Denis Christel Sassou-Nguesso

Pour Denis Christel Sassou-Nguesso, les ennuis commencent. Ses adversaires ne vont pas attendre que la justice française se détermine sur la légalité de la procédure qui a conduit à la saisie de ses trois biens immobiliers à Paris et à Neuilly-sur-Seine, d'une valeur de plus de 30 millions d'euros. Aujourd'hui, ils demandent ni plus ni moins, la levée de l'immunité parlementaire du député à Isidore Mvouba.

Denis Sassou-Nguesso de 2020 est-il encore le Denis Sassou-Nguesso de ces dernières années qui faisait la pluie et le beau temps au Congo-Brazzaville ? Désormais, c'est un président (affaibli par le FMI) qui doit composer avec beaucoup d'ennemis et adversaires politiques de toutes sortes. Ceux-ci se comptent dans son entourage immédiat, mais aussi, au sein du PCT, de l'administration et du gouvernement. Un véritable nid de crabes. A 76 ans, le chef de l'Etat congolais n'est plus (très) jeune. Rongé par les maladies des personnes de son âge (qu'on ne citera pas), il traîne, aussi, une bedaine qui transparaît dans ses costumes croisés.

Après avoir signé avec le FMI au terme d'une longue et harassante négociation de deux ans, Denis Sassou-Nguesso, risque de ne pas souffler, avant de se lancer dans la campagne en vue de sa réélection, en mars 2021. Car en fait, il sera candidat à la prochaine élection présidentielle qui pourrait même, selon certaines indiscrétions, être anticipée. Cette fois, ce n'est pas lui-même qui est mis, directement, en cause (encore que), mais, deux de ses enfants qui siègent à l'Assemblée nationale. Et pour cause, ces derniers sont accusés de détourner massivement les fonds publics.