Côte d'Ivoire

Le numéro 453 de juin d'Afrique Education est, déjà, chez vos marchands de journaux habituels. Au sommaire, il y a de quoi se délecter en lisant des analyses et informations de première main sur la Côte d'Ivoire, le Congo-Brazzaville, le Gabon, le Cameroun, le Nigeria, le Sénégal, l'Angola, le Bénin, etc. qui y sont traitées selon des angles divers. En pleine page de couverture, Brigitte et Emmanuel Macron sourient au monde entier, qui, en retour, leur souhaite la bienvenue. Avec l'Afrique, continent qui fait de la France un grand pays en lui donnant une posture de membre permanent au Conseil de sécurité des Nations-Unies, le débat va être âpre. En effet, les Africains (de la diaspora et d'Afrique) veulent, absolument, prendre leur destin en main, et ne veulent plus, en aucun cas que leur sort soit décidé hors d'Afrique par d'autres que les Africains. C'est clair. Nicolas Sarkozy, dans la suite de Jacques Chirac, avait refusé de l'entendre de cette oreille. François Hollande, dans l'ambiguïté qui l'avait, souvent, caractérisé, avait feint de le comprendre sans, réellement, comprendre. Qu'en sera-t-il d'Emmanuel Macron ?

Le président de Côte d'Ivoire va, certainement, être le premier chef d'Etat africain à être reçu par le nouveau président français, Emmanuel Macron. Ce dernier (comme François Hollande au début de son quinquennat) fait peur aux dirigeants africains francophones qui se savent mal élus et adeptes de la mal gouvernance. Pendant qu'ils se concertent et se donnent le temps de bien l'« apprivoiser » (comme ils ont su dompter François Hollande), Alassane Ouattara qui est, plutôt, considéré comme le chouchou de Paris (que l'Elysée ait un locataire de droite de gauche ou du centre), sera le premier à se jeter à l'eau. Le président ivoirien souffle quelque peu depuis que les différentes mutineries de son armée ont cessé.

La Côte d'Ivoire est un grand pays qui était respecté sur le plan international. Sous son très grand président, Félix Houphouët-Boigny (le Sage de Yamoussoukro), elle avait été admise, comme membre non permanent du Conseil de sécurité en 1964-1965 et en 1990-1991. Deux ans plus tard, le Sage rendait l'âme. Son ancien ministre des Affaires étrangères de 1900 à 1999, l'ambassadeur, Amara Essy, était allé jusqu'à présider, pendant un an, la 49e session de l'Assemblée Générale des Nations-Unies de septembre 1994 à septembre 1995. La déstabilisation créée par l'actuel chef de l'Etat pour accéder au pouvoir par les armes, a fait perdre tous ses acquis à la Côte d'Ivoire, qui repart à zéro. En se faisant admettre, à nouveau, à la table des Grands, la Côte d'Ivoire retrouve sa place, sauf que le plan concocté, au départ, par Alassane Ouattara est, aujourd'hui, fortement, contrarié par la crise économique et financière, mais aussi, par les mutineries de ses «  enfants » de la rébellion.

Coincé, entre autres, par les revendications des anciens rebelles devenus, aujourd'hui, soldats-mutins et démobilisés, le président de Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara, cherche, activement, les fonds pour combler le gap financier provoqué par ses différentes promesses. Pour faire face à cette situation comme l'annonçait, la semaine dernière, afriqueeducation.com, le chef de l'Etat compte faire appel au ré-endettement massif que paieront les générations futures. Premier ministre chef du gouvernement, Amadou Gon Coulibaly va parcourir quatre pays pour négocier le succès du futur eurobond sans lequel la Côte d'Ivoire tomberait, littéralement, en faillite.

Aucune des deux parties ne veut révéler les termes (exacts) de l'accord signé, ce mercredi, 31 mai. Du côté du ministre d'Etat de l'Intérieur, Hamed Bakayoko, qui négociait pour le compte du gouvernement, « un terrain d'entente a été trouvé ». Bakayoko est un beau parleur. Mais on n'en sait pas plus. Du côté des démobilisés qui étaient venus à Abidjan pour rencontrer les dirigeants dont le premier d'entre eux, leur « papa » Alassane Ouattara, on affirme urbi et orbi que « La protestation est terminée. Nous sommes satisfaits ». De quoi ? Ils n'en disent pas plus. Qui est bien qui finit bien ? Pas pour le moment car du contenu réel de l'accord, on n'en sait rien. Pourquoi cache-t-on ce qui est bien ? Les délégués des démobilisés auraient-ils été « retournés » ? Certains le pensent sérieusement.

