Ben Ali

L'ancien président tunisien, Zine el Abidine Ben Ali, est mort, en exil, en Arabie saoudite, à l'âge de 83 ans. Le royaume saoudien lui avait offert gîte et couvert, depuis janvier 2011, après avoir été déchu du pouvoir en Tunisie à la suite d'un mouvement révolutionnaire orchestré par ses anciens « amis » et « alliés » occidentaux qu'il servait avec beaucoup de zèle.

Au moment où son pays, la Tunisie, se prépare à élire son nouveau président, le 15 septembre, Zine el-Abidine Ben Ali a été hospitalisé pour de graves problèmes de santé en Arabie Saoudite, a-t-on appris, ce jeudi, 12 septembre. Agé de 83 ans, l’ancien président tunisien vit en exil depuis sa destitution en 2011.

Depuis la révolution tunisienne, une dizaine de pays africains ont vu leurs dirigeants, pourtant, considérés comme indéboulonnables, quitter le pouvoir. Retour sur des changements de régime obtenus, le plus souvent, sous la pression de la rue.
En neuf ans, plusieurs autocrates d'Afrique ont cédé leur fauteuil présidentiel. Sur dix dirigeants, sept ont été renversés sous la pression populaire, deux ne se sont pas représentés, et un a été défait dans les urnes. Chronologie de la fin des régimes autoritaires depuis 2011.

De son exil doré, en Arabie Saoudite, l'ancien président de Tunisie, Zine el Abidine Ben Ali, vient d'être, à nouveau, condamné par la justice de son pays. Cela dit, il est hors d'atteinte. Du moins, pour le moment.

Le président sortant gambien, Yahya Jammeh, n'est pas le seul président africain a avoir quitté le pouvoir contraint forcé. Il ne sera, sans doute, pas le dernier. Le pouvoir en Afrique est, tellement, attachant qu'on n'aime, rarement, le lâcher. Voici la liste des chefs d'Etat partis des affaires sans le vouloir.