Vous êtes ici

Corée du Nord

Les plus hauts dirigeants de Chine et de République populaire démocratique de Corée (RPDC) ont déclaré, jeudi, 20 juin, que les deux pays devaient rester fidèles à leurs aspirations originelles, et s'efforcer de créer, à un nouveau point de départ historique, un avenir prometteur pour les relations entre les deux partis et entre les deux Etats. Une déclaration qui inquiète Donald Trump au plus haut point et qui l'isole un peu plus.

Après avoir initialement exprimé son mécontentement, le président américain, Donald Trump, s'est ravisé, affirmant que les récents tirs de missiles nord-coréens n'avaient en rien entamé sa relation avec Kim Jong-un. En réalité, Trump n'a plus le choix à deux ans de l'élection présidentielle où la majorité des Américains souhaitent le voir partir. Une pétition qui vient d'atteindre 10 millions de signatures, circule actuellement dans ce sens. Après sa politique unilatérale dans les conflits israélo-palestinien et iranien, il ne peut plus se permettre un échec dans le dossier nord-coréen. D'autant plus que le « leader bien aimé » a su sortir de son isolement diplomatique en contournant la raideur de son interlocuteur américain, et en s'attirant la protection de deux membres permanents du Conseil de sécurité, à savoir, la Russie et la Chine. Le jeune leader charismatique nord-coréen n'est-il pas en train de mener, actuellement, le vieux président de la Maison Blanche, par le bout du nez ?

Visiblement, le radicalisme et le jusqu'auboutisme de Donald Trump dans le dossier nord-coréen, ne paient plus. Après le président sud-coréen, Moon Jae-in, c'est au tour du numéro un japonais de nouer les contacts diplomatiques avec le « leader bien aimé ». Deux alliés de Washington dans la sous-région. Comme quoi, contrairement, à ce qu'affirment les faucons de l'administration Trump, Kim Jong-un est bel et bien devenu fréquentable. Et comment ne le serait-il pas alors qu'il vient d'effectuer une réussite officielle chez son camarade russe, Vladimir Poutine, après quatre voyages effectués en Chine, chez le grand-frère, Xi Jinping, ces douze derniers mois. La Chine et la Russie sont toutes deux membres permanents du Conseil de sécurité avec droit de veto comme les Etats-Unis.

Le Kremlin a confirmé, mardi, 23 avril, une rencontre très attendue entre Vladimir Poutine et Kim Jong Un, organisée, jeudi, 25 avril, à Vladivostok, en Extrême-Orient russe, à un moment où Pyongyang cherche de nouveaux soutiens internationaux dans son bras de fer avec le bouillant président américain, Donald Trump. Avec à ses côtés, le Chinois, Xi Jinping, et Vladimir Poutine, le « leader bien aimé » saura, plus que par le passé, faire face au tumultueux locataire de la Maison Blanche qui lui demande de désarmer sans contrepartie véritable.

Le très jeune leader nord-coréen malmène, littéralement, Donald Trump. Alors qu'il croyait avoir la maîtrise sur les négociations avec son jeune interlocuteur, il s'est vu obligé d'écourter le Sommet de Hanoï, après s'être, tardivement, rendu compte que le « leader bien aimé » est peut-être tout jeune au point qu'il aurait pu être son fils, peut-être dictateur au sens où il dirige son pays au gré de ses humeurs, mais, qu'il était très très loin d'être manipulable. Avant le Sommet, Trump, jamais à court d'amabilités et de qualificatifs élogieux à l'endroit du numéro un nord-coréen, avait presque donné des indications sur le résultat qui était attendu. Puis, patatras, il a avalé sa langue en se bornant à dire qu'il était prématuré de signer un accord, mais, qu'il n'y aurait plus d'essai nucléaire et que les discussions allaient se poursuivre, à la demande de Pyongyang. Très mince consolation pour l'inclassable chef de la Maison Blanche dont la position en politique intérieure est au plus mal.

Preuve qu'il n'est pas isolé comme le laissent croire certains dirigeants occidentaux, le leader nord-coréen, Kim Jong-un, a entamé, mardi, 8 janvier, une visite en Chine auprès de son homologue, Xi Jinping, son principal allié diplomatique et commercial. Ce voyage intervient alors qu'un nouveau sommet avec Donald Trump est évoqué. Un sommet qui pourrait permettre à Donald Trump de rebondir sur le plan intérieur où il est de plus en plus contesté par le parti démocrate, majoritaire au sein de la Chambre des représentants.