Une délégation de rebelles démobilisés venus de leur fief de Bouaké, dans le Centre de la Côte d'Ivoire, est depuis ce lundi, 29 mai, à Abidjan, afin de "discuter" de leur situation et rappeler leurs demandes de primes aux autorités. La délégation est conduite par son porte-parole Diomandé Megbe, qui n'entend pas lâcher prise.

Il n'y a pas que les mutineries qui empêchent le président, Alassane Ouattara, de dormir, paisiblement, ni les grèves monstres des fonctionnaires qui s'annoncent pour les prochains jours. Les grossesses scolaires sont, aussi, un phénomène, particulièrement, inquiétant au regard de leur ampleur récente. Elles veulent dire que la Côte d'Ivoire version Alassane Ouattara est un pays sans morale, sans foi ni loi, où la dépravation des mœurs bat son plein.

La crise des rebelles démobilisés vire au drame. Ce mardi, 23 mai, matin, on a compté trois morts dans leurs rangs après un assaut des forces loyalistes. Les démobilisés qui disent être des « personnes aux mains nues qui manifestaient » sans armes, crient au scandale. C'est une tournure dans cette crise : entre la fermeté prônée par le gouvernement et la justice et l'équité réclamées par les démobilisés. La Côte d'Ivoire retient son souffle.

Depuis Riyad où il a assisté au Sommet entre les pays arabes, musulmans et les Etats-Unis, le coeur du président, Alassane Ouattara, battait au rythme de la Côte d'Ivoire. Parce qu'une véritable pagaille s'est installée dans le pays, depuis son départ. Après la satisfaction des doléances des mutins, leurs camarades de la rébellion (qui porta Ouattara au pouvoir) qu'on appelle les « démobilisés » demandent, à leur tour, de rencontrer le président de la République pour obtenir les mêmes avantages, pour avoir fait le même travail : l'aider à arriver au pouvoir par des voies anti-démocratiques (coup d'état, etc.). Butin réclamé : 18 millions de F CFA (27.000 euros) pour chacun des 6.000 démobilisés.

Le monde est petit, et le temps court. Il n'y a pas si longtemps, Alassane Ouattara, maquisard en chef fomenteur de coups d'état depuis le Burkina Faso sous Blaise Compaoré, faisait tout ce qui était possible pour arriver à ses fins : devenir le président de la République de Côte d'Ivoire, par tous les moyens. A l'époque, c'est la fin qui justifiait les moyens. A-t-il la mémoire courte ?

L'argent tombe difficilement des mains de l'ancien banquier de la BCEAO et du FMI qu'est Alassane Ouattara. Sauf quand cet argent va, directement, chez ses proches. Les 8.500 anciens mutins (son ancienne rébellion) viennent de le vérifier à leurs dépends, eux, qui l'ont fait accéder à la présidence de la République, au prix de la déstabilisation de toute la Côte d'Ivoire. Pour le renvoi de l'ascenseur, et avoir gain de cause, ils ont dû utiliser les grands moyens, allant jusqu'à le menacer d'un coup d'état militaire. Conclusion : un banquier reste un banquier fût-il Alassane Ouattara ; il reste guidé par la seule logique du coffre-fort quand bien même il devient président de la République.

Après avoir échoué dans sa tentative de manipulation des soldats qui réclament 7 millions de F CFA (10.500 euros), après un acompte de 5 millions de F CFA payé en janvier, les 8.500 soldats grévistes sont à nouveau sortis des casernes ce matin. De Bouaké à Abidjan en passant par Daloa, Korhogo, etc., ça tire en l'air. Une seule demande au président de la République : Le respect de la promesse de payer la prime faite par le président. Sinon, la mutinerie pourrait se transformer en un coup d'état. Ce que personne ne souhaite.

Hier, vendredi, 12 mai, dans la soirée, les choses se sont un peu calmées en Côte d'Ivoire. Mais pas partout. A Abidjan, les mutins n'ont pas fait parler d'eux dans la nuit, ce que craignait beaucoup Alassane Ouattara. Raison pour laquelle il avait demandé à son chef d'état major des armées, le général, Touré Sékou, de tout faire pour que ne survienne pas la nuit sans qu'il y ait eu un retour au calme. En effet, la phobie du coup d'état l'a habité, pendant toute cette journée de vendredi, bien que la présidence de la République avait été protégée par la sécurité présidentielle, renforcée par des soldats loyalistes, avec énormément, d'équipements militaires. Mais rien n'y a fait : Alassane Ouattara appréhende, toujours, le coup d'état qu'il avait essayé, à plusieurs reprises, de faire pour chasser Laurent Gbagbo du pouvoir. Sans succès. Quel retournement de situation ! Même Henri Konan Bédié qui est son allié, aujourd'hui, et que Ouattara tenta, en vain, dans les années 2000, de chasser du pouvoir par coup d'état, doit, aujourd'hui, en rire.

