Appel à la diaspora

La diaspora comorienne en France compte organiser une marche, vendredi, 19 juillet, à Paris, pour protester contre la venue du président des Comores, Azali Assoumani, invité par la France à effectuer une visite officielle dans l'Hexagone. La diaspora comorienne n'a pas (encore) compris que le gouvernement comorien et ses partenaires extérieurs considèrent l'élection présidentielle de mars comme de l'histoire ancienne, et entendent passer à autre chose : l'avenir de ce pays et les propositions de partenariat que le pays met sur la table de ses partenaires extérieurs dont la France.
Dans cette interview à suivre accordée par le président, Azali Assoumani, à Afrique Education, au lendemain de son investiture, à Moroni, il reconnaît le soutien financier que la diaspora apporte au pays, notamment, aux familles. L'union faisant la force, il déclare toute grandement ouverte sa porte à Beit Salam (présidence de la République) pour recevoir et écouter tous les membres de la diaspora qui souhaitent à quelque titre que soit, et de quelque parti politique qu'on appartienne. Personne au gouvernement ne va dire Non à un membre de la diaspora qui souhaite apporter sa contribution à l'émergence économique et sociale fixée vers 2030. Le président l'a dit et redit, et la diaspora ne l'a qu'à prendre au mot. De la même façon, il serait prêt et désireux de rencontrer les membres de la diaspora pourvus d'idées et de projets susceptibles d'aider le pays à avancer, lors de son très prochain séjour à Paris. Là aussi, la diaspora (au lieu de contester pour contester) est appelée à collaborer juste et bien pour l'avancement du pays. La balle, ici aussi, est dans son camp. Va-t-elle faire honneur au pays en se montrant digne, engagé et volontaire ?

Depuis le 26 mai, date de son investiture, le président, Azali Assoumani, est, résolument, lancé dans la bataille de l'émergence, fixée à l'horizon 2030. C'est cette raison qui explique qu'il ait modifié la constitution, fin juillet 2018, à la suite des Assises nationales convoquées à la demande de la Société civile comorienne. Aujourd'hui, l'heure est à la mobilisation de toutes les énergies : tous les Comoriens et toutes les Comoriennes de l'intérieur et de la diaspora sont invités à se retrousser les manches. Objectif : bâtir les Comores en vue de son émergence prévue dans une dizaine d'années. En bon officier supérieur, le président a donné sa parole : sa porte est ouverte à toutes les bonnes volontés, qu'elles soient de son camp politique, mais aussi, de l'opposition et de la diaspora. N'ayez pas peur, dit le président, le pays attend chacun et chacune de ses fils et filles pour l'exaltante œuvre de construction nationale qui démarre.