plus compréhensifs. Les Chinois par exemple ? Ce n'est pas pour déplaire au président français qui ne trouve pas l'idée de la chancelière séduisante dans la mesure où elle contribuerait un peu plus à supplanter la France en Afrique.

Depuis le début de l’année 2017, la diplomatie allemande multiplie les initiatives économiques en faveur du continent africain. Profitant de sa posture de présidente en exercice du G 20, dont le prochain Sommet est prévu, à Hambourg, les 07 et 08 juillet prochain, Angela Merkel, en recevant 9 chefs d’Etat du continent, à Berlin, les 12 et 13 juin, a confirmé son attachement à un partenariat fécond avec l’Afrique avec comme premier socle, la mise en œuvre d’un plan que d’aucuns ont qualifié de Plan Marshall pour l’Afrique.

Il ne fallait pas rêver, les Lions indomptables s'étant retrouvés à la Coupe des Confédérations, un peu par hasard, en tant que vainqueurs (très très inattendus) de la CAN 2017. Mais le football n'admettant pas la tricherie, la réalité les a rattrapés : l'à peu près est, rigoureusement, interdit au niveau mondial. Comme il fallait s'y attendre, le retour à la maison avec 0 victoire sonne comme un appel au secours d'une équipe qui est, totalement, entièrement, complètement, à bâtir.

En deux années, seulement, le fameux Printemps de la coopération germano-togolaise, va changer de dénomination. Victime de son succès, il va, à la demande du président du Togo, Faure Gnassingbé, réunir, désormais, d'autres pays de la sous-région. Déjà, pour cette deuxième édition, on a compté la présence du Burkina Faso, du Mali et du Niger. La nouvelle appellation (contrôlée) n'a pas, encore, été trouvée, mais du côté du chef de la diplomatie togolaise, le professeur, Robert Dussey, on travaille, déjà, aux côtés des partenaires allemands, à la recherche d'une dénomination qui soit, aussi bien, parlante que possible.

Le printemps de la coopération entre le Togo et l'Allemagne, aura lieu du 3 au 5 avril 2017, à Lomé. Initié par le ministère togolais des Affaires étrangères, ce forum va réunir, aussi, plusieurs pays voisins. Objectif : établir des partenariats avec des entreprises allemandes.

Un Tunisien, recherché dans son pays pour son implication présumée dans des attaques meurtrières, a été arrêté, mercredi, 1er février, en Allemagne, pour avoir fondé une cellule du groupe djihadiste, Etat islamique (EI ou Daesh) dans le but de commettre un attentat.

A l'heure où l'Union européenne (UE) cherche à redéfinir les bases de son partenariat avec l'Afrique, l'Allemagne propose la mise en place d'un « Plan Marshall » pour favoriser l'établissement d'une paix et d'un développement durables sur ce continent voisin de l'Europe.

La chancelière a commencé la campagne en vue de sa réélection, l'année prochaine, par l'Afrique dans sa partie la plus pauvre, la zone sahélo-sahélienne. Depuis dimanche, 9 octobre, elle est en tournée préélectorale au Mali, au Niger et en Ethiopie.

L'Allemagne décide d'augmenter son aide humanitaire au Niger. Contrepartie immédiate : trois centres d'accueil (ou centres de rétention) de migrants vont être construits, bientôt, avant l'implantation d'autres sur l'ensemble du Niger. Le Niger va jouer en Afrique le rôle que joue la Turquie en Europe ?

Le président du Togo, Faure Gnassingbé, est arrivé, en Allemagne, pour effectuer une visite officielle de trois jours, où il sera question de, véritablement, consolider les accords économiques.

Vive le Bundestag ou à malin malin et demi ? Le Bundestag a accepté de classer la Tunisie, le Maroc et l'Algérie comme pays, totalement, sûrs. Et pourquoi ? Ce n'est pas ce que vous croyez.