Brazzaville

Denis Sassou-Nguesso ne contrôle plus ses nerfs (d'Homme d'Etat). Depuis qu'il a lu l'article de www.afriqueeducation.com (du mercredi, 30 août, à 12h34) sur les initiatives de la diaspora congolaise à Paris et à Washington afin de sensibiliser le FMI dans sa négociation avec le pouvoir, il se sent très mal. Voilà pourquoi il a décidé d'embastiller les responsables de l'opposition, depuis ce matin, afin qu'ils n'aient aucun contact avec les membres de la délégation du FMI qui sont arrivés, à Brazzaville, dimanche, 3 septembre, soir, en provenance de Washington, afin de négocier un programme de redressement avec le pouvoir.

C'est maintenant qu'on se rend compte que le « Sommet » de Brazzaville, convoqué, vendredi, 27 janvier, n'a permis à ses participants que de faire un peu de tourisme, en Afrique centrale, et de respirer l'air oxygéné des forêts du Bassin du Congo, qui permettent, encore, au monde, avec ceux de l'Amazonie, de ne pas, totalement, sombrer dans un monde pollué par toutes sortes de mauvaises choses. Au départ, Brazzaville avait voulu convoquer son « Sommet » pour le mercredi 25 janvier, avant de le tenir, finalement, vendredi, 27 janvier. Cherchez pourquoi !

Le pape survolera l'espace aérien du Congo-Brazzaville, priera pour le Congo, mais ne fera pas d'escale à Brazzaville. L'insistance des autorités congolaises n'a pas payé.