Armes chinoises interdites.

Le Centrafrique s'est vu ôter son droit de pouvoir équiper son armée au nom d'un embargo pris aux Nations-Unies dans l'espoir d'accélérer la pacification du pays. Jeudi, 14 juin, la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis se sont opposés aux Nations-Unies à une demande d'importation d'armes chinoises du Centrafrique, soumis, depuis 2013, à un embargo sur les armes. Les Russes ont, récemment, profité d'une telle autorisation pour déverser des tonnes d'armes en Centrafrique avant de s'y installer, au grand mécontentement des Français et des Américains. Actuellement, la garde rapprochée du président, Faustin-Archange Touadera, est assurée par des éléments russes envoyés par Vladimir Poutine. De quoi énerver Emmanuel Macron et Donald Trump pour qui l'Afrique est le cadet des soucis, mais qui ose s'irriter quand Touadera prend des initiatives. L'émancipation du président centrafricain est réelle, visible, et porte un nom : changement des alliances ou rééquilibrage des accords.