Vous êtes ici

Boycott des magistrats

Des magistrats, maillon important de l'organisation des scrutins en Algérie, ont annoncé, samedi, 13 avril, à Alger, qu'ils allaient boycotter la supervision de l'élection présidentielle du 4 juillet, en soutien au mouvement de contestation. C'est une première pas seulement en Algérie, mais, dans toute l'Afrique. Le « Printemps arabe » prend, vraiment, de l'ampleur et une proportion insoupçonnée dans le Nord de l'Afrique, la révolte venant des corps jusque-là dociles. C'est par exemple l'armée au Soudan.