Le quartier du Plateau, à Abidjan, qui abrite le pouvoir (présidence et ministères) est sous le contrôle des mutins. Le camp militaire d'Akouédo, à Abidjan, qui est le plus grand du pays, est, lui aussi, sous le contrôle des mutins. Toujours à Abidjan, le camp militaire Gallieni, est, également, sous la coupe des mutins. Bouaké, la deuxième ville du pays, est entre les mains des mutins. Toutes les villes de Côte d'Ivoire sont touchées.
Même si, jusqu'ici, on a, volontairement, occulté la grave situation qui prévaut en Côte d'Ivoire, on est obligé de reconnaître, aujourd'hui, que le président, Alassane Ouattara, ne maîtrise pas (plus) grand-chose de son armée. Beaucoup de militaires sont mécontents de la façon dont ils ont été traités, au lendemain de son arrivée au pouvoir de la façon qu'on sait : c'est-à-dire, après les avoir utilisés dans ses multiples tentatives de coup d'état (avortées) sous le régime des refondateurs de Laurent Gbagbo. Aujourd'hui, les mêmes miliciens devenus soldats se retournent contre lui, au moment où il dit que les caisses du pays sont vides. Qui les a vidées ? Et à quelle fin ?

Le président ivoirien, Alassane Ouattara, fait, désormais, une course contre la montre. A près de quatre ans de son deuxième et dernier mandat, il est convaincu d'avoir raté sa politique de réconciliation nationale. Pire : il risque de laisser la Côte d'Ivoire dans d'énormes tensions socio-politiques. Au sein même de sa propre famille politique, le RHDP (Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix), chacun regarde de son côté, après son implosion du fait du président Ouattara à vouloir tout donner à son (seul) parti, le RDR. En effet, l'UDPCI et le MFA qui étaient deux principales composantes du RHDP ont fini par claquer la porte et perdu illico presto leurs postes de ministres dans le gouvernement. Avec le cacao qui s'empile dans le port de San Pedro et l'endettement qui repart à la hausse, la fin de mandat d'Alassane Ouattara risque tout simplement d'être apocalyptique.

On le dit (quasi) nul en politique (et l'échec de sa politique de réconciliation le prouve). Mais, de façon unanime, Alassane Ouattara est reconnu comme un très bon gestionnaire des fonds publics que le père de l'indépendance ivoirienne, Félix Houphouët-Boigny, appela, dans les années 90, pour remettre de l'ordre dans son économie frappée de plein fouet par une baisse (non prévue) des cours du cacao et du café. Devenu, lui aussi, président de Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara (qui avait aidé à résoudre ce problème sous Houphouët) est victime, aujourd'hui, de la même crise qu'il n'a pas vu venir, lui, l'excellent gestionnaire. Finalement, est-il aussi bon comme on le dit ?

Que ceux qui le croyaient fini se ravisent. Interné à la CPI (Cour pénale internationale) depuis cinq ans, l'ancien président de Côte d'Ivoire, Laurent Gbagbo, mettrait son isolement carcéral à profit pour réfléchir à son retour aux affaires. Cette idée a de quoi faire trembler ce qui reste du RHDP que le président, Alassane Ouattara, a presque fait voler en éclats : aujourd'hui, le PDCI-RDA de son très cher aîné, Aimé Henri Konan Bédié, et son RDR sont loin de parler le même langage.

La filière française du commerce équitable s'inquiète de la forte chute des cours mondiaux du cacao pour l'avenir des petits producteurs, et des risques de grave tension sociale en Côte d'Ivoire, premier producteur mondial.

Alassane Ouattara va faire, bientôt, dix ans au pouvoir sans réussir à réconcilier les Ivoiriens. C'était pourtant sa priorité, lors de son accession au pouvoir, dans les conditions qu'on sait. La question mérite d'être posée : la justice sous son autorité est-elle la même pour tous les Ivoiriens ? Du côté du FPI, le parti de Laurent Gbagbo, la question ne se pose même plus. Pour ce parti, Alassane Ouattara est un tribaliste hors pair.

Laurent Gbagbo a-t-il eu tort de croire aux Accords signés à Pretoria pour permettre à Alassane Ouattara d'être candidat ? A-t-il eu tort de jouer le jeu en remplissant sa part de contrat ? Aujourd'hui, il se retrouve enfermé par la CPI (Cour pénale internationale). L'échec de la réconciliation prônée par Alassane Ouattara (lire le numéro 449 d'Afrique Education actuellement chez les marchands de journaux), en est la parfaite illustration. Pour le professeur Jean-Claude Djereke qui connaît bien Laurent Gbagbo, l'actuel président ne dirige pas la Côte d'Ivoire pour le bien-être des Ivoiriens et des Ivoiriennes, mais pour le pays qui lui donne la possibilité de loger ses comptes bancaires et d'acquérir des appartements.