Assemblée nationale

Pour la première fois, depuis l'indépendance du Togo, l'Assemblée nationale vient d'élire à sa tête, une femme, Chantal Yawa Tségan. Pendant cinq ans, en tant que deuxième personnalité de l'Etat dans l'ordre protocolaire de la République, elle accompagnera le président, Faure Gnassingbé, dans son action quotidienne. La première mission de la présidente de l'Assemblée nationale sera de participer, activement et efficacement, à la réélection de Faure Gnassingbé, en 2020, comme président de la République. Dans son premier discours, au perchoir, elle s'y est engagée.

Les milices musulmanes ne pouvaient pas laisser passer ce qu'elles considèrent comme une « injustice » à l'endroit d'un des leurs : la destitution de Karim Meckassoua de la présidence de l'Assemblée nationale passe mal. L'ex-Séléka, par exemple, annonce une guerre qui ne dit pas son nom mais qui en est une. En effet, elle a donné, samedi, 27 octobre, un ultimatum de 48 heures aux représentants de l'Etat centrafricain pour quitter les zones du pays sous son contrôle. Cette menace que Bangui ne prend pas à la légère car tout le monde sait qui est Séléka, n'est pas une bonne affaire pour le pouvoir du président, Faustin Archange Touadera dont on ignore tout, absolument tout, de sa stratégie.

L'Assemblée nationale algérienne a élu, mercredi, 24 octobre, son nouveau président, mais, le sortant, en conflit ouvert avec la majorité parlementaire, se proclame légalement toujours en fonction, laissant craindre un possible imbroglio institutionnel.

Mission terminée. Pour le moment. Venu prendre l'Assemblée nationale, à la demande de ses amis du PDS (Parti démocratique sénégalais), l'ancien président, Me Abdoulaye Wade, a crié à la fraude électorale qui ne lui a permis d'avoir que 20 députés, chiffre, néanmoins, suffisant pour constituer un groupe à l'Assemblée nationale. C'est le deuxième groupe le plus important, après celui de la majorité présidentielle. A quelques jours de la rentrée parlementaire, il a écrit au secrétaire général de l'Assemblée nationale pour lui faire part de sa décision de ne pas siéger comme député. A 91 ans, Gorgui Wade prépare, déjà, la mère des batailles : l'élection présidentielle de 2019 à laquelle il veut faire mordre la poussière à Macky Sall.

Ca ne badine plus dans les pays émergents. Pour parvenir au stade de pays industrialisés, comme ceux du G 7 (Etats-Unis, Allemagne, Japon, France, Grande Bretagne, Italie et Canada), ils doivent effectuer de profondes réformes de gouvernance, et passer à la case « sacrifices », quand c'est nécessaire. Hier, c'était la présidente du Brésil, Dilma Rousseff, qui a payé son laxisme, dans les affaires pétrolières, par une destitution devenue mémorable. Aujourd'hui, c'est à la présidente sud-coréenne, Park Geun-hye de payer ses faiblesses à l'endroit d'une amie, en quittant, tout simplement, son poste.

A 62 ans, Abdoul Karim Meckassoua a été élu, ce vendredi, 6 mai, président de l'Assemblée nationale. De confession musulmane, il devient le deuxième personnage de l'Etat.

Au lendemain de l'investiture de RMC Kaboré comme président de la République du Burkina Faso, l'Assemblée nationale connaît, déjà, son président, depuis ce 30 décembre. C'est le député MPP, Salif Diallo, qui présidera aux destinées de cette institution, dans le cadre de cette 5e législature.