Donald Trump a déclaré, mardi, 1er janvier, qu'il avait hâte de tenir un nouveau sommet avec le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, qui s'était dit, la veille, prêt à rencontrer, une nouvelle fois, le président américain à tout moment. Affaibli sur la scène politique américaine où il doit, désormais, composer son pouvoir avec le parti démocrate, qui a pris le contrôle de la Chambre des représentants, Donald Trump, qui multiplie des frasques sur le plan militaire (retrait unilatéral annoncé de ses soldats en Syrie), sur le plan économique (augmentation unilatérale et non concertée des taxes sur des produits chinois et européens entrant sur le marché américain), sur le plan judiciaire (relance des enquêtes sur l'implication de Moscou dans la présidentielle américaine de 2016), il veut renouer, de manière convaincante, avec Kim Jong-un pour se refaire une crédibilité à l'international et même sur le plan de la politique intérieure. Pour Trump, la future rencontre avec le « leader bien aimé » est davantage utile pour lui que pour le non-manipulable chef d'Etat nord-coréen. Le président américain fera toutes les concessions qu'il faudra pour aboutir à ce deuxième Sommet, sachant qu'un tel événement constitue, dans le cadre de sa réélection en 2020, une affaire de vie ou de mort.

Un tribunal de Washington a condamné, lundi, 24 décembre, la Corée du Nord à payer 501 millions de dollars pour sa responsabilité dans la mort de l'étudiant américain, Otto Warmbier, jugeant qu'il avait été victime de torture. Pyongyang reste de marbre.

Le « leader bien aimé » ne se laisse pas influencer. Doté d'une force de frappe que Washington souhaite démanteler, il dit tout haut ce qu'il pense de sa relation avec son homologue américain, Donald Trump. C'est ainsi qu'il a dénoncé les nouvelles sanctions décrétées contre la Corée du Nord par les Etats-Unis, accusés de vouloir "bloquer pour toujours" la dénucléarisation de la péninsule. Autrement dit, la ruse que voulait utiliser Trump pour obtenir la dénucléarisation sans rien donner en contrepartie, ne marche pas. Il en est de même de la ruse de Kim Jong-un qui pensait qu'en acceptant du bout des lèvres une dénucléarisation de la péninsule, il allait attirer, sans effort, les capitaux sud-coréens et japonais, dans son pays. Cela ne marche pas non plus. Chacun voulant tromper l'autre, a eu tout faut. Conséquence : on tourne en rond et il n'est pas exagéré de penser qu'à Pyongyang, on commence à jouer la montre espérant que les Américains ne donneront pas un second mandat à Donald Trump en 2020.

Le chien aboie la caravane passe, peut-on dire du « dialogue » qui caractérise la relation entre le « leader bien aimé » nord-coréen, Kim Jong-un, et le belliqueux président américain, Donald Trump. Pour preuve, le dirigeant nord-coréen a supervisé l'essai d'une "nouvelle arme tactique ultramoderne", a annoncé ce vendredi,16 novembre, l'agence officielle nord-coréenne d'information, une mesure qui est perçue par les analystes comme un message politique plus qu'une grave provocation. Mais, même si c'était perçu à Washington comme une provocation, Pyongyang n'a, nullement, peur d'assumer.

Après avoir ouvert plusieurs fronts dans le monde, aussi bien, sur le plan commercial (Chine, Europe) que militaire (Russie, Iran, Corée du Nord, etc.), Donald Trump voit qu'il lui est impossible de poursuivre plusieurs lièvres à la fois, bien qu'il soit le chef de la superpuissance mondiale, les Etats-Unis. Après tout, il n'est pas le maître de l'univers et ses menaces ne valent que pour ceux qui les prennent vraiment au sérieux. A preuve, la Corée du Nord a prévenu les Etats-Unis qu'elle envisagerait "sérieusement" de revenir à sa stratégie politique de développement de son arsenal nucléaire si les sanctions économiques infligées à son pays n'étaient pas levées. Habitué à obtenir ce qu'il veut de ses interlocuteurs après les avoir menacés, Trump se rend compte qu'il n'en sera pas de même avec le « leader bien aimé », Kim Jung-un. Du coup, son gouvernement se remet à travailler à la tenue d'une nouvelle rencontre au sommet courant 2019. Trump n'a plus, totalement, son destin à main, à deux années du renouvellement de son bail à la Maison blanche. Tout faux pas lui est interdit, surtout, chez la turbulente Corée du Nord.

Les méthodes coup de poing de Donald Trump ont une limite. Elles ne peuvent réussir que si les autres pays, par faiblesse ou par complaisance, les laissent passer. Pour affronter le président américain, il faut utiliser ses propres façons de faire, user des rapports de force qu'il affectionne surtout quand ceux-ci lui sont défavorables. Aux Nations-Unies, par exemple, la Russie vient de bloquer un rapport critique d'experts chargés de l'application des sanctions internationales contre la Corée du Nord. Ce rapport fait la part trop belle aux positions de Washington dont on sait qu'elles sont jusqu'au boutistes. Moscou est en désaccord sur certains de ses éléments, ce qui est une première depuis l'imposition, en 2017, de vastes sanctions économiques contre ce pays. Parfois et surtout, avec l'aide de la Chine dans leur application.

Comme l'a souhaité le président américain, le chef de la Corée du Nord, Kim Jong-un, s'est assis à la table de négociations avec Donald Trump. On ne peut, donc, guère dire qu'il n'y a pas de volonté manifestée par le leader nord-coréen, qui, dans la foulée, avait commencé à démanteler certains sites nucléaires, preuve de sa bonne volonté. Cependant, côté américain, on montre un certain empressement on ne sait pour quelle raison, alors que nous sommes dans un domaine où la prudence devrait être de mise : la Corée du Nord ne peut pas détruire en quelques mois (comme le souhaite Washington) une industrie nucléaire conçue pendant plusieurs décennies, par le grand-père, puis, le père de l'actuel leader. Les délais proposés par Donald Trump sont-ils alignés sur le calendrier électoral américain ? Non seulement, gagner la bataille des élections de mi-mandat pour ne pas permettre aux démocrates d'avoir la majorité dans les deux chambres, mais surtout, préparer sa réélection à la Maison Blanche, dans deux ans, tel semble être le principal souci de Donald Trump. Comme si la Corée du Nord devrait, désormais, vibrer selon le calendrier politique des Etats-Unis. C'est tout simplement inadmissible. La dénucléarisation est et sera le fruit de la coopération entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, et non, le fruit d'un diktat de Washington.

C'est la troisième visite de Kim Jong-un en Chine, en l'espace de trois mois. C'est du rarement vu dans les relations entre les deux pays. Plus qu'une relation privilégiée, ne s'agirait-il pas de sa protection pure et simple à l'instar de celle dont bénéficient la Corée du Sud et le Japon auprès des Etats-Unis ? Un détail qui a son importance : pour se rendre au Sommet de Singapour, le « leader bien aimé » a emprunté, à l'aller et au retour, un Boeing 747 de la compagnie, Air China, mis à sa disposition par le grand-frère, Xi Jinping. Affectionnant les voyages à bord du train hautement blindé qu'affectionnait son père, Kim Jong-il, le jeune leader pouvait bien rallier Singapour par train comme son père qui avait traversé la Russie, par train, pour rencontrer Dimitri Medvedev au Kremlin en 2009), mais, autre temps autres mœurs ? A titre d'information, la distance Pyongyang-Singapour n'est que de 4.743 km contre le parcours Pyongyang-Moscou qui est un peu plus de 6.400 km.

Après le succès du Sommet entre Donald Trump et Kim Jung-un, organisé, le 12 juin, à Singapour, c'est au tour du premier ministre japonais, Shinzo Abe, de préparer le sien, dans les prochains mois, avec le « leader bien aimé » nord-coréen. Voilà pourquoi il l'a appelé, samedi, 16 juin, afin qu'ils surmontent, ensemble, leur méfiance mutuelle. Il confirme, par ailleurs, que des efforts sont en cours en vue de l'organisation d'un sommet. Le « leader bien aimé », lui, ne demande pas mieux. Il suit sa stratégie à la lettre : 1) Doter la Corée du Nord d'une bombe nucléaire capable d'atteindre le territoire des Etats-Unis. 2) Une fois ce cap réussi, appeler aux négociations directes, en tête à tête, sans intermédiaire, entre lui et le chef de la Maison Blanche. Nous y sommes avec succès. Les besoins du « leader bien aimé » sont simples : mettre fin à l'embargo qui frappe le pays et bénéficier de facilités diverses susceptibles de favoriser la relance de l'économie nord-coréenne, et relever, sensiblement, le niveau de vie des Nord-Coréens. Le plus bas de la péninsule. En contrepartie, le « leader bien aimé » accepterait la dénucléarisation de la Corée du Nord et de toute la péninsule, en ayant quand même à l'esprit que sans bombe nucléaire, il deviendrait, aussi, vulnérable que le Libyen Mu'ammar al Kadhafi, assassiné par un conglomérat de tueurs français, américains, anglais et de l'OTAN. Un avantage non négligeable cependant : Le « leader bien aimé » a, pour lui, le temps contrairement aux dirigeants américain, japonais et sud-coréen, qui, eux, sont tenus par le succès aux élections avec à la clé la limitation des mandats, alors que les principaux soutiens de Kim Jong-un, à savoir, les présidents chinois et russe, ont tout le temps pour eux. Le « leader bien aimé » est un redoutable stratège, malgré ses petits 34 ans d'âge.

L'invitation de Kim Jong-un à se rendre chez Vladimir Poutine ? C'est une pression supplémentaire qui va s'exercer sur le très instable président américain, Donald Trump. Le président républicain est tellement imprévisible qu'il serait capable d'annuler, une deuxième fois, le Sommet, qu'il envisage de tenir, le 12 juin, à Singapour, avec le président nord-coréen, le « leader bien aimé » Kim Jong-un. Mais, désormais, le chef russe est à l'embuscade. Face au cirque dont l'acteur principal n'est autre que le clown de la Maison Blanche, Vladimir Poutine, qui est crédité d'être l'homme le plus puissant du monde (selon les magazines américains), veut tirer la couverture à lui. Car à défaut d'être intelligent, Trump est, encore, moins bien rusé que Poutine. Ce qui est un double désavantage pour son camp et ses alliés. Et le président russe ne le sait que trop bien en invitant le jeune Coréen à effectuer une visite mémorable non pas dans un pays neutre (comme Singapour), mais au cœur du Kremlin, dans les prochaines semaines. Voilà, donc, consacrée l'ouverture de la Corée du Nord au niveau de deux membres principaux du Conseil de sécurité. Après le retour à la normale dans ses relations avec la Chine, Kim Jong-un va se faire un nouvel allié stratégique en la personne de Vladimir Poutine, gardien d'un arsenal nucléaire conséquent. Donald Trump n'a qu'à bien se tenir : le monde ne marchera, jamais, à son rythme.

Dans un spectaculaire retournement, Donald Trump a annulé, jeudi, 24 mai, le sommet historique prévu dans moins de trois semaines avec le leader nord-coréen, Kim Jong-un, dénonçant "la colère" et "l'hostilité" du régime de Pyongyang. Et si Trump avait cherché la petite bête pour lui permettre d'annuler ce Sommet pour lequel il n'avait nullement la maîtrise de ce qui allait en sortir ?

Les Etats-Unis demandent "la dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible" de la Corée du Nord. Mais, Pyongyang exige des contreparties américaines pour s'engager dans ce processus et est irrité par des exercices militaires en cours chez son voisin sud-coréen. Conséquence, le « leader bien aimé » semble se rebiffer dans la mesure où, au regard de ce qu'il voit ailleurs, en Iran, notamment, Donald Trump tient, rarement, difficilement, compte de l'avis des autres. Pour lui, seuls priment les intérêts américains. Trump étant, déjà, très isolé avec le transfert de l'ambassade des Etats-Unis à Jérusalem, Kim Jong-un pourrait profiter de cette faiblesse passagère de l'Américain pour faire monter les enchères et obtenir plusieurs concessions inespérées pendant les négociations.

Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et président chinois, a rencontré Kim Jong-un, président du Parti du travail de Corée (PTC) et président de la Commission des affaires d'Etat de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), pour un Sommet de haut niveau, à Dalian, dans la province chinoise du Liaoning (Nord-Est), les 7 et 8 mai. A quelques semaines de la rencontre avec le président américain, Donald Trump, le « leader bien aimé », a, pour la deuxième fois, en 40 jours, partagé son analyse et ses sentiments, sur une telle rencontre avec son allié et protecteur chinois. On rappelle que Kim Jong-un a obtenu sa bombe qui peut, désormais, atteindre les Etats-Unis. Il a imposé une rencontre bilatérale, en tête à tête, avec le président américain. Celle-ci va avoir lieu au moment où le retrait américain de l'Accord iranien, fait passer Donald Trump pour un radical qui n'oeuvre pas, réellement, pour la paix dans le monde, ce qui peut constituer un avantage psychologique pour le leader nord-coréen.

Comme prévu, le « leader bien aimé », Kim Jung-un, déroule son calendrier comme il l'avait prévu, surtout, en ne tenant compte de la menace de qui que ce soit. Après avoir, lui-même, reconnu que ses hurlements et ses aboiements ne faisaient que ridiculiser les Etats-Unis et leur soi-disant toute puissance, Donald Trump s'est mis à tempérer ses critiques à l'endroit du « leader bien aimé ». Mieux, il a laissé son allié sud-coréen faire à sa place. Gage de la survie de son régime, les essais nucléaires ne pouvaient être stoppés tant que les missiles de Pyongyang échouaient à atteindre le territoire américain. Une fois que la technologie nord-coréenne a mis le territoire américain à sa portée, Camarade Kim est passé à la deuxième étape de son programme : la négociation diplomatique qui le mettrait face à face, en bilatéral, avec Donald Trump. Voilà ce qui a été exigé et obtenu. Objectif : négocier les moyens financiers, matériels et technologiques, qui puissent permettre à la Corée du Nord d'améliorer, nettement, le niveau de vie de ses habitants. Comme on voit, c'est, donc, Kim Jung-un qui mène Donald Trump par le bout du nez et non le contraire.

Pages